Andjo Tchamdja : Si l’histoire de « Zeng Gong » m’était racontée

0

Si il y a une chose qui ne surprenne plus le commun des Togolais sur leurs ministres, directeurs de société voire président, c’est l’art et le génie de détruire la République en toute IMPUNITÉ. Un ministre des mines d’un pays comme le Togo cité comme pauvre et endetté ce n’est pas cas même l’occasion rêvée de devenir un multi-milliardaire et de piller les maigres projets. Mais le grand avantage au Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) quand on est membre important de ce parti, est qu’on a une licence sinon deux contre le peuple Togolais. La première licence est de piller la République. La seconde est de tuer les Togolais. La somme des deux licences est « l’impunité bétonnée » dont on bénéficie au final. Quand le Lynx a braqué ses yeux au ministère des Mines et de l’Equipement réputé être un pavillon du grand banditisme, et de la corruption, on savait que le résultat ferait grincer les dents. Les premiers recoupements nous amenaient toujours sur deux noms : Andjo Tchamdja et Faure Gnassingbé. Au plus fort de la crise entre le Togo et toutes les institutions financières et l’Union Européenne (UE) les maigres ressources du Togo étaient aussi immédiatement pillées par les deux.

Agbéyomé Kodjo ex- membre du baronnât peut grommeler dans sa longue lettre du 26 juin 2002 après avoir vainement lutter contre sa conscience: « Les marchés publics sont truqués au profit de parents et amis. Les sociétés CIMTOGO et WACEM subissent des traitements différents en raison de la défense d’intérêts particuliers pour lesquels la première est sacrifiée au profit de la seconde élu aux avantages de la Zone franche. Les ressources de la Caisse Nationale de sécurité sociale(CNSS) sont siphonnées par LOME II au mépris des intérêts des travailleurs qui attendent toujours le paiement des arriérés des allocations familiales et une liquidation rapide de leurs pensions. La privatisation en cours de la Société Togolaise de Coton ( SOTOCO alimente des appétits de corruption estimée à plusieurs milliards de FCFA au profit du même réseau.Généralement, quand elles ne profitent pas au clan familial du Chef de l’Etat. Les privatisations aboutissent difficilement. » Andjo Tchamdja au sommet de son art n’en demandait pas mieux. La justice au Togo est l’enfant chéri des délinquants. Si les juges et les procureurs ne sont pas tous de la même basse-cour, il se raconte qu’ils ont le même plumage, mieux un dénominateur commun: Corrompus

Andjo Tchamdja : Je suis un génie contre mon peuple

Le problème au Togo est que les nouveaux riches, ont tout facile. Mais Andjo a encore tout qui lui est plus facile. Neveu du clan, cacique du RPT et prébendier d’un genre nouveau, la route est balisée pour tous les coups les plus tordus. Les Ivoiriens dans leur jargon, eux, diront par exemple que la route lui est waaaaaaaaaa… Pour se faire des milliards, le plan concocté a été aussi simple qu’un jeu d’enfants. Dans un Etat sérieux, ce qui ne peut échapper aux contrôleurs des finances, échappe totalement au Togo à tous regards des inspecteurs sinon des veilleurs de nos impôts.
Pour atteindre ses fins, Andjo fabrique un nom magique : Zeng Gong. La province Jiangxi,  il la pique comme dans le film « Un Prince à New-York » de l’acteur américain Eddy Murphy  où la star américaine avec une règle et les yeux fermés pique la banlieue de Bronx qui doit devenir sa terre d’asile. Ici, Andjo choisit la province pour semer la confusion. Pour sa folie prédatrice, il fait un contrat en bonne et due forme. Si la province existe belle et bien, le nom Chinois  de l’entrepreneur est une pure fabrication  mieux une fiction de sa majesté Andjo Tchamdja. On nous annonce au Lynx que tous les ministères sont sur des volcans de prébendes. La chute du RPT reviendrait à dire aussi que le Togo pourrait être victime d’un tsunami volcanique aux odeurs de billets de banque. Combien de contrats tronqués a-il déjà à son actif Andjo? Chose difficile d’autant plus que c’est le RPT qui gère et surveille le faux et le vrai. Ceci  fait qu’on ne peut évaluer l’ampleur du gâchis! Le Lynx a pu se procurer un échantillon d’un contrat comme ils savent le faire depuis 43 ans dans cet éventail du faux dans le faux que les caciques du RPT et leurs directeurs se sont fait maîtres depuis la nuit des temps. Sinon depuis 43 ans qu’ils dirigent d’une main de fer le Togo.

Voici un contrat qui frise le ridicule, le vol, le grand banditisme. Dans le contrat, comme par miracle, l’Etat Togolais a avancé 3.400.000 dollars le 17 mai 2003 a cet entrepreneur fictif. Pour plus de précision Andjo Tchamdja avec le versement est riche de 3.400000 Dollars. L’année 2003 rappelle les années 1974 avec le boom des phosphates à l’inverse de 2003 qui est celui des contrats tronqués. 2003, c’est aussi  l’année où le Togo avait arrêté de respirer économiquement selon le clan et ses dirigeants. Argument avancé: rupture de la coopération avec l’UE. Curieusement, il y avait encore des millions de dollars cachés quelque part pour les réalisations des ponts, des routes. Il appartient désormais à Andjo Tchamdja de montrer à ses concitoyens  les ponts et les routes qu’il a construit avec 3.400000 dollars dans un délais de 4 ans six mois comme le dit le contrat . Un contrat aux timbres à l’honneur du patriarche du clan. Tout un symbole!

Dans cette manœuvre, le Togo perd doublement. D’abord les ponts et routes « made Tchamdja » ne sont pas réalisés. Ensuite, la dette est versée dans le compte du trésor public et désormais estampillée « dette intérieure ». Agbéyomé qui connait le mieux le clan décrit l’art de faire: « Les bénéficiaires de cette gigantesque malversation sont ceux là même qui accusaient les anciens responsables politiques d’avoir jadis sacrifié les intérêts du Togo sur l’autel de leurs intérêts personnels. Pendant qu’ils redoublent d’ardeur dans les opérations de détournements et se réjouissent des montants faramineux de leurs avoirs, les hôpitaux et les Centres de santé sont dépourvus du minimum requis pour leur fonctionnement, les salles de classes manquent de matériels didactiques tout comme l’Université de Lomé devenue le souffre- douleur de tous les fossoyeurs impénitents du savoir et de la culture » . Dès lors que  les Togolais ont une dette de 6.200.000  dollars, convertis en francs CFA, c’est quelques milliards de dette pour des générations futures.  Le banquier sinon les banquiers chargés de faire les transactions sur les comptes personnels sont des « génies maison » du clan. Quand le Lynx dans son enquête est fauché sur de mauvaises pistes du côté de Lomé, les relations chinoises nous viennent en aide. Il faut trouvé l’entrepreneur Zeng Gong à n’importe quel prix.

Un travail de fourmis au milieu d’un milliard et demi de chinois.

L’ami allemand, le Dr métallurgiste Axel Vox installé depuis en Chine fait du nom « Zeng Gong » son dada après son boulot. Il cherche dans les pages jaunes chinoises l’entrepreneur. Les coups de fils dans les ministères Chinois de tutelle pleuvent. Le résultat au départ est le même à l’arrivée : « Rien à signaler » ! Le Dr Chinichi Oyaka, Japonais  met la main à l’enquête. Il faut aider le Lynx. Il se fixe pour objectifs de retrouver toutes les sociétés chinoises qui ont fait dépôt de bilan depuis 15 ans et de retrouver l’entrepreneur « décédé » et son entreprise. Les noms Zeng Gong se succèdent mais aucun n’a jamais été entrepreneur. Ni en Chine ni dans la province de prédilection d’Andjo Tchamdja : Jiangxi. Le Lynx met le cap sur tous les moteurs de recherche comme Google, Wikepédia, Yahoo… Patatras ! La rédaction du Lynx commence par baisser les mains. Il ne faut pas écrire des conneries, des mensonges , mieux il faut donner à Andjo le « bénéfice du doute ». L’Allemand nous écrit et laisse ce titre : «  Et si le nom Zeng Gong n’existait pas et était une invention ? ». Le Lynx se remet encore au travail. Dans la fièvre des élections du 4 mars , le Lynx était plus à la recherche des prédateurs de la République qu’ à la quête d’un dictateur dans l’opposition qui viendra en cacher un autre déjà existant. Fort des mots que Agbeyomé Kodjo avait laissé dans une lettre écrite datée du 20 février 2005 au prince de la nation, Faure Gnassingbé : « Il n’est secret pour personne que c’est toi qui gère, l’immense fortune réelle ou supposée de ton père évaluée en plusieurs centaines milliards de francs CFA qu’il faudra bien justifier le moment venu. La gestion hasardeuse du patrimoine nationale, les commissions touchées sur le pétrole togolais dont l’extraction n’a pas encore commencé devront être élucidées en relation avec une dette extérieure chiffrée à plus de MILLE MILLIARDS de FRANCS CFA. » les recherches repartent pour Lomé. Mais cette fois-ci avec un peu plus de chance et de combinaisons très risquées du Lynx.

Et le pot aux roses !

Le 19 février 2010 la rédaction du Lynx est aux zénith. C’est trouvé ! Un mail d’un fonctionnaire du ministère des Mines et de l’Equipement est intercepté par la  la rédaction. Un intermédiaire  Togolais ,qui, effrayé par le grand banditisme reconnaît qu’il est chargé de donner son où ses numéros de compte mais sur instruction des fonctionnaires du ministère qui ont juré avec l’aide des banquiers de sortir hors des frontières le reste de la somme à payer à  l’imaginaire « Zeng Gong » (cf E-mails publiés ). Togo-Presse a listé « Zeng Gong » comme étant cet entrepreneur que l’Etat Togolais devait. Faure n’a t-il pas juré d’apurer la dette intérieure ?  Ce sont des agents déchainés qui tentaient contre vents et marées de mettre la main sur le contrat tronqué d’Andjo Tchamdja. Lui ayant prit une bonne partie (3. 400.000 dollars), les pauvres agents sans aucune investigation iront même à dire à leurs suppôts en Europe avec lesquels  ils doivent faire transiter le reste des millions que « Zeng Gong » est décédé.

Les enquêtes du Lynx durent de nouveau dans le ministère des Mines et de l’Equipement durant un mois. Ce sont des agents aguerris et jurant de transférer la somme restante qui  traçaient et retraçaient des plans. Il faut sortir cet argent avant que l’on ne découvre le pot aux roses. Ont-ils sortis ces millions de dollars avant que ne débute le quinquennat de Faure ? Ont-ils laissé les millions de nouveau à Andjo Tchamdja II  afin qu’il achève ce qu’il avait commencé en 2003 ? Pourquoi Faure a t-il rappelé au gouvernement celui que les Togolais disent être le plus prédateurs des biens publics? Autant de questions que journalistes, juges, avocats, et pays donateurs devraient clarifier.

Sinon, la vilaine dette du Togo que Faure et comparses disent être à l’actif des Togolais est en réalité le fruit de 43 ans années de Grand Banditisme sur lequel est venu se greffer une IMPUNITÉ qui prend des allures d’une fatalité. Les Togolais ne sauraient payer les dettes pour lesquelles ils ne sont pas complices. Quand on sait que curieusement, se sont les voleurs qui sont chargés d’arrêter les voleurs, le chemin reste encore long à parcourir. Et les Togolais devraient commencer par y réfléchir…

Lettre
Lettre Suite

Lettre Fin

Camus Ali, Djima Matapari, Igomzikpé Malika  Lynx.info

Au  Lynx, nous avions avec l’accord et conseils des avocats et des confrères retenu la formule de protéger les carpes et de ne pas les laisser à la vindicte du procureur Robert Bakaï  comme il sait le faire quand les silures pavanent dans l’Impunité la plus totale. C’est pour cela que nous avions teintés au noir les noms des fonctionnaires du ministère. Certes, ceci n’est pas aussi un encouragement pour protéger ceux qui aussi aident à piller la République. Sans être juge, au Lynx nous disons que « l’intention vaut le crime ». Nous avions laisser  après ce travail combien coûteux et lassant d’investigation de journalistes, les autres institutions de la République de faire le reste du travail. Le Togo comme vous avez pu le remarquer est pauvre à cause du cynisme de ses enfants, sinon de ses propres enfants chers lecteurs et lectrices. Nous avons désormais un dada au Lynx : « Mettre le reste de nos forces au service de la vérité ». Pointer du doigt qui est voleur et qui ne l’est pas dans la jeune République. Si c’est cette vérité qui peut nous faire perdre nos vies , vous continuerez ce que nous avions commençés : faire en sorte que les forts et les riches ne dorment plus tranquillement. C’est dans ce soucis que nous avions avec les Mails interceptés essayés de cacher les noms et tout ce qui peut amener les forts à rejeter le crime sur les faibles. Si par hasard, la justice nous invitait au Lynx comme témoins, c’est avec fierté que nous nous rendrons pour la manifestation de la vérité.

La rédaction du Lynx

Laisser une réponse