Les voyages de Môsieur le président ont coûté 3.152.204.484

0

Par Camus Ali Lynx.info

Il faut désormais un chèque à 10 chiffres tous les trois mois pour les voyages de Môsieur le président Faure. Il n’y a plus d’autres mots pour qualifier les comportements humiliants que Faure afflige au peuple togolais. Beaucoup vont même dire c’est depuis qu’il a déversé des tonnes de billets de banque pour un résultat ridicule du 4 mars 2010 que Faure a commencé par avoir du mépris pour son peuple, qui serait trop ingrat à son égard. Le journaliste Djima Matapari titrait dans un article: « Profession de Faure: Voyageur ». Ce n’était pas dans une boule de cristal que nous avions lu pour écrire cette folie que le fils de la nation s’est fait maître dans la dilapidation des biens publics par des voyages dont lui même ne sait et ne peut dire les retombées économiques que tire son pays. En Allemagne, le budget le plus important est celui de la santé, puis vient celui de la recherche, et ensuite celui de l’éducation. Dans le même sillage Nicolas Sarkozy a fait une cure dans tous les ministères. Il faut économiser dans tous les pays d’Europe. En Grande Bretagne, c’est le même tempo. En Italie Berlusconi prédit une économie des dépenses de l’Etat sur deux ans à hauteur de 1 milliard d’euro. En Suède un peu partout, c’est la même chansonnette qui consiste à assainir les dépenses publiques qui est chantée dans tous les médias. Au Togo, le prince a d’abord eu l’idée de s’offrir de luxueux palais. On cite pêle-mêle :
· Résidence présidentielle à AGOU (Village natal de sa mère) ;
· Résidence présidentielle à la Cité de l’OUA ;
· Résidence présidentielle à Pya ;
· Résidence présidentielle à Cacavéli ;
· Résidence présidentielle à Dapaong ;
· Résidence présidentielle à Adelé ;
· Résidence présidentielle dans Ogou ;
· Résidence présidentielle à Défalé ;
· Résidence présidentielle à Blitta.

Pour ceux qui ne le savent pas, le budget de la présidence au Togo a été toujours un objet de débats houleux à l’Assemblée Nationale entre la majorité et la minorité. Mais il faut le reconnaître à défaut de n’avoir rien apporté pour le Togo, Faure est bien décidé de détruire les restes de visibles de son père défunt.

Il faut absolument chasser Faure du pouvoir si les Togolais veulent voir un jour leurs petits enfants survivre dans un monde globalisé qui ne pardonne plus les échecs, la mal gouvernance et le culte du grand banditisme.
Mais la surprise ici reste toujours cette question en suspens de savoir pourquoi le prince n’ait pas encore intenté des procédures judiciaires contre Philip English de la Banque Mondiale qui l’accuse de mal gérer les biens de l’Etat, et contre le Lynx qui l’accuse de dilapider les biens publics et de jongler avec l’avenir des Togolais.
De toutes les façons, on ne négocie pas avec un enfant que le confrère Liberté Hebdo décrit comme «enfant né dans un luxe insolent et qui y a grandi, qui naturellement n’a pas connu ce qu’on appelle humilité, modestie, crainte de Dieu, amour du prochain, courtoisie et patriotisme, à qui l’on a essuyé les chaussures, lavé le linge, balayé la chambre, et de se mettre dans la peau du citoyen lambda de manière générale ».  On le chasse à coups de fouets, de bâtons et mieux à coups de marteaux piqueurs.
Jugez-en par vous-même le récapitulatif des décomptes de voyage du prince de la nation :  

Laisser une réponse