Présidentielle 2010: Des étudiants perturbent la campagne à Kara

0

 

Au 8ème jour de la campagne électorale, la région septentrionale continue par focaliser les attentions. En dehors de Lomé, où essentiellement les caravanes et meetings des candidats Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre sont plus remarquables, la quasi-totalité des candidats se trouvent dans la région septentrionale et la région centrale. D’autres également, descendent dans les villes de la région des plateaux pour des meetings de sensibilisation.

La curiosité de ce 8ème jour, c’est la marche de certains étudiants qui ont sillonné les rues de Kara, pour réclamer leur aide. Certains ont reçu leur aide qui s’élève à 35.000 francs Cfa (20.000 pour la première tranche plus 15.000 comme primes d’équipements), mais pas d’autres. « Pas d’aide, pas d’élection », ont écrit ces manifestants sur des pancartes. Selon un responsable de l’Université de Kara, il s’agit simplement d’un dysfonctionnement. Les protestataires n’ayant pas accompli leurs formalités pour bénéficier de leur aide dans le temps.

Il n’empêche que la campagne se déroule à Kara, qui a accueilli la veille, le candidat du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), Me. Yawovi Agboyibo. L’ancien président de la Commission National des Droits de l’Homme (CNDH), a rappelé ses faits d’armes à la tête de l’institution de défense des droits de l’homme, notamment la rétrocession aux propriétaires illégalement dépouillés de leurs terres à Kara.

« A chaque fois que vous avez mis le CAR devant, le pays a fait de bonds. Mais cela a toujours été le chaos quand d’autres prennent le devant », a dit Me. Agboyibo, justifiant ainsi son refus d’adhérer au Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), avec comme candidat, celui de l’UFC, Jean-Pierre Fabre. Pour le candidat du CAR, il faut que Kara vote pour l’alternance.

« La lumière viendra de Kara », a dit Me. Agboyibo à la foule estimée entre 2.500 et 3.000, au stade Bataskom de Kara. A noter que le courant électrique a été interrompu juste au moment où il devrait prendre la parole. Mais il a contourné cette conjoncture, par un haut parleur de recours, prévu par son staff de campagne.

« Après 40 ans au pouvoir, le régime actuel a montré ses limites. Il est impérieux que le 4 mars donne le coup d’envoi de l’alternance au Togo. Nous avons le devoir de relancer l’économie de ce pays en créant de la richesse qui va profiter aux populations » a déclaré Me Agboyibo.

Aucune tension n’est perceptible dans la ville de Kara, où Faure Gnassingbé est attendu pour la clôture de sa campagne, le 02 mars. Mais visiblement, l’ambiance notée départ s’estompe peu à peu, sauf au siège du FRAC, où les militants et sympathisants préparent activement l’arrivée du Jean-Pierre Fabre, demain pour un grand meeting.

Koaci.com

Laisser une réponse