Imposture de certains leaders religieux dans le projet d’extermination des chrétiens de Côte d’Ivoire!

0

Le régime de OUATTARA à réussi à enrôlé parmi les leaders religieux ivoiriens, bon nombre qui roulent et travaillent pour le pouvoir d’Abidjan.
Ces nouvelles recrues sont aussi devenues de nouveaux adeptes de la loge maçonnique dirigée par le ministre de l’Interieur et de la sécurité qui est à la fois le ministre de tutelle de la Direction Générale des cultes.
Depuis l’avènement de ce pouvoir plusieurs hommes de Dieu se sont mis à leur service dans le but de se venger de leurs frères qui présidaient les structures reprochées d’être proches de l’ancien régime.
Et depuis ce, l’église Evangélique, car c’est d’elle qu’il s’agit a perdu son lustre datant.

Lors des récents travaux de commission réalisés à Abidjan par le réseau apostolique que je dirige, nous avons constaté une détoriation du climat social au seins des leaders chrétiens en charges de la vie des églises dans le pays et ceci du au projet de l’identification des pasteurs et lieux de cultes commandité par le gouvernement ivoirien avec à la tête dudit projet des personnalités peu crédibles et peu recommandables dans le milieu évangélique en Côte d’Ivoire.
Nous voudrions donc par cette correspondance faire une mise au point et interpeller les autorités ecclésiastiques premièrement et les autorités civiles et politiques en dernier point.
Nous avions passer en revu cette question qui nous paraît très importante de par son caractère très politique et assez sensible parce que survenant juste après la crise post électorale qui a endeuillé notre pays.
Pendant cette crise qui a débuté le 19 sept 2002 par une rébellion armée venue du nord de la Côte d’Ivoire avec pour base le Burkina Faso et pour dirigeants le plus bouillant ex-leader estudiantin Mr SORO K. Guillaume, alors secrétaire général du mouvement rebelle appelé MPCI ainsi que de soldats déserteurs de l’armée de Côte d’Ivoire des noms de Ibrahim COULIBALY (IB), TUO Fozie, Zakaria KONE, Ousman CHÉRIF, Issiaka OUATTARA (WATTAO), Hervé TOURE (Vetcho), Losseni FOFANA (Loss), Messamba KONE, Fofie KOUAKOU, pour ne citer que ceux-là.
Pendant cette période trouble ou l’on ne savait pas vraiment ce qui se passait, tout le monde ainsi que les chrétiens de Côte d’Ivoire s’étaient opposés à cette tentative de prise de pouvoir par les armes.
Pour ce faire, les chrétiens de toutes tendances confondues avaient organisé des marches et des prières en soutien au régime en vue de la défaite de cette rébellion.
Et plus la rébellion durait, plus les chrétiens multipliaient les actions de prières sur le terrain pour la délivrance du pays.
C’est après que l’on s’est rendu compte que cette rébellion était au profit de Mr Allassane Dramane OUATTARA avec les preuves de l’adhésion massive des populations du nord et des meeting filmés sur des supports vidéos dont l’un a été animé par l’un des bouillants chefs rebelles le com-zone Zakaria KONE qui était en poste du font de Vavoua, devenu aujourd’hui lieutenant colonel dans l’armée de Côte d’Ivoire rebaptisée Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). (voir Youtube: Alassane OUATTARA père de la rébellion publié le 26/10/2010).

La crise s’est ainsi enlisée par une proportion ethno-religieuse avec l’apport indéfectible des musulmans et des imams, faisant de plusieurs mosquées des caches d’armes dans tout le pays, ainsi que l’adhésion massive des jeunes issues des populations du nord de la Côte d’Ivoire.
Et comme les chrétiens continuaient de prier pour la libération de la Côte d’Ivoire, la rébellion, ses soutiens et ses alliés ont pris l’église en aversion.

Donc quand la crise post- électorale est survenue, les rebelles de Mr OUATTARA ont porté une accusation grave à l’église à savoir que c’est elle qui soutien le régime de l’ancien président Laurent GBAGBO.
(référence: connectionivoirienne, Côte d’Ivoire – voici les pasteurs qui ont « tué » Laurent GBAGBO en 2011, publié le 06/02/2014, source jeune Afrique).

Donc après l’annonce de la victoire de Mr OUATTARA dans son QG électoral à l’Hotel du Golf par la commission électorale indépendante (CEI) présidée par Mr Youssouf BAKAYOKO, ladite commission qui était déjà forclose parce qu’ayant dépassé le délais de la proclamation des résultats selon la constitution ivoirienne. Mais comme parrainés par la communauté internationale qui n’a perdu du temps à reconnaître la brillante élection de Mr OUATTARA, les rebelles de Mr OUATTARA transformés en forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont commencé à s’attaquer systématiquement à tous les édifices religieux brûlants quelques uns et tuant des hommes de Dieu et leur famille qui s’y trouvaient (références Actu-chrétienne.net: Côte d’Ivoire: Accusés d’être Pro-GBAGBO, les chrétiens sont ciblés, publié le 17/03/2011; 1000 chrétiens tués en Côte d’Ivoire par les soldats de OUATTARA, source: presse espagnole http://minutodigital.com/2011/04/05… –OUATTARA/).

Cette haine des chrétiens est encouragée par certaine presse proche de Mr OUATTARA tel que le nouveau Réveil dans sa parution numéro 2791 du 17/05/2011 sous le titre de: Églises Évangéliques de Côte d’Ivoire et la crise post-électorale: la faillite de la foi).

Pendant cette barbarie, un groupe de serviteurs de Dieu dont les plus connus sont Mr KASSI Célestin appelé communément « Archbishop KASSI d’Azito et le plus bouillant MAKOSSO Ariel Camille, qui se fait appeler « le Révérend Général MAKOSSO », incarcéré pour détournement d’une de 33 millions de francs CFA (référence: le blog de Yehni DJIDJI sous le titre: Mais qui est le Révérend Camille MAKOSSO; carrefourivoire.net, titre: Accusé de déstabilisation du régime Ouattara le président de l’Ordre de églises porte plaine, publie le 08/11/2013), va recouvrir la liberté grâce à l’évasion des prisonniers organisée par le commando invisible dirigé d’alors par l’ex bouillant rebelle dénommé Ibrahim COULIBALY surnommé « IB.

Ces derniers se sont alliés à Mr OUATTARA et ses hommes en les rejoignant à l’hôtel du Golf transformé à la cause comme résidence de Mr OUATTARA.
Une fois là-bas, en reconnaissance de la victoire de Mr OUATTARA, le plus bouillant Révérend Général MAKOSSO, auto-proclamé porte parole du directoire des églises évangéliques de Côte d’Ivoire (référence le banco.net, Laurent et Simone, leur prophète Malachie, radiés par les évangélistes, publié 21/04/2011, source lebanco.net; le nouveau Réveil Numéro 2791 publie le 17/05/2011 par Prince BEGANSSOU sous le titre de: Églises Évangéliques de Côte d’Ivoire et la crise post-électorale: la faillite de la foi), a commencé non seulement à parler au noms de tous les chrétiens de côte d’Ivoire, demandant pardon aux musulmans de Côte d’Ivoire sur la chaîne de télévision TCI qui émettait de l’hôtel du golf pour le compte du camp de Mr OUATTARA mais il a procédé au lendemain de l’arrestation de Mr Laurent GBAGBO à la dissolution de l’une des structures importantes qui regroupait toutes les fédérations des églises évangéliques de Côte d’Ivoire dénommée à savoir « le haut conseil des églises évangéliques de Côte d’Ivoire », mise en place pour organiser les différentes fédérations des églises évangéliques de Côte d’Ivoire. Il a aussi excommunier Mr Laurent GBAGBO et son épouse Simone de l’église de Côte d’Ivoire et mis sous-discipline le non moindre chef d’église le Révérend YAYE Dion Robert, Président des Eglises Protestantes Baptistes Oeuvres et Missions Internationales ainsi que biens d’autres pasteurs.

C’est ainsi que ces 33 pasteurs dont les plus connus sont Mr KASSI Célestin (d’Azito) et MAKOSSO Camille, ont été récompensé par le camp OUATTARA en ayant en charge l’identification de tous les pasteurs de Côte d’Ivoire ainsi que les lieux de cultes et différentes églises qui opèrent dans le pays.

Aussi, suite aux graves accusations portées par les nouvelles autorités à l’Eglise de Côte d’Ivoire et ses dirigeants et vu les qualités morales peu recommandable des personnes en charge de ce projet, certains collectifs de pasteurs ont décidé de ne pas se reconnaître en et mettent en doute la crédibilité dudit projet en dénonçant son caractère dilatoire et vengeur.
Nous affirmons pouvoir démontrer ceci par de nombreuses conférence de presses tenues par l’équipe de Mr KASSI d’Azito par son bouillant porte parole MAKOSSO Camille mettant en danger la vie des pasteurs et l’avenir de l’Eglise en Côte d’Ivoire.
( références Abidjan.net, Incroyable/ Révérend MAKOSSO Camille révèle: « on vend de la drogue sous le couvert des églises » publié le 14/11/2013, source quotidien l’Intelligent d’Abidjan; pèlerinage, identification des lieux de culte: la précision de la commission protestante évangélique publié le 28/08/2012, source quotidien le mandat etc.)

Nous disions tantôt que pendant la conquête du pouvoir par les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) appuyés par l’armée française et l’ONUCI, plusieurs chrétiens et populations ont été massacré dans les zones ouest et sud (références Actu-chrétienne.net: Côte d’Ivoire: Accusés d’être Pro-GBAGBO, les chrétiens sont ciblés, publié le 17/03/2011; 1000 chrétiens tués en Côte d’Ivoire par les soldats de OUATTARA, source: presse espagnole http://minutodigital.com/2011/04/05… -OUATTARA/)

Ceux des pasteurs qui ont eu la vie sauve sont ceux qui ont pu trouver refuge dans des pays voisins.

Et depuis lors, aucunes des ses nouvelles autorités tant religieuses que politiques n’ont entrepris une réelle démarche pour la réconciliation des ivoiriens si ce n’est que les narguer et continuer de les indexer de vouloir renverser leur régime en procédant à l’arrestation de tous ceux qu’ils soupçonnent hostiles à leur régime.

Nous trouvons que le directoire et la commission évangélique de Mr Camille MAKOSSO et de Mr KASSI d’Azito travaillent au génocide programmé des chrétiens de Côte d’Ivoire vu que ce régime est fortement islamisé et francs maçons.

NB: M. Hamed Bakayoko, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, mandataire de Makosso Camille et sa bande, est ordonné grand maître des franc-maçons de la grande loge de Cote d’Ivoire.

Et sachant que l’islam travaille aujourd’hui dans le monde à l’éradication des chrétiens voir les massacres des chrétiens par le groupe islamique BOKO HARAM au Nigeria, la flambée de la violence par des musulmans du Niger contre les chrétiens après l’incident de Charly hebdo en France ainsi que les différents massacres des chrétiens au Kenya, en Éthiopie et les tueries des chrétiens organisées par l’état islamique en Libye, en Irak et dans tous les pays favorables à ces massacres sans oublier les menaces qui ne cessent de planer sur les chrétiens de Côte d’Ivoire au grande dame de la communauté internationale qui reste muette et sourde sur la question (référence connectionivoirienne: Côte d’Ivoire: les FRCI, le Djihad et le république islamique, mise en ligne par la rédaction/ lundi 12 nov 2012).

Pour échapper à la fureur de ce régime, plusieurs leaders religieux menacés d’arrestation pour avoir collaborer avec le régime de Mr Laurent GBAGBO, ont du se taire et se rendre coupable du complot qui se prépare contre l’Eglise de Côte d’Ivoire. Alors que le devoir de ces derniers tel que consigné dans la Bible dans l’épître de Paul aux Ephésiens dans son chapitre 5 les versets 10 et 11 et je cite: »Examinez ce qui est agréable au Seigneur ; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. »

Nous disons donc non à ce projet génocidaire car la Côte d’Ivoire est un état laïque. Et cette laïcité doit profiter à l’ensemble de tous les religieux de Côte d’Ivoire et non aux musulmans seuls et autres sectes religieuses à la solde du pouvoir d’Abidjan ainsi qu’a petit groupe de chrétiens évangéliques dirigé par Mr KASSI d’Azito et ces lieutenants tel que le Révérend Général MAKOSSO Ariel Camille et biens d’autres, avec pour parrain attitré le tout puissant ministre de l’intérieur Mr Hamed BAKAYOKO, nouveau maitre des francs maçons de de la grande loge de Côte d’Ivoire (GLCI), fieulle de la Grande Loge Nationale de France (GNLF), (Afrik53.com publie le 16 Avril 2015), dont la Direction Générale des cultes dépende du ministère.

Nous comprenons donc mal la nécessité d’un tel recensement qui paraît un piège pour régler des comptes aux pasteurs soupçonnés de rester fidèles à Mr Laurent GBAGBO et opposés au régime de Mr OUATTARA.

L’église de Côte d’Ivoire ne saurait donner son onction à un groupe d’aventuriers avides de pouvoir et de richesse. Elle ne peut non plus faire confiance à un tel projet et ne peut y adhérer dans son ensemble. Car elle a pour preuve le manque d’unanimité au seins des églises évangéliques et protestantes en Côte d’Ivoire, vu le nombre de pasteurs identifiés et les différentes oppositions audit projet par les autres fédérations des églises en Côte d’Ivoire. (référence: linfodrome du 3/11/2013 publié par Abraham KOUASSI du titre: Dissolution de la commission; Info évangélique sous le titre de: le recensement des pasteurs en Côte d’Ivoire: une démarche qui ne fait pas l’unanimité, publié le 11/12/2013 par Stéphane).

La récente statistique donnée par la commission d’identification, estimée à 17.000 pasteurs officiants en Côte d’Ivoire sur lesquels seulement 7.327 auraient été recensés est une des preuves de l’échec de ce projet dont les promoteurs étaient fiers.

Et en plus ce qui est regrettable est comment ils ont su qu’il y’avait en Côte d’Ivoire 17.000 pasteurs dont ils disent vouloir recenser 10.000, ce qui veut dire qu’il y’avait un travail qui avait été fait dans ce sens par d’autres personnes.
C’est qu’en plus, ils s’arrogent le pouvoir de rejeter 216 dossiers de candidatures sans que l’on ne sache sur quelle base légale ont-ils pu s’appuyer pour dénier à ces 216 pasteurs leur droit et fonction pastorale en Côte d’Ivoire.
Nous voudrions remarquer en tenant compte du rapport de cette commission que ce projet à connu un échec cynglant vu le nombre de pasteurs identifiés estimés à 7.327 sur 17.000 pasteurs, sachant que le taux qu’ils s’étaient fixés était estimé à 10.000 pasteurs à identifier à l’entame du projet.

Pour notre part, nous voudrions rappeler aux autorités politiques et administratives que l’Eglise en Côte d’Ivoire est bien structurée et organisée en différentes fédérations dont: la Fédération Évangélique de Côte d’Ivoire (FECI), le Conseil National Évangélique et Protestant de Côte d’Ivoire (CNEPCI), la Conférence Évangélique et Protestante et Missions de Côte d’Ivoire (CEPMECI) pour ne citer que celles-là.

Et vouloir confier un tel projet à une structure qui a vu le jour au lendemain du 11 avril 2011, nous disons que si les autorités ivoiriennes voulaient vraiment aider ces églises comme c’est le cas dans certains pays du monde, elles ne pouvaient que s’adresser aux différentes fédérations ci-dessus mentionnées dans lesquelles chaque église locale se reconnaît.
En plus quand dans un pays, nous avons des communautés ecclésiastiques bien organisées et dirigées par des présidents, ils seraient plus facile de faire recourt à ceux-ci pour toutes les questions d’organisation qui verraient un travail bien coordonné et plus aisé selon chacune d’elles en fournissant le nombre de pasteurs enregistrés dans leurs différents fichiers.
Même les églises dites indépendantes que certains leaders trouvent désorganisées, elles ne le sont pas en réalité parce qu’aucune église ne se crée en Côte d’Ivoire sans l’autorisation préalable de l’état de Côte d’Ivoire (récépissé de dépôt et ensuite agrément) via la Direction Générale des Cultes rattachés au Ministère de l’Intérieur.

Par cette sortie, nous jugeons mesquin ce projet et nous dénonçons son caractère vengeur, non spirituel, provocateur, génocidaire et porté sur le gain.
(référence: Connectionivoirienne du 21/11/2013 sous le titre de: 7327 pasteurs identifiés – Assainissement des églises évangéliques et protestantes de Côte d’Ivoire, source: notre voie par GOMOND Edmond).

Aux regards des dispositions de la Bible en rapport avec le leadership biblique selon 1 Timothée 3/1-10, que je cite en son verset 2: »il faut donc que le leader soit irréprochable, … Modéré, réglé dans sa conduite etc. »et Tite 1/7-9 « il faut que le leader soit irréprochable, …, qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête…etc. »
Ces actuels responsables du directoire et de la commission évangélique ne peuvent donc faire office de leaders chrétiens agissant au nom de l’Eglise de Côte d’Ivoire parce que ne remplissant pas lesdites conditions évoquées dans ces textes ci-dessus mentionnés.
Ils ont un caractère d’imposteurs, usurpateurs, menteurs, violents, escrocs et voleurs, portés sur des gains déshonnêtes.

Nous voudrions interpeller le gouvernement de Côte d’Ivoire et la communauté internationale des dérapages que se projet peut prendre avec pour conséquences les tueries programmées des pasteurs accusés d’être des pro GBAGBO.

Nous invitons donc le gouvernement de cesser d’écouter ces personnes qui ne sont motivées que par leur soif de gloire, de vengeance et d’enrichissement.

Nous leur demandons aussi de dépassionner le débat social et d’arrêter de voir les chrétiens en général et leurs leaders, les pasteurs comme particuliers comme les déstabilisateurs de leur régime, mais de plutôt travailler au retour des pasteurs exilés et de leur fournir un meilleur cadre de travail, car ceux-ci sont au service de Dieu au seins des populations ivoiriennes.

Aussi, nous leur demandons d’organiser les indemnisation des différents édifices détruits pendant la crise post-électorale en Côte d’Ivoire.

Puisse le gouvernement travailler aussi au respect scrupuleux des droits de l’homme en Côte d’Ivoire en mettant fin aux intimidations des hommes de Dieu.

Aux hommes de Dieu qui favorisent le climat de méfiance dans le corps pastoral en Côte d’Ivoire, nous les invitons d’arrêter leur forfaiture, de se repentir et de travailler à la cohésion sociale avec tous les autres sans exclusion.

Au Président de la République et son gouvernement, nous leur demandons d’abandonner leur projet de venger une partie de la population avec son projet de rattrapage ethnique au détriment des autres, car ce fait n’améliorera en rien le climat social déjà détériore.

Mais de rechercher les solutions durables à la crise qu’a connu notre pays par des consultations nationales, des débats sociaux et des assises.

Pour les élections futures, nous demandons aux partis politiques d’éviter d’attiser le front social qui risque de s’embraser.

Pour ce faire, Il faudra le respect strict de la constitution dont le pays s’est doté en 2000 en présence de tous les leaders politiques actuels. Nul d’entre eux ne s’était senti visé par elle donc il faut la respecter.

À tous les chrétiens de Côte d’Ivoire, pardonner et continuer de prier pour la paix en Côte d’Ivoire.
Shalom!

Apôtre A. Y. D
Représentant de H I M en Côte d’Ivoire.
 

 

Laisser une réponse