Lettre à mes amis de l’ANC, CAR, CDPA, ADDI, OBUTS, UFC…

0

Mes chers amis,

Je vous invite à lire, lire, et encore, relire, l’article 66 de notre Constitution du 14 octobre 1992, révisée en 2002 et modifiée en 2007 :

« Le Président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions. Sur proposition du Premier Ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions. Les Président de la République préside le Conseil des Ministres »

C’est bien l’article 66 de notre Constitution actuelle, qui régit les prochaines élections législatives. En termes on ne peut plus clairs, le Président de la République  peut nommer,  « qui, il veut » comme Premier Ministre ! Il n’est même plus obligé, comme en 1994, de nommer le Premier Ministre dans la majorité parlementaire !

L’article 66 de la Constitution du 14 octobre 1992, non révisée, disposait que : « Le Président de la République nomme le Premier Ministre dans la majorité parlementaire… » .

Tous ceux qui ont un minimum de bon sens, comprennent pourquoi, je m’insurge contre mes aînés et vrais amis, Me AGBOYIBO  et Mr Edem KODJO, qui n’ont pas su préserver les acquis démocratiques des législatives de 1994.

Tous ceux qui ont un minimum de bon sens, comprennent pourquoi je ne ménage pas l’Opposition dans son ensemble (en général), et Jean  Pierre FABRE, Dodzi APEVON, Brigitte ADJAMAGBO et AGBEYOME Kodjo, en particulier. Depuis les législatives de 2007, tout ce beau monde là savait que l’Opposition avait du pain sur la planche, et qu’il y avait des réformes fondamentales à faire dans notre pays !

Boycott de tous les dialogues, refus de discuter avec le pouvoir (même en présence des Ambassadeurs et partenaires au développement), paresse notoire et manque de stratégies des 31 députés de l’opposition, qui n’ont présenté, depuis 2007, aucun projet de loi à l’Assemblée Nationale ! Pire, maintenant, ce sont des marches et des sit-in stupides, qui sont organisées à Lomé, oubliant que, ce n’est pas dans la rue que les réformes se font, mais à l’Assemblée Nationale…

Pire encore, c’est en Avril dernier seulement, que des avocats limités, conduits par Me AJAVON Zeus, créent le « Collectif Sauvons le Togo », et exigent le départ du président Faure GNASSIGGBE, en lisant à l’envers, les articles de notre Loi Fondamentale ! Plus pire encore ( ça ne se dit pas, mais, je le dis quand même), Jean  Pierre Fabre et quelques naïfs, vont exposer la situation politico- sociale du Togo à Paris, comme si ce sont des socialistes français qui viendront voter au Togo, ou comme si les députés français ne connaissent pas mieux la situation togolaise que nous-mêmes !

Où allons-nous, mes chers amis ?

Si  l’Opposition (UFC, CAR, ANC, ADDI, CDPA,  OBUTS et les autres…) gagne, par miracle, les prochaines législatives, et que le Président nomme le Premier Ministre comme il l’entend, que ferez vous ?

Moi, je trouve que toute l’opposition doit repenser toute sa stratégie de conquête du pouvoir, mais surtout procéder au renouvellement de sa classe dirigeante, pour que nous ayons des dirigeants qui cogitent vraiment, et qui discuteront avec le pouvoir, pour de profondes réformes de notre Loi fondamentale…

C’est pourquoi il est impératif d’envoyer maintenant au Parlement, des députés dignes de ce nom, qui ne vont pas aller ronfler au parlement, mais discuter et voter des lois porteuses d’espoir pour notre Nation.

Que Dieu bénisse le Togo !

Dr David IHOU, Ancien Ministre de la Santé et de la Population, Consultant en  géopolitique et stratégie sécuritaire.

 

 

Laisser une réponse