Réaction de Kofi Yamgnane suite à l’attentat sanglant visant l’équipe de football du Togo

0

À deux jours de l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations, l’autocar de la sélection nationale  du Togo a été pris pour cible par un commando des Forces de libération de l’État de Cabinda. On a tiré à la mitraillette sur de jeunes hommes qui défendent, avec un ballon, les couleurs de leur pays. Je condamne avec une grande fermeté l’usage de la violence et dit : « Halte au terrorisme. » Le monde et l’Afrique, sont malades de leurs frontières.
Au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées, meurtries dans leur chair. C’est intolérable. Je présente mes condoléances aux familles des victimes. Je m’associe à leur douleur et suis de tout cœur avec elles. Je demande que soit organisée une cérémonie d’hommage aux victimes innocentes de cet attentat terroriste.

Soutien aux Éperviers

J’ai appelé le capitaine de la sélection Emmanuel Adebayor pour l’assurer de mon soutien amical ainsi qu’à ses coéquipiers et à l’encadrement des Éperviers. Je comprenais leur décision première de se retirer de la compétition et de rentrer auprès de leur famille.  J’admire leur courage collectif et leur volonté de relever la tête

Le foot est une fête. Le sport doit permettre l’amitié et le respect entre les peuples. Rappelons-nous comment Nelson Mandela a réussi à fédérer l’Afrique du Sud autour de l’équipe nationale lors de la coupe du monde de rugby en 1995. Rappelons-nous la victoire des Springboks, porté par tout un peuple.

Négligence coupable de l’État togolais

Ce drame ne fait qu’ajouter à la situation chaotique que traverse le Togo sur le plan économique, social et politique imputable à la famille Gnassingbé.

En dépit des menaces connues, les plus hautes autorités de l’État togolais n’ont pas jugé utile de mettre à disposition de la sélection nationale un avion pour traverser cette zone à hauts risques. Pendant que nos joueurs se faisaient tirer dessus comme des lapins, où se trouvaient les jets de la Présidence de la République du Togo ?

Je condamne avec la plus grande sévérité la légèreté coupable du président Faure Gnassingbé et de son gouvernement : se servir avant de servir. Et comme tout le peuple togolais, j’attends des explications.

Aujourd’hui, nous n’avons que nos yeux pour pleurer. Mais, je sais qu’il y aura des jours meilleurs. Comme leur équipe de football, les Togolais relèveront la tête. Peut-être l’élection présidentielle du 28 février 2010 sera-t-elle aussi le point de départ d’un Sursaut pour le Togo ?


Lomé, le 10 janvier 2010
Site Internet : www.yamgnane2010.com

Laisser une réponse