Quand on a la majorité « absolue à la togolaise » on dirige seul

0

Leur casse-tête actuellement au RPT est avec qui il faut s’associer pour flouer le peuple togolais et surtout la communauté internationale, laquelle a été surpris par le mensonge de Faure : « Promis !  j’organiserai des élections comme au Ghana voisin…. les élections au Togo seront justes et transparentes ». Les élections du 4 mars ont été un vrai canular,un mensonge grossier mieux un gangstérisme d’ Etat. Les élections finies, il faut faire comme on l’a toujours expérimenté depuis 43ans. On organise d’abord un simulacre comme élections. Ensuite, on cherche une légitimité hors des frontières et après on vient par des arguties tordus de gouvernement d’union nationale ou de gouvernement de technocrates rouler tout le peuple dans la farine. Le pouvoir et après la recherche de la légitimité semble dire le  RPT pendant 43ans de régence du Togo.

Quand on a gagné avec 60 % dans un pays, on ne devrait pas avoir peur de diriger seul . Prudent pour leurs différents postes de ministres, ou de cadres du parti RPT, chacun préfère s’en remettre au fils de la nation, le garant de tout ce mal qu’endure le peuple togolais. Pour Gilbert Bawara : « Permettez que je m’exprime en mon nom propre. Je ne peux pas engager le président. Mais il faut vous dire que ce qui est constant chez Faure Gnassingbé, c’est sa volonté de dialogue et d’ouverture. Chaque fois que l’intérêt national l’exigeait, il a toujours démontré qu’il est un homme d’ouverture et de dialogue. Cela ne me surprend pas qu’il demeure constant dans cette politique d’ouverture et de dialogue. L’ampleur des attentes et des aspirations des Togolais sont telles que c’est seulement à travers l’ouverture et le dialogue qu’on peut mobiliser le maximum de volontés, d’énergie et de compétences » .

Le ministre Gilbert Bawara qui parle des compétences à  déjà oublié que l’ouverture tant prônée par Faure aura été une mauvaise foi ? Pourquoi au lieu d’un ministère des affaires étrangères Faure a t-il scié ce ministère lui donnant  lui Gilbert Bawara celui de la coopération alors la partie financière laissant le ministère des affaires étrangères telle une coquille vide. Non ! le peuple togolais dit que cette fois-ci c’est bras de fer contre bras de fer.

Pour Solitoki Esso qui répondait à un confrère sur la configuration du prochain gouvernement :  «  C’est au Président de la République qu’il reviendra de prendre une telle décision. » Tout est dit !

Au RPT ,tout part du haut et reviens du haut. Pour beaucoup, la raison pour laquelle ils ont charcuté la constitution de 1992,la seule votée par le peuple pour permettre au sommet Gnassigbé fils  de décider à sa guise qui doit aller en prison (Kpatcha Gnassingbé), qui doit être couvert pour crime financier (Thamsi du FER) et  qui à le droit d’être togolais ou pas (Kofi Yamgnane).

On a beau remettre à Faure le Togo pour qu’il en fasse une monarchie,le résultat sera le même. Venu comme le seul intellectuel chez les Gnassingbé et ayant il paraît,  passé par de prestigieuses universités, il a dirigé pendant cinq années  son pays à vue laissant tous les leviers importants du pouvoir dans des mains d’amis  que le commun des togolais a soupçonné dans un passé récent leur prédisposition au mal, et à la gabegie…

Avec 60%, si on n’a mérité, la victoire incontestée et incontestable ne devrait plus souffrir d’une légitimité. Mais quand on n’a pas mérité, il est dès fois que sa victoire devient lourd à porter, difficile à expliquer. Et actuellement, Faure et le RPT sont dans ce schéma.

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse