TOGO: Affaire de perte d’armes au RBRA : Rock Gnassingbé mis aux arrêts de rigueur

0

La guerre entre Faure et ses demi-frères continue.
L’information est tombée en fin de semaine dernière. Le Lieutenant-Colonel Rock Balakiyèm Gnassingbé serait actuellement au centre d’une affaire de perte d’armes au Régiment Blindé de Reconnaissance et d’Appui (RBRA) qu’il avait commandé pendant plus de huit ans. Pour des besoins d’enquête, il serait actuellement placé en résidence surveillée. Selon les informations en notre possession, l’affaire avait commencé depuis le départ du RBRA de l’ancien président de la Fédération Togolaise de Football.

En effet, l’inventaire réalisé dans le magasin d’armes après son départ a permis de constater la perte dans un premier temps d’un Pistolet Automatique (PA) dans le jargon militaire. A l’époque, l’Adjudant Chef Konsoh Baronam qui avait le contrôle du magasin sous le Lt-Col. Rock Gnassingbé fut arrêté et mis en « taule » bien qu’il soutenât que l’arme perdue se trouverait chez le Sergent Chef Possolina décédé quelques mois plus tôt.

Mais à peine l’Adjudant Chef Konsoh Baronam sortait de « taule » qu’il a été constaté la perte d’une deuxième arme. Et quelle arme encore ? Un Pistolet Mitrailleur Silencieux (PM) dans le jargon militaire. Selon les experts en la matière, il s’agit d’une arme puissante et très redoutable que seuls les Chefs Corps sont autorités à utiliser. Connaissant bien le froid qui règne entre le Chef de l’Etat, chef suprême des Armées, Faure Gnassingbé et son demi-frère le Lieutenant-Colonel Rock Gnassingbé à propos de l’affaire de coup d’Etat dans laquelle Kpatcha Gnassingbé serait impliqué, il n’y a pas de raison que cette faute soit pardonnée. C’est sans doute ce qui explique la mise aux arrêts de rigueur de l’ancien président de la Fédération Togolaise de Football en attendant les résultats de l’enquête en cours pour retrouver les traces de l’arme perdue. L’Adjudant-Chef Konsoh Baronam se trouverait également en « taule » pour la même raison.
« Depuis le déclenchement de l’affaire Kpatcha, il y a une peur qui règne sur l’Armée togolaise et tout est suivi de près. La perte d’une arme aussi importante que le Pistolet Mitrailleur Silencieux ne peut donc pas être passée sous silence. Les enquêtes sont actuellement en cours. Et pendant ce temps, il n’y a pas de raison que ceux qui sont au centre de cette affaire soient libres de leur mouvement. C’est pour cette raison que le Lt-Colonel est mis aux arrêts de rigueur. Pendant cette période, il peut mener ses activités ordinaires mais sous surveillance. C’est tout. Seulement qu’il ne peut pas sortir du pays », a expliqué un homme habillé sous couvert de l’anonymat.
C’est sans doute la guerre entre Faure Gnassingbé et ses demi-frères qui continue et nul ne peut imaginer l’issue qui sera donnée à cette affaire. Rappelons que dans l’affaire de tentative de coup d’Etat du 13 avril 2009, Faure Gnassingbé a déjà fait emprisonner deux de ses demi-frèes (Kpatcha et Essolizam), trois de ses cousins germains ainsi que plusieurs officiers et sous officiers des FAT.

Olivier GLAKPE

Laisser une réponse