Un violeur de mineures à la tête de la FTF !

0

 

 

A quand la levée d’immunté de Gabriel? Son immunité de parlementaire l’a évité une prison pour viol sur mineure. Immunité que Faure et ses couacs du RPT ont refusé au député Kpatcha. Deux poids deux mesures! C’est le RPT en action.

Fin de la première partie du troisième épisode d’un feuilleton démarré en 2006 après la qualification du Togo au mondial Allemagne 2006. Pour sa toute première sortie dans la cour des grands, le Togo avait marqué négativement les esprits.

Gabriel Améyi  recueille 33 voix contre 19 pour Boukpessi  Essoyaba à l’issue du congrès électif de ce 05 novembre tenu à l’hôtel Mercure Sarakawa. Avec un tel score, l’homme de Womé devient le nouveau président de la Fédération Togolaise de Football. Amouzou  Tètè, le troisième larron dans ce feuilleton à rebondissements de la FTF n’a récolté qu’un zéro pointé. Le pauvre, il s’était présenté à une élection à laquelle il n’avait même pas  le droit de vote. Idem pour son club Asfosa de Lomé.

Certes, cette élection qui vient de se dérouler ne mettra pas fin à la longue et interminable crise au sein du bureau exécutif de la fédération mais elle aura le mérite d’asseoir à la tête de la faîtière nationale de football un homme soupçonné à tort ou à raison d’être derrière le dysfonctionnement connu jusqu’ici au sein des bureaux Rock Gnassingbé I, Tata Avlessi, Rock II. Comme le dirait l’autre, c’est au tour d’Améyi de goutter  aussi aux coups bas. «  Nous sommes encore très loin de la fin de la crise. Gabriel Améyi a été l’homme qui a fait tomber premièrement Rock. Ensuite, il s’est débarrassé de Tata Avlessi et pour finir, le même Améyi orchestre le vote de défiance contre Rock II et s’installe à la tête de la fédération. Si vous croyez que cette affaire sera close, vous vous trompez », a déclaré Kodjo Aguiar jeune amoureux du ballon rond. Pour l’heure, c’est l’accalmie avant la tempête, sommes-nous tentés de dire tant les rancœurs à la fédération sont profondes. La liste « Fair Play » qui vient de remporter haut les mains l’élection aura  très « Faure » à faire dans les prochaines semaines. Elle qui a osé battre le candidat du clan, Boukpessi Essoyaba, doit beaucoup se retrousser les manches pour ne compter que sur ses amis de la FIFA. Si non, elle va s’enliser dans le bourbier du football togolais.

Mabizo Kiri Lynx.info

Laisser une réponse