Tous les ministres de Faure rattrapés par la démocratie participative

0

De Gilbert  Houngbo à la pléthore de ministres qui grugent autour de Faure comme des abeilles aucun n’est un élu du peuple. Ce que le journal la Dépêche très proche du pouvoir ne cessait de  dénoncer au point même de s’attirer les foudres de certains ministres comme Pascal Bodjona et Gilbert Bawara au lendemain des élections législatives de 2007. Et pour cause.Depuis l’ouverture de la campagne électorale, tous les ministres ont déserté leurs ministères pour se retrouver nez à nez avec les villageois de leurs villages respectifs, cette population à la base qu’ils n’avaient plus vu depuis qu’ils sont allés étudier en Europe pour les uns et depuis qu’ils sont devenus ministres pour les autres.De Gilbert Bawara à Ninsao Gnofam passant par le travailleur international du PNUD qui disait changé le Togo en six mois, c’est la course éhontée pour une place au cas où Faure gagnait.

N’étant pas des élus du peuple, donc pas connu des togolais, il est aussi tout à fait normal que tous ces ministres soient sans base électoral. Le site de la propagande www.republicoftogo.com  titrait ironiquement : «Le ministre Mally aux petits soins pour Hihéyatro »

A la place des seringues et des bandes à pansement, le rigolo site montre le fils d’Hihéyatro en image avec deux micros.Comme pour dire avec deux micros le mensonge est porté loin ! Gilbert Houngbo est allé très tôt lundi dans la banlieue d’Agoè Nyiévé banlieue nord de Lomé casquette sur la tête, chemise sur laquelle la photo de Faure surplombait.Bilan de cette quête matinale moins de 1000 personnes et pour la plupart des curieux.Bodjona né à Kétao et fils de Kouméa dans la Kozah est aussi dans son propre pays un apatride.L’homme de tous les coups les plus tordus de Faure veut aussi faire clin d’œil à son mentor.A défaut de la Kozah, il s’est  aussi retrouvé sur le même terrain que Gilbert Houngbo mardi à d’Agoè Nyiévé.Bilan moins de 1000 personnes pour la plupart des désœuvrés convoyés depuis Tové.

Natif de Siou, Gilbert Bawara lui est allé jusqu’à faire main basse sur le tout Niamtougou parlant au nom des populations de Baga, Ténega.Qui lui a donné ce quitus ? Un losso de la diaspora : « Dis vouloir le rencontrer en personne pour lui demander le nombre de puits, de forages et les kilomètres d’autorautes qu’il dit Faure aurait construit pour la ville de Niamtougou» 

Victor Tomégbé, sans base électoral, elle à aussi sous ses jupes des milliards de Faure qu’elle distribue aux populations au nom d’un certain nouveau slogan politique : « Aide aux populations à la base ».

Les autres ministres comme Meïmounatou, Dogbé, Ewovor et autres savent qu’il sont ministres rien que pour le décor si ce n’est pour service rendu à l’amitié qui dure de très longue date avec le fils de la nation.Se battant comme un beau diable  de son vivant pour prouver à Faure que la démocratie participative était la meilleure pour faire avancer un pays encore très fragile comme Togo, feu Atsutsè Agbobli avait buté sur deux ministres pris sur le tas comme Léopold Gnininvi et Antoine Folly qui regardaient ailleurs comme si ils ne savaient pas de quoi parlait le journaliste et écrivain.Ici il faut le dire Faure,c’est cette naïveté et ce sentimentalisme politique qui ont fait échouer tout le rêve de Faure.Si il avait jamais eu un rêve pour son pays…

Djima Matapari  Lynx.info

Laisser une réponse