Robert Dussey, ce faux ministre qui épuise avant terme les fonds alloués pour les missions !

0

N’en déplaise à ses maîtres chanteurs intéressés du côté de Lomé, la diplomatie que Robert Dussey dirige actuellement avec tambours battants est aux antipodes de la modernité et très peu efficace. La preuve, depuis que l’on rebat les oreilles sur les supposés mérites de l’homme, combien d’investisseurs étrangers se sont bousculés à Lomé pour poser leurs valises ? Au moment où certains pays africains à l’instar du Sénégal, du Burkina-Faso et du Mali qui savent ce qu’ils cherchent avec leurs partenaires, mettent les moyens à la disposition de leurs ambassades et les ressources humaines avec, le Togo lui en est encore à une diplomatie de bric et de broc pour emprunter les mots de l’ancien premier ministre de feu Eyadema.

En effet, le Togo est un des rares pays africains à surfer sur la vague de l’archaïsme dans ses chancelleries à l’étranger ce, avec des ambassades sans attachés commercial, culturel ou de presse. Dans un monde où l’excellence n’a pas de concurrence, il ne faut pas s’attendre à l’efficacité avec une telle diplomatie décousue fondée sur le jonglage et l’a peu près. Sur les 16 ambassades du Togo à l’étranger, seules celles en France, en Allemagne, aux Etats-Unis d’Amérique et d’Ethiopie disposent d’environ 60% du personnel digne de celui d’une véritable représentation diplomatique. Un bon nombre n’ont même pas d’ambassadeur et se résument au chargé d’affaires, l’attaché de défense et le comptable payeur. Depuis deux ans, l’ambassade du Togo au Gabon n’a plus de titulaire. Idem pour le Ghana à côté.

L’autre phénomène qui plombe sérieusement les ailes de la diplomatie togolaise est le non déploiement de cadres formés à cet effet. Beaucoup de jeunes cadres rompus à la tâche passent leur temps à ronger les pouces à Lomé alors que les missions diplomatiques sont en pénurie de personnel. La plupart des ambassades ne sont que des coquilles vides. C’est dans ces conditions que le ministre des Affaires Etrangères Robert Dussey bombe le torse et mouille des soi disant communicants à Lomé pour lui dérouler le tapis de la réussite.

Les Togolais ne sont pas dupes. Pour la gouverne de ses encenseurs, les mérites de l’homme que nous connaissons, sont d’avoir créé au sein de son cabinet une direction en charge de la diaspora, de s’être attaqué aux indéboulonnables comme Félix Sagbo et d’avoir casé ses amis enseignants à l’université au poste d’ambassadeur. Sur ce plan, le professeur Kwami Christophe Dikenou ne nous démentirait pas.

Et puis, au moment où les ambassades manquent de cadres, Robert Dussey lui vole d’avion en avion. Il est le seul membre du gouvernement togolais qui épuise souvent avant terme les fonds à lui alloués pour les missions et autres voyages au point de talonner son collègue des Finances Adji Otèth Ayassor pour des rallonges. Ce dernier peut en témoigner. L’homme ne fait que voyager pour des résultats que lui seul sait. Une diplomatie qui a tout pour être efficace mais qui se voit dirigée constamment sur des sentiers battus ne peut qu’être improductive. C’est le cas actuellement de la diplomatie togolaise qui, quoiqu’on dise, a besoin d’une refondation pour redécoller.

Taffa Biassi Lynx.info
 

Laisser une réponse