Togo. A chaque Gnassingbé son géneral français. Faure s’offre les services du « très » pédophile Raymond Germanos !

0

Ce qui est prohibé en Occident est sous les tropiques un luxe. Ceux, qu’aucun ne voudrait rencontrer au passage sur les belles rues en Occident est une denrée rare sous les Tropiques. Chez nous, les princes, les tyranneaux comme les dilatateurs ont besoin de tout. Je dis de tout. Pourvu que la marchandise soit française. Pourrie ou pas, elle doit être française. Après le père Gnassingbé qui nous avait gâtés avec l’ère du général Jeannot Laccaze, voici venu l’ère Faure qui tient, je dis qui tient à écrire son histoire avec un pédophile de grand chemin nommé Raymond Germanos. Mais veut-on nous faire croire que dans la pléthore de fils militaires kabyè que Gnassngbé père et fils ont envoyé dans les écoles de guerre à St Cyr en France, qu’un seul, je dis un seul n’ait digne de confiance pour conseiller un président d’une république qui se veut normale ? Quel est ce complexe d’inféroirité qui nous tape au visage de quelqu’un qui aurait pu se passer des sorciers blancs ?  Trêves à la pagaille ! Il n’y a pas après cinquante ans d’indépendance, ce kabyè officier digne de confiance au Togo ? On à beau dire à Faure que son nouvel ami et bouclier a un passé chargé, c’est tant pis ! On a beau souffler dans les oreilles de Faure que son nouveau protecteur- le général Raymond Germanos avait été interpellé pour détention de 3.000 images pédo-pornographiques, c’est Rien !  Je dis pour l’enfant de Sabine ce n’est pas encore grave de laisser un pédophile arpenter la présidence, symbole de la république. Au Togo, violer une mineure est-il devenu  normal ?

D’ailleurs, quand le chef actuel de la Fédération Togolaise de Football avait mis sa boulimie sexuelle sur une mineure, au Togo de Faure Gnassingbé on avait trouvé tout ceci normal. Bien mieux, on avait  entendu dire que, la pauvre fille était responsable de son propre malheur. Et oui !

Pour fêter le Nouvel an 2014, Faure nous a gracieusement fait un beau cadeau  d’un pédophile hors pair dans la cité. Chez nous ou mieux dans le cercle fermé, on appelle tout ce bazar de nouveaux preux sexuels et de détraqués mentaux des « amis ». Dans un pays normal, un président de sa trempe, jeune et plein d’énergie devrait être un exemple. Depuis, le Togo ne vit plus dans la normalité. Faut-il rappeler à nos lecteurs que le président du Togo est le seul au monde qui n’est pas marié mais en termes de « câblage » des fées de minuit se veut un donneur universel ? Non ! Que veut dire cette pagaille ? C’est quoi cette affaire encore Faure Gnassingbé avec un pédophile français comme conseiller militaire ? Où va la république ? Qui nous avait dit qu’il était jeune et avait un peu un sens de la patrie ?  Que ceux qui avaient parié sur sa jeunesse lèvent encore le doigt et ils verront notre foudre s’abattre sur eux.  C’est quoi encore ce général pédophile dans les couloirs de la Marina après Charles Debbasch qui se la coule douce chaque soir au Jazz Club « Le Mandingue » entouré de midinettes, sirotant son whisky et se moquant gauloisement de nous d’être la race la plus bête au monde ? Le Togo est-il devenu une terre au 21° de recyclage de voyous, de pédophiles français de tout poil ?  Bien que l’intéressé ait reconnu publiquement devant le juge : « J’admets la consultation. Je voulais simplement dire que je regrette. C’était une période perturbée par des problèmes médicaux » , au Togo tout semble dire que ce n’est encore pas trop grave. Et pour Faure qui tient à en faire du général son nouvel ami, vivement que la jeune fille togolaise ne paye pas le prix d’un récidiviste galonné qu’aucun gaulois ne veut plus voir.

Qui peut encore nous contredire que les esprits malsains n’étaient pas nés pour être ensemble ?

Camus Ali Lynx.info

 

Lire ici, ce que dit un journal du pays de Raymond Germanos de son fils et citoyen

Général Germanos: 10 mois avec sursis

L’ancien général d’armée Raymond Germanos, poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour détention de près de 3.000 images pédo-pornographiques entre 2004 et 2008, a été condamné ce soir au terme d’une demi-heure de délibéré à dix mois de prison avec sursis. Il devra également verser un euro de dommage et intérêts aux trois associations parties civiles.

Le ministère public avait requis mardi soir une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve avec obligation de soins à l’encontre de l’ancien haut gradé, qui comparaissait pour la détention d’images pédo-pornographiques retrouvées sur du matériel informatique saisi à son domicile.

La procureure avait également réclamé le dédommagement des parties civiles, trois associations de protection de l’enfance qui ont réclamé au total 25.000 euros de dommages et intérêts.

Raymond Germanos, qui comparaissait libre devant le tribunal, n’a pas fait de commentaires à sa sortie, ni son avocat. La défense avait demandé au tribunal d’ordonner une expertise afin de déterminer si la tumeur dont souffrait au moment des faits le militaire pouvait induire un comportement pédophile comme le laisserait entendre la littérature médicale.

Sanglé dans un costume noir, chemise blanche, le haut gradé à la retraite, âgé de 68 ans, a reconnu la « consultation » de ces images mais pas leur « détention ». Des images mettant en scène des enfants très jeunes, de six mois à douze ans. « Ce ne sont pas des images de jeunes éphèbes. Ce sont des actes inqualifiables. Certaines de ces images sont insoutenables », a déclaré la présidente du tribunal, Marie-Françoise Guidolin.

« J’admets la consultation. Je voulais simplement dire que je regrette. C’était une période perturbée par des problèmes médicaux », a répondu l’ancien militaire au tribunal. Lors de l’instruction, il a expliqué avoir recherché sur certains sites Internet une « excitation sexuelle ».

Interpellé le 1er juin 2008, Raymond Germanos dit avoir « tourné la page, une page douloureuse » sur cette époque. La défense du militaire est simple: expliquer que la tumeur cérébrale dont il était atteint a perturbé son comportement. « J’avais perdu ce sens de la logique, de la critique pendant un court moment », a-t-il précisé expliquant avoir été étonné du nombre d’images téléchargées.

A l’appui de cette thèse, son avocat, Me Olivier Schnerb a fait citer un neurochirurgien de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce qui, en 1981, a opéré le militaire d’une première tumeur. Le praticien explique alors qu’elles peuvent provoquer des lésions, même temporaires, pouvant lever les inhibitions, « faire sauter les freins ».

Le procureur de la République, Sophie Havard, a rappelé que les faits incriminés avaient duré quatre ans, relevé que les expertises auxquelles le militaire a été soumis n’ont pas noté d’abolition du discernement au moment des faits.

« Ce qui est condamnable, c’est que le général Germanos a recherché pendant quatre années des sites pédo-pornographiques » tout en prenant de nombreuses précautions pour ne pas être démasqué par sa famille. « Celui qui se cache derrière son ordinateur est aussi coupable » que les auteurs d’actes pédophiles, a-t-elle souligné.

Retraité de l’armée en 2002 avec le grade de général d’armée, Raymond Germanos est depuis conseiller auprès du président de la République du Cameroun. Il est Grand officier de l’Ordre national du Mérite et commandeur de la Légion d’Honneur.

Le Figaro

Laisser une réponse