Tout homme à un prix. Appolinaire Méwènèmèssè aussi !

0

La grande gueule de la presse pro Kpatcha et pro Faure n’a pas encore fini de manger dans tous les plats. Lui c’est bien Appolinaire Méwènèmèssè directeur de publication du journal La Dépêche. Connu dans le jardin journalistique togolais comme la voix de la dictature, cela n’avait pas empêché cette dictature de le jeter en prison comme un vulgaire bandit  avec tout ce que cela comporte comme fessées, bastonnades et humiliations. Le journaliste lui-même reconnait que n’eût été  l’intervention de feu Omar Bongo, il serait depuis un apatride. Alors pour calmer le patriarche Eyadema, il a fallu que Bongo sorte la meilleure artillerie pour qu’Apollinaire ait la vie sauve ! Pour moins que ca, le confrère Kangni Folly Bertin du journal La Parole avait été rectifié. Tué en plein cœur de Lomé, la dictature dira qu’il avait des grenades et des pistolets dans le sac. Ledit sac fouillé de fond en comble va livrer son secret : un bic et un bloc note. C’est le Togo dans toute sa laideur. Passons.

Mais Appolinaire Méwènèmèssè va connaître le summun de son Savoir-faire avec l’arrestation du député Kpatcha Gnassingbé. Il le renie et se positionne pour Faure Gnassingbé. Par ricochet, il dilue sa plume, et ne trouve plus rien à dire dans ses écrits d’autant plus que, la seule cible Gilchrist Olympio qui constituait le gros de l’inspiration de son journal est rentré avec armes et bagages chez Faure. La Dépêche se retrouvera avec des articles sans objets. Mais Méwènèmèssè  n’est pas dupe. Il sait là où se trouve ses intérêts…comme d’ailleurs la plupart des cadres kabyès. Pour atteindre à ses fins, il met le braquet sur Faure. Des articles incendiaires, des appels aux soulèvements à peine masqués afin que du côté de Kara un « printemps arabe » naisse. Des écrits sur Kpatcha injustement emprisonné. Sur le RPT grace à qui Faure doit son fauteuil de président. Des cadres kabyès qui ne seraient pas contents de lui et tutti quanti … Mais de nos investigations, le confrère n’a rien d’un journaliste qui éduque les masses et est proche des faibles. Il est tout aussi corrompu que la grappe de confrères qui font le lit de la dictature. Il fallait après le procès entre Gnassingbé,  crier « Faure » pour que Faure entende par ses propres oreilles que le « mangeur maison » est là, sinon bien là. Apparemment Faure a aussi bien attendu le message. La preuve, Appolinaire Méwènèmèssè était bien de la délégation avec Faure qui se baladait à Abidjan. Ambiance !

Igomzikpé Malika Lynx.info

 

 

Laisser une réponse