Qui pour sauver la lagune de Lomé ?

0

Nauséabonde, puante, boueuse, polluée, les qualificatifs ne manquent pas pour présenter l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la lagune de Lomé. Jadis fierté de la capitale togolaise, cette étendue d’eau est devenue une décharge publique. Eaux usées, eaux pluviales, sachets plastiques, déchets de toutes sortes se retrouvent souvent dans cette lagune augmentant son taux de pollution. Pour corser l’addition de ce taux de pollution de la lagune, les quartiers environnants tels Kodomé, Gbadago, Bè-Lomnava, Bè-Bassadji, Bè-Amoutivé, Bè-Kpota et autres y déversent régulièrement leurs eaux usées et ce, à travers des canalisations sauvages directement reliées aux canaux d’évacuation débouchant sur la lagune.

Face à ce spectacle désolant, les responsables du ministère de la Santé, de la mairie centrale et des mairies d’arrondissements se murent dans un silence de cimetière. Rien pour sensibiliser et éduquer les populations à respecter l’hygiène publique.

« Regarder ce qui se passe au quotidien dans le quartier Gbadago. Les habitants de ce coin n’ont pratiquement pas de sanitaires dans leurs maisons; imaginez alors là où ils font leur besoin« , a déclaré un conducteur de taxi moto. 
Au même moment, des pêcheurs prennent dans leurs filets des poissons d’une couleur noirâtre qu’ils vendent pour la consommation. Personne à ce jour ne trouve à dire face à cette situation de plus en plus persistante. La santé publique est menacée à Lomé.

Tchin T’Bâ

Laisser une réponse