COALITION DES MOUVEMENTS ANTI-FAURE (CMAF-TOGO)

0

http://www.dontvotefaure.com

 FEUILLE DE ROUTE DE SORTIE

DE CRISE AU TOGO EN 2010


Farouk Banna, Coordinateur du CMAF-Togo

BASES D’UN POTENTIEL « ACCORD DE PARIS » ENTRE LES PARTIS DE L’OPPOSITION TOGOLAISE

Contexte 

Depuis le 05 Octobre 1990, les forces démocratiques ont entamé la lutte contre le régime dictatorial et militaire de feu Gnassingbé Eyadema pour l’instauration de la démocratie et d’une alternance au Togo.  De nombreux compatriotes y ont laissé leur vie, d’autres leurs biens et beaucoup d’autres ont du fuir le pays pour aller vivre au Benin, au Ghana, en Allemagne, en France, aux Etats Unis.  L’année 2010 marque a la fois les 50 ans de notre indépendance et les 20 ans de la lutte que nous avons commencée ensemble. Malheureusement, force est de constater que  le régime du feu Eyadema est toujours resté indéboulonnable, incarné aujourd’hui par son fils Faure. 

Au même moment, la paupérisation du peuple togolais s’accentue et il est temps que chacun de nous fasse un sacrifice afin de permettre, avant tout, la fin du régime RPT et une transition consensuelle de 5 ans.  A l’issu de cette transition, chaque parti et association aura le plein droit d’action, dans un paysage plus démocratique, ou la force des urnes aurait pris le pas sur la force des armes et ou le combat politique ne sera qu’un combat d’idées. 

Aujourd’hui, nul ne peut contester que l’Union de Forces du Changement (UFC) soit la première formation politique au Togo.  L’UFC, et en particulier son Président Gilchrist Olympio, a les moyens, la stratégie et la force nécessaire pour redresser le Togo.  Nous regrettons que le paysage dictatorial présent incarné par Faure Gnassingbé ne permette toujours pas à l’UFC d’acceder au pouvoir. 

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et son Président d’Honneur Me Yawovi Agboyibo possèdent aussi des atouts pour diriger ce pays dans la paix et pour redresser l’économie de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest. 

Ces deux partis qui forment aujourd’hui la voix de l’opposition entière au parlement togolais, doivent être les leaders de cet accord interne que nous appelons de nos vœux.  Il ne sert à rien à ce jour de se battre pour la place de première formation de l’opposition, mais il est temps que les deux partis et tous les opposants au régime de Faure puissent ensemble montrer un sursaut patriotique pour sauver le Togo de sa gangrène.  Partout en France, en Grande Bretagne, au Sénégal etc. … les grands leaders forment des coalitions a la veille des élections afin d’accéder au pouvoir.  N’allons-nous pas ressembler à nos adversaires si nous restons hermétiquement fermés aux idéologies de nos seuls partis politiques ?

Etre Leader, c’est accepter en un certain moment de la vie politique de sacrifier son propre honneur, de fermer les yeux sur son propre mérite, et parfois même de prendre des décisions impopulaires contre vents et marées pour sauver son peuple.  Seule l’histoire donne raison aux choix politiques des grands leaders, parfois même après leur mort. 

Les élections présidentielles de 1998, de 2003 et de 2005 ont été remportées par l’Union des Forces du changement (UFC) ou leurs alliés.  Mais le refus du RPT à remettre le pouvoir a ce parti, la fraude systématique, la complicité de la France, les violences postélectorales menées par les milices du RPT ont empêchées l’UFC d’accéder a la magistrature suprême.   Bien d’autres associations comme le MO5, la Diastode, ATLMC, GRAD, CTR, etc. … ont contribuées a la résistance du peuple togolais.  Les nouvelles formations politiques comme Alliance, GRAD, Obuts, Sursaut,  etc. … ne doivent pas être ignorées dans la solution que nous voulons globale pour déplumer le RPT de toutes ses forces.  

 

En Quoi 2010 Peut Etre Différent de 2005

En 2005, les forces démocratiques avaient choisi un candidat unique sur pression du peuple togolais.  Malheureusement, trois facteurs ont empêchés l’arrivé au pouvoir du candidat Akitani Bob : L’armée togolaise, la France et les institutions africaines (CEDEAO, UA etc…). En 2010, il faut utiliser ces critères sur lesquels le RPT compte contre lui-même et ainsi, comme le dit l’adage, obliger le serpent à avaler sa propre queue. 

L’armée Togolaise 

Composée en grande majorités de personnes très proches du RPT, l’armée togolaise a toujours vu en mal le changement démocratique.  Hors, un pays ne peut être souverain sans une armée.  Il nous appartiendra en Février 2010 d’essayer de gagner la confiance des jeunes officiers et même de certains généraux, barons du régime.  L’idéal serait d’imposer le changement a cette armée, mais on ne peut pas se défaire de 20,000 hommes lourdement armés avec des cailloux et des lance-pierres.  L’endurance des jeunes de Be, d’Aného, d’Atakpamé, de Sokodé, de Kara, de Dapaong etc.…. qui pratiquent l’ « Intifada » ne pourra rien contre la machine oppressive du RPT. 

C’est pourquoi en 2010, nous devons trouver une stratégie pour que l’armée perçoive le changement comme un facteur positif de développement et non de règlements de comptes.   Nous devons promettre l’intégration de jeunes officiers dans notre futur gouvernement, promettre l’augmentation des salaires, le bannissement de la retraite forcée des soldats de rangs, etc. ….  Ceci constituera les bases d’un pacte républicain avec l’armée togolaise.  Il faut proposer au poste de ministère de la défense un homme que l’armée connait très bien et accepte.  C’est une question de stratégie.  Il faut leur faire comprendre que, quelque soit le Président au pouvoir, ils resteront une institution républicaine et aucun soldat ne sera déshabillé ou exécuté le 1er Mars 2010 parce qu’ils ont été comme le peuple togolais, utilise a des fins sordides par le RPT. 

Nous pouvons même proposer une amnestie pour les violences politiques et ainsi les rassurer qu’ils ne dormiront pas a la TPI la nuit du 1er Mars 2010. Les barons du RPT seront aussi concernés par leur avenir après le changement.  L’amnestie n’empêchera pas des poursuites ciblées dans le futur pour des crimes de sang. 

La France

Le problème togolais est directement lié à la France et la solution ne peut être trouvée sans la contribution de celle-ci.  Eyadema a été toujours le protégé de la France qui voyait en lui la protection de leurs intérêts financiers dans le pays.  Les gens nous diront qu’il faut balayer la France du Togo et mettre sur pied de nouvelles relations avec la Grande Bretagne, l’Allemagne, les Etats Unis, la Chine etc. ….  Le mal est que ces pays n’ont aucun intérêt au Togo et ne feront rien de plus que sympathiser avec la douleur du peuple togolais après les violences.  Ces pays ne partagent pas la même langue que le Togo et se limiteront a des communiques creux.  Ces pays sont très solidaires, même s’ils soutiennent des entités différentes en Afrique.  Par exemple, ne rêvons pas que l’Allemagne entreprendra une action en Afrique qui compromet  les intérêts de la France sans l’accord de celle-ci. 

Les positions de Washington sont directement liées à celles de l’Union Européenne au Togo car le pays ne possède pas de potentialités qui attirent Washington comme le pétrole, le diamant, l’uranium.  Les intérêts américains sont limités aux bâtiments de l’ambassade et au centre culturel américain.  De ce fait, la Coalition des Mouvements Anti-Faure (CMAF-Togo), pense que la solution togolaise doit passer par l’implication de Paris, raison pour laquelle nous proposons Paris comme  lieu de signature de cet accord.  Nous devons impliquer des personnes de la gauche comme de la droite française pour être sur que le soutien de la France n’est pas limité au seul Parti Socialiste qui est à ce jour dans l’opposition.  Nous devons dire à la France le futur de nos relations  avec elles si notre coalition venait au pouvoir.  Nous devons impliquer des sociétés françaises à cette table pour rassurer la France. 

Le but est de couper l’herbe aux pieds de Faure et lui priver des félicitations de la France s’il venait à voler les élections de 2010.  Le soutien des services secrets français sera très déterminant dans la remise au pouvoir du Président élu le 28 Février 2010

La CEDEAO, l’UA, les Chefs d’Etats Africains

La CEDEAO, l’UA, les chefs d’états africains doivent être impliqués dans notre stratégie.  Nous devons aller conquérir les cœurs des doyens africains comme Wade et Compaoré avant les élections et non pas après.   Les positions politiques de la CEDEAO commencent ces derniers temps à s’améliorer.  On l’a vu dernièrement avec le cas de la Guinée et celui du Niger.  Un soutien de la part de ces institutions sera très bien venu.  A l’issu des accords de Paris, une délégation devra faire le tour des chefs d’états de l’Afrique de l’ouest pour obtenir leur bénédiction et priver Faure de ce soutien. 

Le Gouvernement De Crise

Nous proposons aux partis de l’UFC, du CAR, CDPA, Obuts, Alliance et aux associations comme GRAD, Sursaut-Togo, MO-5, Diastode, Synergie-Togo  etc.… de s’assoir ensemble à Paris pour définir un gouvernement de crise qui sera issu des élections de 2010.  CMAF-Togo pense que Kofi Yamgnane sera un bon candidat aux yeux de la communauté internationale pour conduire cette transition.  Ce n’est pas que Kofi Yamgnane est plus intelligent ou plus populaire que les autres partis, mais seulement Kofi comme candidat nous ouvrira la porte a des soutiens qui empêcheront au RPT de refaire les même choses qu’en 2005.  Il nous appartient de l’utiliser pour sauver notre peuple, de lui imposer des garde-fous comme une gestion consensuelle, une présidence à un seul mandat non renouvelable etc. ….  Sa victoire aux élections présidentielles a beaucoup plus de chance de provoquer des remous au sein de l’armée et d’avoir le soutien de son pays d’adoption, la France,  que celle d’un autre candidat.  Il vous appartiendra de justifier ce candidat auprès de vos états majors respectifs, sachant bien que certains penseront qu’il faut faire cavalier seul.  Je vous assure que l’histoire vous donnera raison et fera de vous des héros. 

La Feuille de Route de la Transition de 5 ans

Contre le RPT, nous proposons la feuille de route suivante:

Ø      Courant  Janvier 2010 : Les mouvements ainsi cités se retrouvent à Paris pour la négociation et la signature de cet accord de sortie de crise du Togo. La réunion sera conjointement dirigée par Synergie-Togo et CMAF-Togo. Kofi Yamgnane est annoncé comme candidat unique et les autres candidatures sont retirés. 

Ø      Février 2010 : Tous les partis précités et les associations, avec le soutien de la communauté internationale, rentrent en campagne. 

Ø      A partir du 1er Mars 2010 : Mobilisation pour réclamation du pouvoir des mains du RPT. 

Ø      15 Mars 2010 : Nomination de Mr. Gilchrist Olympio comme Premier Ministre.  Formation du gouvernement d’union national (La Dream Team) dont la composition est en Annexe A. A noter que cette liste pourra être changée au cours des discussions pour aboutir aux Accords de Paris.   Mais en aucun cas, la liste finale ne devra être modifiée par Koffi ou Gilchrist sans consulter les autres partis signataires.  La Dream Team aura une mission bien précise :

§       Remettre le pays sur les rails et donner un souffle nouveau au pays

§       Bannir la constitution actuelle et retourner a la constitution de 1992

§       Dissoudre la présente cours constitutionnelle et créer une nouvelle cours. 

§       Initier la réconciliation nationale

§       Redéfinir la place de l’armée dans notre société et dans le processus politique. 

§       Créer une commission électorale consensuelle

§       Organiser des élections législatives puis locales dans la transparence.  Que ce sera beau d’avoir des députés,  maires et conseillers municipaux de l’UFC, du CAR, Obuts, Alliance, PSR, etc. dans nos villes. 

Ø      Pendant son mandat, le gouvernement de crise devra procéder à un changement fondamental des institutions du pays avec des hommes issus de l’UFC, du CAR et des autres formations sur une base consensuelle.  Plus de 5,000 postes sont à pourvoir a savoir : Les postes de directeurs de sociétés d’états  (Port Autonome, Lonato, Phosphates, Togocel, Telecel, Douane,  etc. …), les postes de directeurs de banques, les préfets, les ambassadeurs, les directeurs des départements d’états, les cabinets et conseillers des ministères etc.

Ø      Janvier 2015 : Elections présidentielles auxquelles Kofi Yamgnane ne doit pas se présenter.  Occasion pour l’UFC, le CAR, Obuts, Alliance, CDPA, CPP et même le RPT de se mesurer aux urnes sans risque de fraude ou de violences politiques. 

La Stratégie du RPT pour 2010 et au delà  

La stratégie du RPT en 2010 est simple : Organiser des élections truquées en 2010 qui  résulteront a une victoire de Faure Gnassingbé avec 38 % des voix et Gilchrist Olympio en deuxième position avec 30 % des voix.  Les milices sont déjà rôdées pour mater les contestataires et la France, une fois encore, risque de fermer les yeux pour préserver ses intérêts.  Faure Gnassingbé proposera, avec le soutien de Compaoré, de la France, de la CEDEAO, et même des Etats Unis un gouvernement d’union national sur la base des résultats de la présidentielle, avec Gilchrist Olympio comme premier ministre. 

Le but pour le RPT est de calmer et d’endormir les esprits.  Gilchrist Olympio, devant la pression populaire et par pitié pour les populations massacrées par les chars à Lomé sera contraint d’accepter cette nomination.  Le gouvernement sera issu à 40 % RPT, 40 % UFC, 10 % société civile et 10 % des autres formations.  Dans cette coalition apparente, les barons du RPT garderont le monopole des sociétés d’Etat, des préfectures, des mairies, des banques, de la douane qui constituent en fait les mailles du pouvoir et rendront compte directement a Faure Gnassingbé et non au premier ministre Olympio. Comme ce fut le cas avec Maitre Agboyibo, le RPT ne donnera pas les moyens à Olympio de gouverner.  Cette cohabitation rendra l’UFC faible devant le peuple togolais et le gouvernement sera dissous en 2013 pour le remplacer par un premier ministre du RPT.  En 2015, le RPT présentera Kpatcha Gnassingbé comme candidat, réformateur du parti  et opposant virtuel à Faure Gnassingbé. 

Gilchrist et Agboyibo seront trop vieux pour mener la campagne et le manque de nouveaux leaders rendra l’opposition faible.  Kpatcha devra gouverner pour 10 ans avant que Meyi Gnassingbé n’ai assez d’expérience pour s’emparer de son « héritage naturel » en 2025.  De Meyi, la troisième génération des Gnassingbe composée des enfants de Faure, Kpatcha et Meyi seront sur la scène politique.  Tout le monde dira que ce n’est pas acceptable et que ca ne se passera pas ainsi.  Mais, si nous avions dit dans les années 2003 que Faure remplacera Eyadema a sa mort si l’opposition ne se ressaisissait pas, tout le monde aurait dit que ca ne se passera pas ainsi, et pourtant !  Maintenant, qu’allons-nous faire pour déjouer cet agenda ? Allons-nous continuer par jouer au jeu du RPT en laissant le peuple seul contre des oppresseurs qui n’ont aucune pitié pour la vie humaine ?

La Position du Peuple Togolais  

Le peuple togolais continu à faire confiance a ces leaders d’opposition.  Mais, l’endurance d’un peuple n’est pas eternel.  Il faut trouver une solution qui permettra au Togo de sortir de la nasse dans laquelle le RPT l’a emprisonné.  Le peuple ne vous pardonnera pas le refus de cet accord interne pour mettre fin au régime du RPT.  Si vous refuser pas de faire des alliances avec des collègues de l’opposition, ne rêvez pas que le peuple verra d’un bon œil toute entrée au gouvernement présidé par Faure et ses acolytes. 

Les accords que les partis d’opposition signent avec le RPT constituent un pacte avec le diable, d’autant plus qu’ils ne permettent au RPT que de se racheter et de prolonger la souffrance du peuple. Au lieu de courir à Ouagadougou siroter le vin avec des gens que vous dites combattre, pourquoi ne pas signer des accords internes avec des partis avec lesquels vous partager les mêmes idéologies ?  En moins que vous ne partagiez des idéologies avec le RPT.  Rappelez-vous de Colmar, Ouaga 1, Ouaga 2, Accord Cadre de Lomé etc …..  Le RPT ne signe un accord que quand ils sont sur de trouver une solution de contour. 

Le peuple n’a jamais compris pourquoi l’opposition togolaise n’arrive pas à faire une alliance de circonstance pour sauver le pays.  Cette proposition de sortie de crise est le rêve du peuple togolais, raison pour laquelle nous avons appelé ce gouvernement la « DREAM TEAM ».  Refuser de participer a la Dream Team, c’est continuer de croire que les intérêts du peuple sont minimes par rapport aux intérêts de vos partis.   C’est dire au peuple togolais qu’être Président de la République est la seule façon de contribuer au développement du Togo. 

Pour terminer, sachez que ce document vous met chacun face à l’histoire et le destin de votre peuple est dans vos mains.  N’aller pas faire des alliances sordides de partage du pouvoir avec le RPT a l’issu de soit disant Accord Politique Global qui mettront seulement quelques 5 ou 6 leaders de vos partis dans le gouvernement dominé par le RPT et oublier ces milliers de militants de vos partis qui, après plus de 20 ans de lutte sans succès, ne peuvent pas trouver de boulot parce qu’ils se sont affiches comme vos militants, se retrouvent maintenant sans chaussures mais qui, pieds nus et cailloux en mains, continuent à résister face aux chars du RPT.  Il est temps de donner l’opportunité à ces jeunes d’accéder à des postes de responsabilité avant qu’ils ne vieillissent dans la misère.  Il faut que ces jeunes gens contribuent au développent du pays et se fassent un avenir. 

Nous attendons vos réactions au plus tard le 10 Janvier 2010 pour démarrer,  ensemble, les discussions de Paris.  Si aucune réponse n’est reçu après cette date,  nous constateront votre refus d’agir.

Nous demandons à tous les jeunes togolais, militants de partis de faire la pression nécessaire sur les leaders pour que la rencontre de Paris ait lieu. Visiter Notre site internet http://www.dontvotefaure.com pour soutenir ce projet en signant une pétition. 

La balle est dans votre camp, le Togo est dans vos mains, pas celles du RPT !!!!

Nos Contacts :

Tel : (1) 336-255-0107/ Fax : (1) 919-325-3550 / E-mail : contact@dontvotefaure.com

Pour CMAF-Togo, le Coordinateur,

 

 Farouk M. Banna

Distribution: 

Etats Major des Candidats a la Présidentielle de 2010

Gilchrist Olympio, Yawovi Agboyibo, Agbeyome Kodjo, Kofi Yamgnane, Dahuku Péré, Maitre Tchassona, Pasteur ADA.

 

Partis Politiques 

UFC, CAR, CDPA, CDPA-BT, PSR, OBUTS, ALLIANCE, MCD

 

Mouvements et Associations 

MO5, GRAD, Associations de Diaspora Togolaise, Diastode, Sursaut Togo, Synergie-Togo

 

Sites Internet d’Information

www.icilome.com, www.togoforum.com, www.letogolais.com, www.etiame.com, www.dontvotefaure.com, www.togocity.com, www.lynxtogo.info, www.lomecity.com, www.togosite.com

 

Presses Privées Togolaises 

Chronique de la Semaine, Combat du Peuple, Courrier de la République, Golf info, Forum de la Semaine,

Alternative, La dépêche, Le Canard Indépendant, Le Changement, Le Correcteur, L’éveil de la nation,

L’indépendant Express, Le Messager, Liberté Hebdo, Le Regard, L’Union, Le Magnat Libéré, Triangle des Enjeux.

 

                                                   ANNEXE A : Dream Team 2010

Note : Cette initiative émane exclusivement de la Coalition des Mouvements Anti-Faure (CMAF-Togo).  Cette association est indépendant de tout parti politique et de tout candidat a la présidentielle de 2010.  Aucune des personnes proposées dans ce gouvernement, associations ou partis politiques cités n’a été préalablement consulté avant la mise sur pied de ce document. 

Président de la République  Kofi Yamgnane

Premier Ministre, Chef du Gouvernement: Gilchrist Olympio

Président de l’Assemblée Nationale Maitre Yawovi Agboyibo

(En attendant les législatives, le Maitre sera nommé Ministre d’Etat, Conseillé Spécial du Président de la République)

1.       Ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères: Patrick Lawson (UFC)

2.       Ministre d’Etat, ministre des finances, du budget et des privatisations: Sam Djobo (Sursaut)

3.       Ministre d’Etat, Garde des sceaux, ministre de la justice : Me Dodji Apevon (CAR)

4.       Ministre de l’économie et du développement : Michel Nadim Kalife (Sursaut)

5.       Ministre de la santé: Dr. James Amaglo (CAR)

6.        Ministre de la coopération et de l’intégration africaine: Victor Alipui (GRAD)

7.       Ministre des mines et de l’énergie : Professeur Leopold Gnininvi (CDPA)

8.       Ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat : Eric Amerdine (UFC)

9.       Ministre de l’enseignement primaire et secondaire : Bana Tchamollah (UFC)

10.   Ministre de la défense, des anciens combattants et de la réconciliation armée-nation: Général Zakari Nandja (Armée Togolaise)

11.   Ministre de la communication et de la formation civique : Me Gahoun Hégbor (CAR)

12.   Ministre de l’aménagement du territoire et de la décentralisation : Jean-Pierre  Fabre (UFC)

13.   Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche : Agbeyome Kodjo (Obuts)

14.   Ministre de la sécurité : Akila Esso Boko (Société Civile)

15.   Ministre du travail, de l’emploi et de la fonction publique: Me Abi Tchessa (PSR)

16.   Ministre chargé des relations avec les institutions de la République: Me Manavi Isabelle Ameganvi (UFC)

17.   Ministre de l’administration territoriale : Yawovi Jean Degli (Société Civile)

18.   Ministre de l’équipement, des transports, des postes et télécommunications et des Innovations technologiques : Camille Lawson-Body (Synergie-Togo)

19.   Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche : Issifou Moussa (Diaspora-USA)

20.   Ministre des droits de l’homme et de la démocratie : Antoine Koffi Nadjombe (DIASTODE)

21.   Ministre de la culture, du tourisme et des loisirs: Ali Tchassanti (Diaspora-Allemagne)

22.   Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle: Dahuku Pere (Alliance)

23.   Ministre de la ville et de l’urbanisme : Aime Tchaboure Gogue (ADDI)

24.   Ministre des petites et moyennes entreprises et de la promotion de la zone franche : Karl Gaba (Synergie-Togo)

25.   Ministre des affaires sociales et de la promotion de la femme : Célestine Akouavi Aïdam (GF2D)

26.   Ministre de la jeunesse et des sports: Eloi Koussawo (MO5)

27.   Ministre délégué auprès du ministre des droits de l’homme et de la démocratie, charge chargé de l’éducation civique et de la réconciliation nationale: Samuel Kowouto (Société Civile)

28.   Ministre délégué auprès du ministre de l’administration territoriale chargé des collectivités locales: Abel Gbogbo (Diaspora-USA)

29.   Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la jeunesse et des sports, chargé de la promotion des jeunes : Nicodème Habia (UFC)

30.   Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre charge du développement à la base : Aka Frederic Kodjo (MO5)

 

 

 

Laisser une réponse