Le 27 avril 1960 -2010 Ablode (Liberté) –43 ans de souffrance RPT

0

                    « A l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent ». Gandhi

La célébration du 27 Avril 2010, l’ère d’une révolution pour l’indépendance, une épopée de nos parents dont les principes ne doivent pas seulement être mémorisés, mais revivifiés.

Nous devons, nous les enfants de cette génération rendre un hommage au père de l’indépendance Sylvanus Olympio, leader des valeurs de l’indépendance et du peuple togolais sur plusieurs générations.
Rendre un hommage appuyé à nos parents pour le courage, leur génie, leur discrétion et leur combativité que cette génération n’a pas pu relever depuis 43 ans.

Nous devons combatte ce repli des togolais sur eux-mêmes, créateur d’égoïsme, de régionalisme, de l’ethnicisme, du renouveau d’un libéralisme sauvage générateur de disparités insupportables, la survivance d’un système bureaucratique à l’inefficacité avérée, teinté du régionalisme, avare de libertés individuelles.

A*LES VALEURS DE LA CRISE TOGOLAISE.

La crise togolaise est la manifestation profonde ou abyssale d’un ras le bol général de la population togolaise en générale, celle de la diaspora et celle de l’intérieur du pays.
C’est le produit de mauvais rapport entre le pouvoir du RPT, le système RPT entre le citoyen togolais et son environnement, entre la gestion des institutions et les citoyens.
La justice n’est plus dans son rôle, l’arbitraire est devenue la règle générale, les textes ne sont plus respectés au niveau de la loi, les règles sont appliquées pour une catégorie de citoyens, le pouvoir a crée l’apartheid de fait entre les citoyens.

Certains citoyens togolais ont le privilège de ne rien payer, ni l’eau, ni l’électricité, ni l’essence, ni les douanes, ni les dettes contractées auprès des commerçants pour le vécu quotidien.
Ils ont le privilège de la violence gratuite et des menaces (emprisonnement, mort, torture)
Les institutions du pays ne fonctionnent pas, ou fonctionnent seulement pour une catégorie du citoyen, alors que l’impunité est de règle pour les privilégiés du pouvoir et ses vassaux.
L’échelle des valeurs crée un sentiment de frustration et d’apathie.

Il a un seul modèle celui du dictateur, par sa volonté princière, l’ignorance total du peuple, la faim, la misère culturelle et économique voire politique, spirituelle, philosophique et matérielle.
Le RPT a crée un système des castes liées par ordre autoritaire.

Une société sans mobilité sociale, une société fortement hiérarchisée comme l’armée, une société sans égalité, sans fraternité, sans démocratie ni liberté pour tous, une société probablement penser pour une famille pour régenter les togolais en esclavage.

Cette société penser pour la famille Eyadéma-Gnassingbé est la négation de toutes les valeurs humanistes et de lumière.
Le mensonge est devenu le sport préféré du système RPT.
L’encouragement à la paresse à la délation, à la prédation des biens économiques.
Cette crise structurelle touche non seulement l’économie, mais aussi la culture, se propage dans l’espace togolais et se prolonge dans le temps.

B*LA REVOLUTION TOGOLAISE POUR UN HUMANISME OPERATIF

« Le peuple est le seul sur lequel nous puissions compter pour préserver notre liberté.» Thomas Jefferson

Depuis le 4 Mars 2010, le peuple togolais demande une autre approche pour diriger son destin à travers d’autres équipes, d’autres dirigeants, d’autres leaders.
Un véritable plan de recherche et de construction s’impose.
Ce travail indispensable n’est pas l’affaire d’une poignée d’intellectuels, mais la mise en pratique d’un plan qui ferait appel à une méthodologie expérimentale.
Cette méthodologie, nous permettra de réduire les risques d’erreur et de garder toujours une vision ouverte et non dogmatique.

Cette vision devrait établir les fondements d’une méthodologie communicable à tous, ce qui veut dire : faire et évaluer les résultats, pour mieux essayer et encore essayer un humanisme opératif qui emploie un autre langage pour rassembler et pour réaliser les valeurs affirmées et rétablir les institutions du pays en fonctionnalité en respectant les règles de jeu.
Un humanisme de la sincérité, qui récuse la langue de bois et la raison d’état.
Un humanisme de la laïcité, non seulement celle de la séparation de l’état et des églises, mais celle qui n’accepte pas de vérités révélées.

Un humanisme de la solidarité qui oblige à des devoirs et non à la charité.
Un humanisme capable de s’ouvrir et de comprendre.
Un humanisme qui fait de la tolérance un acte d’acceptation réelle.
Il est temps d’avoir un projet pour la société togolaise et pour la femme et l’homme togolais
Au nom d’une laïcité fondamentalement indépendante des pouvoirs religieux et politiques qui devrait être la clé de voûte de toute démocratie, les togolais devraient estimer, au regard de l’histoire du Togo, que la séparation des pouvoirs tant constitutionnels, exécutif, législatif, judiciaire, que financiers devrait être une nécessité absolue.

Au nom d’une d’une information indépendante et d’une culture accessible à tous, les togolais devraient estimer que tout entrave à la pluralité réelle de la presse écrite, que toute mainmise économique ou étatique sur les moyens de communication audiovisuels, aboutissent à un appauvrissement général des capacités de réflexion d’un pays, et que seule la puissance publique doit assurer les garanties du pluralisme, élément fondamental de la liberté d’expression et de la liberté d’accès à l’information.

C’est aujourd’hui qu’il faut choisir entre l’illusion et le courage et qu’il faut renoncer aux fausses certitudes.
La république s’est de tout temps voulue vectrice de message de liberté, de paix et de justice, mais l’histoire togolaise ces 43 ans nous apprend pourtant combien cette volonté a été mise en échec par des politiques qui ont plongé les togolais dans un esclavage ambigu et l’ont marqué par le sang et des larmes.

La situation actuelle au Togo illustre encore une fois la difficulté que le gouvernement de la république et de nombreux citoyens rencontrent pour faire triompher leurs seules armes du cœur et de l’esprit.
Parce que tout s’affronte, les hommes, les mœurs, les valeurs, les intérêts.
Il est temps de refuser tout schéma réducteur pour saisir le problème togolais dans toute sa dimension, historique, culturelle, politique, économique, sociale.

L’échec viendra si toute réponse est élaborée dans u n système de pensée et de référence qui, inspiré de rationalisme et des valeurs démocratiques européennes, restera étranger à la mentalité et à l’idéal togolais.
Connaître et comprendre l’autre, ce qu’est sa terre, sa source de vie, la reconnaissance de sa pensée constituent le premier pas vers la paix.

Il est temps que la république togolaise prenne conscience de ses paradoxes.
La rupture est la manifestation d’une perte de confiance.
L’impunité des barons du RPT, les plaintes non justiciables, comme Tavio Amorin, les assassinats multiples, les viols, vols, fraudes, meurtres, rafles, tortures, et les impunités économiques ont été une faille dans notre système démocratique, une déchirure pour le pays.

Il ne peut y avoir confiance dans la république quand la confiance en sa justice paraît avoir été trahie.
Il ne peut y avoir confiance dans la république quand elle ne garantie plus, de spoliation en spoliation, le rapport ancestrale à la terre.

Il est temps que le pouvoir politique change de mains et que le gouvernement formé au nom du peuple togolais ait la confiance de notre peuple à l’intérieur et dans la diaspora, dans le cadre d’une réforme courageuse.
Cette réforme implique qu’une minorité ne soit plus détentrice du pouvoir économique et politique.
Que le trésor public doit contrôler le niveau de vie des citoyens, et vérifier leur revenu par rapport à leur train de vie.
Je voudrais dire à la république de garantir le devoir et les conditions de la fraternité nationale.

C*LES BEQUILLES DU RPT.(Associations, partis politiques, citoyens)
La résurgence des béquilles du RPT, se manifeste en période électoral, pour les cupides et les ambitieux sans talents, ni compétences.
Dans la diaspora, la plupart a reçu son plan de démotivation de la masse populaire.
Faire tout pour ne pas mobiliser la diaspora, se mettre en situation démagogique dans les réunions pour se faire confier une mission et ne pas la réaliser ou la saboter, après avoir émarger au consulat ou à l’ambassade..
Se faire fournir des puces téléphoniques du Ghana, du Togo, du Bénin ou du Burkina Faso, et faire des faux voyages tout en restant cacher en Europe.
Je lance un appel à la diaspora de veiller à sa sécurité et d’être vigilant pour ne pas se faire flouer encore une fois par ces personnes viles et répréhensibles qui par leurs paroles veulent nous rappeler l’historique de leur vie militant alors que tout les togolais sont dans une prison à ciel ouvert aujourd’hui, où chacun a perdu un parent par crime politique, par maladie par manque de soins et d’hôpitaux, par accident par manque de routes ou en prison.
Ils sont cyniques, par leur seule faire valoir pour empêcher une alternance.

D*REMERCIEMENTS ET ENCOURAGEMENTS AUX SITES INTERNETS.
Je voudrais remercier plusieurs sites internet qui ont la palme d’or de la résistance, en premier TOGOCITY, suivi de Lynx Togo, Etiame, Tultogo, Info Togo, Mo5 etc qui continuent à mobiliser la diaspora pour l’alternance, et montrer au monde entier la détermination des togolais pour laver leur honte et revenir dans la chaine de l’humanité.

Conclusion :
Mes chers compatriotes le jour est long mais la nuit vient, merci à Sylvanus Olympio qui a su donner une colonne vertébrale au Togo, et rester digne leader sur plusieurs générations.
J’encourage encore et encore la diaspora à se mobilier et faire des dons pour libérer notre pays.
Chaque togolais par ses compétences doit être un acteur du changement.
Chrétiens informent le Vatican et les institutions chrétiennes, citoyens informent tes élus locaux et nationaux, musulmans informent les dignitaires musulmans pour demander leur aide financière, associations culturelles mobilisent tes membres pour un Togo nouveau.

Merci à Jean Pierre Fabre pour son courage, sa volonté, sa détermination d’honorer la volonté populaire des togolais de la diaspora et de l’intérieur du pays.
Merci au Frac pour son engagement, son dynamisme, son amour pour les Togolais.

Jacob ATA-AYI

Laisser une réponse