L’emprise de la superstition

0

  VOUS croisez quelqu’un en sortant de votre domicile. Vous butez contre un rocher. Un oiseau d’une certaine espèce crie dans la nuit. Vous faites souvent le même rêve. Autant d’événements banals et inoffensifs pour beaucoup de gens. Par contre, certains peuples d’Afrique y voient des signes, des présages ou des messages du monde des esprits. La chance ou le malheur frappera à la porte : tout dépend du signe et de son interprétation.

Bien entendu, les superstitions existent aussi ailleurs qu’en Afrique. Malgré des années d’athéisme officiel, un nombre étonnant de personnes en Chine et dans certaines républiques de l’ancienne Union soviétique restent attachées à des superstitions. En Occident, quantité de gens consultent leur horoscope, redoutent le vendredi 13 et évitent les chats noirs. Pour certaines peuplades du Grand Nord, les aurores boréales présagent une guerre ou une épidémie. En Inde, le sida se propage par les routiers convaincus qu’il leur faut avoir des relations sexuelles pour ne pas souffrir de la canicule. Au Japon, les ouvriers pensent que lorsqu’une femme entre dans un tunnel avant qu’il soit achevé cela porte malheur. Les superstitions n’épargnent pas le monde du sport. Un joueur de volley-ball a même attribué une série de victoires à ses chaussettes noires. Et la liste est sans fin.

Et vous ? Peut-être avez-vous une crainte secrète et inexplicable ? Êtes-vous conditionné par « des croyances, des pratiques ou des préjugés pour lesquels il ne semble y avoir aucun fondement rationnel » ? C’est ce que désigne en effet le mot « superstition ». Votre réponse pourrait être révélatrice.

Permettre aux superstitions de régenter ses décisions et sa vie au quotidien, c’est se laisser dominer par quelque chose qui dépasse l’entendement. Est-ce sage ? Devrions-nous nous soumettre à une influence aussi nébuleuse et probablement néfaste ? La superstition n’est-elle qu’une faiblesse humaine sans conséquence ou présente-t-elle un grave danger ?

Les superstitions existent dans le monde entier. Pour certains, elles font partie de l’héritage culturel. Pour d’autres, ce sont de simples curiosités qui donnent du piquant à la vie. Dans le monde occidental, elles ne sont généralement pas prises au sérieux. Mais ailleurs, en Afrique par exemple, elles peuvent exercer une grande influence sur le quotidien des gens.

La culture africaine est très marquée par la superstition. En Afrique, les films, les programmes radiophoniques et les écrits mettent souvent l’accent sur la superstition et les sujets mystiques tels que la magie, le culte des ancêtres et les fétiches.

Pourquoi les superstitions influencent-elles autant les personnes ? Quelle est leur origine ?

Beaucoup de superstitions émanent de la crainte des esprits des morts ou d’esprits divers. Certains événements sont attribués à ces esprits qui chercheraient à signaler aux vivants un danger, un malheur ou un bonheur.
Faisons un petit tour du monde des superstitions : tour du monde Petit tour du monde des superstitions des superstitions

 Des baguettes en position verticale dans un bol de riz sont un signe de mort
 La vue d’un hibou à la lumière du jour porte malheur
 Si une bougie s’éteint lors d’une cérémonie, c’est que des esprits méchants rôdent
 Faire tomber un parapluie sur le sol présage un meurtre dans la maison
 Poser un chapeau sur un lit porte malheur
 Le tintement des cloches éloigne les démons
 Si on éteint du premier coup toutes les bougies d’un gâteau d’anniversaire, le vœu qu’on fait se réalisera
 Un balai posé contre un lit donne l’occasion aux mauvais esprits qu’il renferme d’ensorceler le lit
 Croiser un chat noir porte malheur
 Laisser tomber sa fourchette signifie qu’un homme va avoir la visite d’un homme.
 Un fer à cheval au-dessus de la porte attire la chance
 Passer sous une échelle porte malheur
 Briser un miroir amène sept ans de malheur
 Renverser du poivre est le signe qu’on va se disputer avec son (sa) meilleur(e) ami(e)
 Renverser du sel porte malheur à moins d’en jeter une pincée par-dessus l’épaule gauche
 Des chaussures retournées portent malheur

Il existe aussi un lien étroit entre les superstitions et la médecine. Dans la plupart des pays en développement, la médecine moderne est très chère et souvent inaccessible. Voilà pourquoi quantité de personnes se tournent vers les coutumes ancestrales, le spiritisme et les superstitions afin de trouver des remèdes, ou simplement à titre préventif. Qui plus est, elles sont davantage à l’aise avec un sorcier qui connaît leurs coutumes et parle leur dialecte qu’avec un médecin moderne. C’est ainsi que subsistent les superstitions.

À en croire les traditions empreintes de superstitions, la maladie et les accidents ne sont pas de simples événements fortuits, mais l’œuvre de forces qui vivent dans le monde des esprits. Des sorciers peuvent prétendre qu’un ancêtre est contrarié, ou des médiums avancer qu’un sort a été jeté sur la victime par l’intermédiaire d’un sorcier rival, ce qui expliquerait la raison de la maladie ou de l’accident. Les superstitions varient grandement selon les endroits du globe, et leur propagation dépend du folklore, des légendes et des contextes locaux. Néanmoins, toutes ont un dénominateur commun : la croyance selon laquelle il faut apaiser quelqu’un ou quelque chose du monde invisible des esprits.

La superstition est une croyance, une forme de religion. Étant donné les dangers qu’elle présente, il est bien de se demander à qui profitent vraiment les croyances et les pratiques superstitieuses.

L’origine des superstitions

Malgré toutes les preuves du contraire, certains de nos contemporains tentent de nier l’existence de Satan ou des esprits méchants. Or, en période de guerre, nier l’existence d’un ennemi dangereux ne mène qu’au désastre. Il pourrait en être de même avec des créatures spirituelles, surhumaines.

Même si nous ne les voyons pas, les créatures spirituelles méchantes existent bel et bien. Ces esprits ne sont pas des ancêtres défunts, car les morts “ ne savent rien ”. Il s’agit plutôt d’anges rebelles que Satan a égarés. Entrer en contact avec eux ou se soumettre à leur influence n’est pas sans risque, car, comme leur chef Satan le Diable, ils voudraient nous dévorer. Leur but est de nous détourner du Royaume de Dieu, le seul espoir de l’humanité.

Dieu condamne le recours aux pratiques spirites. En effet, une telle attitude revient à flirter avec l’ennemi, à s’allier avec ceux qui ont trahi Dieu. Consulter son horoscope, un sorcier ou s’intéresser à quelque pratique superstitieuse, c’est laisser aux esprits méchants le contrôle des décisions que vous prenez dans la vie. Cela équivaut à les rejoindre dans leur rébellion contre Dieu.

Ce serait donc une erreur que d’imputer toute maladie ou tout échec aux esprits méchants. Une telle croyance ne ferait que nous encourager à vouloir apaiser les esprits d’une façon ou d’une autre. Quand nous sommes malades, nous devrions rechercher des remèdes fiables plutôt que des conseils de Satan le Diable, “ un menteur et le père du mensonge ”. Les statistiques attestent que l’on ne vit pas mieux ni plus longtemps dans les pays où les superstitions ancestrales ont cours. Il est donc clair que les superstitions ne garantissent pas une meilleure santé.

Les vrais croyants doivent rejeter les pratiques obscures liées à la superstition, et accepter la lumière spirituelle qu’offrent le Créateur. Ils jouiront ainsi de la vraie paix de l’esprit, sachant qu’ils font ce qui est droit aux yeux de Dieu.

« Que la Paix et la Miséricorde d’Allah soient sur vous »

Byalou ALFA-TOGA
E-mail :
[email protected]

Laisser une réponse