Quand Faure fomente un coup contre Faure

0

Le confrère Koaci titre « La présidence tente de dissiper une alerte ». Comme d’habitude, les togolais ont lu entre les lignes une odeur de coup d’Etat. Les rumeurs y circulaient déjà à Lomé et le confrère la Dépêche qui a d’abord parlé pour Kpatcha avant que celui-ci soit rectifié , anticipe cette fois pour le compte de Faure « Dans un souci d’apaisement, le président de la République a fait de l’ouverture son obsession au point d’appeler à ses côtés ceux qui ont eu à combattre son père par le passé, mais aujourd’hui, l’entourage du chef de l’Etat est si poreux que la moindre information est exploitée». De qui parle la Dépêche ? Comme un ballon de gaz lancé a qui de droit avant de commencer des purges staliniennes dans l’armée, et surtout mettre les ministres indésirables dans les oubliettes, le confrère Le Flambeau prête main forte au projet « Certains ministres parachutés comme par enchantement ignoreraient ce qu’il convient d’appeler secret d’Etat ou obligation de réserve, et se permettent à cœur joie de parler comme une pie partout où ils se trouvent ». Le Togo a éte gouverné par des chefs d’Etat qui n’ont aucune idée de ce que c’est que la vie humaine. Dans quel pays de ce monde on autoriserait quelqu’un qui pour parvenir au pouvoir, se fait le devoir d’écraser le peuple qu’il veut gouverner? Le PRR de Nicolas Lawson n’avait de cesse de dire que Faure est le premier bénéficiare des tueries de 2005. Et comme par une dose de folie, au lieu d’appeler à la réconciliation vraie et à une contrition personnelle envers son peuple, le voilà de nouveau dans l’habit de zorro faisant quelques échaffaudages de plans obscurs.

Faure, c’est du déjà vu au Togo !

Il y a comme une odeur de non confiance entre Faure et ses ministres. Le fantôme vivant de Kpatcha le hante aussi. Le moindre bruit et le prince monte sur ses ergots. Du temps du père, les  vrais-faux coups d’Etat étaient légions au sommet de l’Etat. Il arrivait au générallissime président d’envoyer les militaires  à la recherche dans le tout Lomé d’une Mercedez-Benz qui seraient remplis d’armes lourdes, de kalachnikov… Des semaines de recherches finissaient toujours par rattrapper d’ innocents militaires et civils qu’on doigtait comme les initiateurs de coup d’Etat. Le Togo a perdu bon nombre de ses enfants par cette méchanceté des « Gnassingbé ». Au plus bas des sondages, Faure a compris que les vieilles récettes du père ont toujours payées. Il faut faire vite. Tous commence par un article que Koaci.com distille à ses lecteurs. Le principal indexé est le Lt-colonel un officier supérieur des Forces armées et de sécurité du nom de Atoemne Odikro. Pêle-même on commence par parler de trafic de pierres préciseuses entre l’officier et de lugubres personnages civils comme Agba Bertin et Victor Tchetchebleko. Les services secrets de Massina activent des projets de coup d’Etat. On voit par ricochet la filiaire Kpatcha qui serait encore vivante et qui tiendrait des pans entiers du commerce informel. La peur est activée dans le but d’amener Faure à faire des purges très indispensables à l’heure où nous mettons ses lignes sous lecture. Aucun pays de ce monde ne peut se dire être à l’abri des trafics de tout genre. Mais en faire de ces trafics des occasions de coup d’Etat, c’est là se trouve le problème. Et déjà, des interrogations s’imposent. Pourquoi le Lt-Colonel Atoeme n’est pas encore arrêté. Qu’en est-il des autres intermédiaires qu’on a cité être venus des Etats-Unis pour faire des affaires ? Quel rôle joue le procureur de la République? Que cache t-on encore au pauvre peuple? Autant de questions que certainement les confrères déjà traumatisés par la « Révolution des plaintes » de leur président Faure ne chercheront à connaître les réponses.

Une purge nouvelle se pointe à l’horizon

C’est avec des airs de coup d’Etat que le scénario du coup de Pâques qui fait de Kpatcha le plus grand terrosriste a été possible. D’abord on a laissé des tracts prendre le lit des camps militaires. Ensuite,on est passé à la deuxième étape qui consistait à faire de Kpatcha celui qui tirait les ficelles pour évincer son frère Faure et qui envierait le fauteuil de ce dernier. Même si il faut évoquer les mains d’un certain Agbeyomé qui aurait par endroit « mal » conseillé Kpatcha, le coup d’Etat de Faure sur son cadet avait plusieurs autres soucis. Le soucis premier, était d’amené les fils Gnassingbé à comprendre que le pouvoir ne se partage pas. Le silence de Faure était plus une inquiétude qu’une satisfaction de gouverner avec ses frères. En quittant le Rwanda en catimini, le message est déjá lancé et qui se sent dans les trappes doit se préparer. Des ministres déjà soupçonnés de connivence avec les ennemis sont inscrit dans le cahier de charge. L’odeur de coup d’Etat de Faure n’est que du pipeau ! Mais le seul souci, jusqu’a quand  va t-il cessé d’amuser la galerie, et se mettre enfin au travail pour les Togolais. Le seul vrai-faux coup d’ Etat du 14 avril 2009 a mis 37 togolais dans les geôles et tué trois militaires dans la nuit de l’attaque. On l’oubli le plus souvent !

En ce qui nous concerne, le Lynx en garde l’œil ouvert. L’oreille dressée. La barbe taillée !

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse