Côte d’Ivoire : le PDCI nouveau est né, mais il est un danger pour le pays !

0

La Révolution Permanente a lu avec vous, l’interview vérité de Kouadio Konan Bertin dit « KKB », président de la jeunesse du PDCI-RDA. Contrairement à ceux d’entre les membres de la Résistance Patriotique et Révolutionnaire qui ont trouvé en cette prise de parole, un KKB qui se réveille et prend de la hauteur par rapport à la bande à Konan Bédié, je vous livre ici l’analyse de la Révolution Permanente sur ce que nous appelons « la naissance du PDCI-RDA nouveau ».

D’emblée, la Révolution Permanente voudrait prier toute la Résistance Patriotique et Révolutionnaire de garder son sang froid, d’avoir du discernement, et si nécessaire, d’éviter de relayer sur ses supports de communication, ce genre de sorties qui n’apportent rien à la Côte d’Ivoire et à notre combat.

Notre position est celle évoquée ci-dessus, parce que l’interview de Monsieur Kouadio Konan Bertin a porté sur une thématique qui n’apporte rien de nouveau si ce n’est qu’elle confirme la confusion et les jérémiades d’un PDCI-RDA qui a trahi la Côte d’Ivoire en espérant minablement trouver beaucoup plus à manger et à boire pour ses cadres et sa jeunesse partisane. Il suffit pour comprendre cela, de lire la deuxième partie de l’interview de KKB et de relever les faits qu’il dénonce ou soutient. Pour votre information, voici ces faits :

–       le RDR n’a pas tenu parole parce qu’il n’a pas donné la PART du PDCI après la prise de pouvoir du RHDP et le partage des richesses de la Côte d’Ivoire comme un butin de guerre ;

–       le RDR tente d’en finir avec le PDCI en créant les conditions de le faire disparaître au Nord et de l’affaiblir au Sud de la Côte d’Ivoire ;

–       Konan Bédié est l’unique responsable de la descente aux enfers du PDCI ;

–       les cadres du PDCI doivent se dresser contre le RDR pour éviter la disparition du PDCI ;

–       le FPI a ce qu’il mérite parce qu’il a été le premier à tenter d’anéantir le PDCI en débauchant certains de ses cadres ;

–       la réconciliation n’est pas une priorité parce que les Ivoiriens n’en expriment pas tous le besoin et ce n’est pas la faute à Charles Konan Banny ;

–       Kouadio Konan Bertin se montre couard et incapable de porter un jugement sur le pouvoir Ouattara dans ses rapports meurtrier avec les militants supposés du FPI ;

–       la justice serait conduite par des institutions dans lesquelles lui KKB a confiance ; donc il n’y pas de justice des vainqueurs ;

–       Laurent GBAGBO est à la CPI parce qu’il aurait été poursuivi par cette institution et non parce que l’Etat ivoirien incarné par Dramane Ouattara le lui a demandé en lui remettant un dossier de « dénonciation » et en sollicitant sa compétence et sa collaboration ;

–       le rapprochement entre Konan Bédié et Dramane Ouattara est le fruit des initiatives personnelles de KKB et le résultat d’un combat qu’il a mené avec la jeunesse du RDR, ce qui a permis la création du RHDP et la prise du pouvoir d’Etat.

Cela relevé, la Révolution Permanente vous invite à examiner l’état d’esprit de Kouadio Konan Bertin, lorsqu’il dit ce qu’il a dit et pleurniche sur le sort réservé au PDCI par le RDR.

Sur ce point, nous relevons ce qui suit :

–       nulle part, Kouadio Konan Bertin ne fait le bilan de la gestion de la Côte d’Ivoire par le RHDP depuis sa prise du pouvoir meurtrière du 11 avril 2011 ;

–       les propos de Kouadio Konan Bertin ont clairement révélé l’état d’âme des héritiers politiques d’Houphouët-Boigny qui, à la différence de leurs prédécesseurs, se sont invités en politique pour avoir à manger et à boire et non pour développer la Côte d’Ivoire ou travailler à son rayonnement ;

–       Kouadio Konan Bertin n’éprouve aucun remord devant l’occupation barbare des terres de l’Ouest et la dénaturation de l’Etat ivoirien rendues possibles grâce son activisme et son appel à l’attaque armée de la Côte d’Ivoire lancé avec ses alliés du RDR à l’Hôtel du Golf ;

–       Kouadio Konan Bertin est fier de ce qu’il a fait en tant qu’activiste du RDHP dont il revendique être à l’initiative de la création ;

–       Kouadio Konan Bertin nous apprend que si le PDCI avait obtenu plus de Ministres et de Directeurs Généraux que du temps où Laurent GBAGBO était contraint de se dépouiller pour satisfaire le RHDP, il ne trouverait rien à reprocher à Dramane Ouattara et sa gestion chaotique de la Côte d’Ivoire ;

–       Kouadio Konan Bertin nous révèle qu’un nouveau PDCI est en marche mais il s’gira d’un PDCI qui veut tout pour lui seul. Sur ce point, il condamne le PDCI du contentement avec une portion congrue de butin de Konan Bédié et se fait apôtre du PDCI dominant d’Houphouët-Boigny, ce PDCI-là qui fit à l’origine de l’avènement du parti unique en Côte d’Ivoire ;

–       dans le même temps, Kouadio Konan Bertin nous démontre qu’il ne connaît pas le PDCI d’Houphouët-Boigny, qu’il ignore tout de l’idéologie politique d’Houphouët et de ses camarades du RDA et qu’il est en pleine contradiction avec lui-même lorsqu’il condamne la soumission de Bédié Konan à Dramane Ouattara tout en revendiquant un meilleur partage du butin d’une Côte d’Ivoire charcutée et livrée aux charognards étrangers. Il oublie qu’en agissant de la sorte, il donne dos à la nécessité d’un combat patriotique, de dignité citoyenne et d’indépendance pour sauver la Mère-patrie menacée de disparition tout comme le PDCI dont il préfère la survie à celle de la Côte d’Ivoire.

Nous nous en tenons à ces petites remarques et nous poursuivons sur un autre axe pour dire qu’il peut être reproché au PDCI d’Houphouët-Boigny, de Jean Konan Banny, de Philippe Yacé et autres, d’avoir muselé et anéanti leurs opposants politiques pour installer un régime à parti unique, mais jamais, on ne pourra leur reprocher d’avoir trahi la Côte d’Ivoire, d’avoir travaillé à la déconstruction et au rabaissement de ce pays ou de s’être comporté comme des parasites qui se nourrissaient des richesses de leur pays sans penser à sa survie.

Or, Kouadio Konan Bertin fait partie de ces cadres parasites, de ses charognards nouveaux et sans vergogne, de ces égoïstes assoiffés de bien-être qui se plaisent à corrompre leur auditoire avec les paroles et les pensées d’Houphouët-Boigny lorsqu’il rêvait une grande Côte d’Ivoire rayonnante dans la sous-région, alors qu’ils n’ont aucun sens de l’Etat, de la Nation, de la Patrie et du patriotisme ; ils n’ont aucun sens de la dignité de citoyen ivoirien et de la fierté nationale, ce grand sentiment patriotique et révolutionnaire qui poussa Koffi Gadeau et ses amis à affronter le Colon et à lui arracher la première esquisse de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire dont la forme achevée qui sera l’Indépendance économique, est aujourd’hui la raison qui fait couler le sang de la jeunesse ivoirienne digne, face à la France et à ses traîtres collabos du moment. Non. Kouadio Konan Bertin ne connaît pas cela parce qu’il n’a pas cette noblesse de l’âme qui veut que le pays passe avant notre ventre.

Malheureusement, les gens comme Kouadio Konan Bertin constituent  la relève au PDCI-RDA. Ils sont en train de donner corps et forme au nouveau PDCI-RDA, celui des slogans d’Houphouët et des comportements parasitaires, des alliances affairistes, des complicités criminelles, de la Côte d’Ivoire marchepied des petits voisins et triomphant dans la boue de l’humiliation.

Faut-il saluer l’avènement de ce PDCI-RDA de la honte ou faut-il en rire ?

La réponse à cette question permettra aux Résistants ivoiriens de continuer ou non à relayer les propos de Kouadio Konan Bertin.

A Très bientôt.

Hassane Magued

Laisser une réponse