L’ONU passe au mensonge, Kalife rectifie

0

L’on n’a cessé depuis la Dévaluation historique du FCFA en 1994 de nous bassiner avec des taux de croissance avoisinant souvent les 6 et 7%…

Mais l’on n’a pas vu apparaître les bienfaits de cette croissance sur nos populations togolaises, dont le sort ne cesse de péricliter dans une pauvreté croissante et extrême, jusqu’à compter 75% des Togolais vivant en dessous du seuil de pauvreté!

Alors où va toute cette croissance? Dîtes-vous bien, par exemple, que 6,4% de croissance en 20109 au Togo signifie que la richesse nationale togolaise se sera accrue de 83 milliards FCFA en 2010!

Alors, il faudra les chercher, pour savoir où ils auront atterris et d’où proviennent -ils?

Si ce n’est que la hausse des cours des matières premières d’exportation qui en est la cause, alors cette nouvelle richesse ne sera que éphémère et n’aura pas créé de nouveaux emplois durables, et alors ce n,e sera pas une vraie richesse pour le pays.

Et alors, il faudra voir dans quelles poches ce supplément de recettes d’exportation ont atterri? Est-ce les poches des producteurs paysans ou bien dans celles des commerçants exportateurs ou bien dans celles du budget de l’Etat ou bien celles de certains dirigeants politiques ou de l’administration publique complices des acheteurs de l’extérieur avec lesquels ils partagent la plus value des recettes ?

Toute la question est là, « That is the question » comme dirait Shakespeare!

Nadim Kalife Michel

Plus bas les chiffres ridicules de l’ONU

 

17/05/2010, par AFP

La croissance africaine devrait s’accélérer cette année pour atteindre 4,8 % contre 2,4 % en 2009, grâce au rebond des marchés des matières premières, prévoit l’ONU dans un rapport publié lundi.

« La reprise de l’économie mondiale devrait faire monter la demande et les prix des exportations de biens africains, en particulier (ceux) des minerais et des hydrocarbures », explique le rapport publié par la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU et la Commission de l’Union africaine.

Relance du tourisme

Les économistes s’attendent également à ce que la reprise de l’économie mondiale permette aussi une relance des revenus issus du tourisme.

Ils prévoient par ailleurs une augmentation des investissements directs étrangers (IDE), qui devraient permettre de redonner un coup de fouet aux dépenses en infrastructures, vitales pour le continent.

Toutefois, la dépendance de l’Afrique vis-à-vis des ressources naturelles et des produits à faible valeur ajoutée rend le continent vulnérable aux fluctuations des prix et de la demande, met en garde le rapport.

L’Afrique de l’Ouest plus dynamique

Il prévient aussi qu’une reprise économique mondiale plus lente que les 3% de croissance pour l’année actuellement prévu, ne serait pas sans impact sur leurs prévisions.

Actuellement, les experts s’attendent à de meilleures performances en l’Afrique de l’ouest (+6,4 %), suivi de l’Afrique de l’est (+5,4 %), de l’Afrique du nord (+4,8 %), des pays de l’Afrique du sud (+3,8 %) et de l’Afrique centrale (+4,6 %).

Laisser une réponse