Lawson à Faure : Que les esprits frivoles et infatués ne vous égarent jusqu’au funeste dénouement !

0

Lomé, le 31 Juillet 2012

 Excellence

Monsieur Faure Gnassingbé

Chef de l’Etat

Présidence de la République

LOME – TOGO

Monsieur le Président de la République,

Depuis que vous êtes arrivé au pouvoir par tout un enchevêtrement de combinaisons contre le droit et la constitution et grâce à des violences inouïes, les massacres de centaines de nos compatriotes et la fraude électorale, vous avez réussi à constituer une coalition de parvenus, de jouisseurs, de corrompus, de médiocres, etc, qui entraîne notre pays vers le chaos.

Le choix de votre nouveau Premier ministre démontre que vous vous disposez à fouler au pied l’aspiration de l’opposition à l’organisation des élections libres, équitables et transparentes. Pour l’accomplissement de votre dessein néfaste, tous les moyens sont bons. La complaisance servile de quelques arrivistes de tout acabit, l’opportunisme et la cupidité de certains intrigants se prétendant opposants nourrissent votre attentat permanent contre les valeurs démocratiques. Vous semblez ainsi ne pas vous rendre compte du désastre de la gouvernance débile et immorale que vous présidez et qui exhale la misère, les afflictions et entretient les ressentiments et les virulentes oppositions.

Si vous avez assez de clairvoyance et du désintéressement et une suffisante force d’analyse pour démêler les termes du problème togolais, vous auriez compris que ce n’est pas de votre intérêt de créer le parti UNIR et de diviser davantage ceux qui vous ont porté au pouvoir à l’intérieur du pays. Malheureusement, vous semblez vouloir vous éterniser au pouvoir et vous agissez en conséquence comme les diligences qui paient une redevance aux brigands pour avoir le droit de passer. Votre nouveau gouvernement ne peut avoir la confiance nationale car les faiblesses, les contradictions et les duplicités vous ont conduit dans une impasse sordide.

Sachez que vous avez affaibli dans notre nation les ressorts du dynamisme créateur, de la joie de vivre, de la morale et de la bonne conscience. Votre gouvernance a consacré les injustices en tout genre, la concussion, la déprédation, le népotisme et la désespérance. Les désordres, les indisciplines, les incivismes, les irrévérences et les inconsciences menacent la stabilité politique du pays et son unité.

Une élection mal organisée peut être dévastatrice. Les effets pervers d’une fuite en avant et d’un mépris des aspirations de l’opposition seront extrêmement dommageables. Que les esprits frivoles et infatués ne vous égarent jusqu’au funeste dénouement ! Vous êtes dans l’obligation de former un gouvernement de transition en accord avec vos opposants pour pouvoir organiser des élections acceptables par tous et préservant la paix. C’est en patriote et en compatriote de bon conseil que je vous adresse cette lettre sans considération de votre morgue.

Veuillez trouver ici, Monsieur le Président de la République, l’assurance de mes sentiments patriotiques.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

 

 

Laisser une réponse