Libération de la Côte d’Ivoire : un Grand Stratège chinois parle à la Résistance ivoirienne !

0

Ce texte est extrait de l’Art de la Guerre de Sun Tzu, stratège de guerre chinois. Il s’adresse à toute la Résistance Patriotique et Révolutionnaire ivoirienne pour l’initier à l’art de la Guerre contre l’envahisseur.

« L’attaque par surprise est la clé du succès. Mais adoptez toujours une stratégie souple car la guerre est imprévisible.

Un bon tacticien sait être inaccessible aux attaques … Aussi, ceux qui désirent vaincre doivent créer les circonstances de la victoire avant de conduire l’offensive.

Les qualités des vrais guerriers ne sont ni l’ingéniosité ni le courage. Ils gagnent parce qu’ils sont capables de garantir leur invincibilité.

Sachez que le temps c’est de l’argent :

–     Évitez les longues batailles

–     Combattez pour vaincre rapidement

–     Utilisez les ressources de l’ennemi

Le bon stratège voit clairement les objectifs à atteindre et applique une stricte discipline dans son armée.

Tout comme l’eau n’a pas de forme définie, l’art de la guerre n’a pas de règles fixes. Un génie de la guerre est quelqu’un qui combat et gagne en s’adaptant aux changements de son ennemi.

Une bonne stratégie est aussi changeante que les 5 éléments: le métal, le bois, la terre, l’eau et le feu. Aucun d’eux n’est totalement dominant …

Une bonne stratégie est comme la succession des saisons, toujours en mouvement …Elle est comme les jours, tantôt courts, tantôt longs …Comme la lune, tantôt pleine, tantôt juste un croissant …

Une bonne stratégie est flexible et adaptable. La victoire s’ouvre à ceux qui sont capables d’imiter le vent, la forêt, le feu, la montagne, les ténèbres et l’éclair.

Soyez comme ces 6 éléments :

–   LE VENT: En mouvement déplacez-vous aussi vite que le vent ;

–     LA FORET: A l’arrêt, soyez aussi calme que la forêt ;

–     LE FEU: Lors de l’attaque, soyez comme le feu dévorant ;

–     LA MONTAGNE: En défense, soyez aussi inébranlable que la montagne.

–     LES TENEBRES: En vous cachant, soyez aussi impénétrable que les ténèbres.

–     L’ECLAIR: En embuscade, attaquez comme l’éclair, ne laissez à l’ennemi aucun échappatoire.

Mais le Guerrier doit savoir reconnaître les 6 types de terrains.

1. TERRAIN FACILE: Facilement accessible aux deux forces en présence. Celui qui occupe une position élevée à l’avantage sur son ennemi.

2. TERRAIN DIFFICILE: Lieux faciles à investir mais où il est malaisé de se replier. Il est aisé d’attaquer l’ennemi s’il n’est pas bien préparé, mais dangereux s’il est prêt au combat. Si votre offensive échoue, le repli sera difficile et vous serez en fâcheuse posture.

3. TERRAIN NEUTRE: Il est aussi hasardeux pour vous que pour votre ennemi de vous lancer dans une offensive. N’attaquez pas, battez en retraite en attirant l’ennemi, et attaquez-le lorsque la moitié de ses effectifs est engagée.

4. TERRAIN RESSERRE: On doit occuper en premier un terrain resserré et y attendre l’ennemi. Si le terrain est déjà occupé, ne cherchez pas à passer. Si l’ennemi n’a pas édifié de défenses suffisantes, vous pouvez envisager une offensive.

5. TERRAIN DANGEREUX: Type de lieu où vous pouvez être très vulnérable. Occupez la position la plus élevée et attendez l’ennemi. S’il est le premier sur les hauteurs, n’attaquez en aucun cas.

6. TERRAIN DISTANT: Vous êtes éloigné de l’ennemi. Si les forces sont  équivalentes, il est très difficile pour chacun de lancer une offensive.

Le Guerrier doit aussi savoir éviter  6 dangers.

1. Une armée concentrée conduira une armée dispersée à la fuite comme si elle attaquait à 10 contre 1.

2. L’insubordination est due à ce que des officiers faibles conduisent des hommes bien entraînés.

3. Quand de bons officiers conduisent de piètres soldats, l’armée est en détresse.

4. Si les soldats sont impétueux et désobéissants, qu’ils décident d’attaquer à leur gré, c’est l’effondrement de l’armée.

5. Quand les officiers manquent de fermeté et ne peuvent donner d’ordres clairs, adviendra la désorganisation par manque de discipline.

6. Lorsqu’un commandant manquant de jugement lance, sans avant-garde efficace, une petite force contre une grande, il provoque la déroute. »

Pour finir, il faut retenir cette grande leçon :

« Le renseignement est la matière la plus importante dans l’art de la guerre car sans informations sur l’ennemi, on ne peut élaborer de plans de bataille efficaces. »

A Très bientôt.

Hassane Magued

Laisser une réponse