Le sénat français « avoue » la dépendance de la France à l’égard de l’Afrique

0

Un rapport du Sénat français vient de sortir, il s’intitule « L’Afrique est notre avenir » (le rapport du Sénat français qui dynamite les idées reçues).

Il est bon de reconnaître la dépendance de la France à l’égard de l’Afrique. Cela change du discours racialiste véhiculé par les politiques et les médias qui insistent sur les problèmes endémiques des Africains en occultant systématiquement et sciemment le fait que la politique française a mis en place les pires dictateurs dans ses anciennes colonies pour piller ses richesses. Mais l’Afrique n’est pas l’avenir de la France mais résolument sa mamelle qu’elle tète goulument tout en la conchiant dans un mépris salvateur et salutaire.

Electricité française ? 70% vient du nucléaire dont près de 100% du combustible vient d’Afrique (Niger, RCA, Gabon). Le pétrole de Total ? Une grande partie vient d’Afrique, du Gabon et du Congo où les dictateurs installés par Paris bradent le pétrole sans oublier la Libye depuis que les forces armées françaises ont détruit ce pays dans le cadre d’une action concertée avec les forces atlantistes, …Bien évidemment, il y a aussi les entreprises comme Bouygues, Bolloré… qui font un chiffre d’affaire colossale en Afrique. N’oublions pas le Trésor Public qui centralise les réserves de change de Francs CFA qui rapportent des centaines de millions d’euros à l’Etat français chaque année en intérêt sonnants et trébuchants. Au fil des années ce montant se chiffre en milliards d’euros. Ne passons pas non plus sous silence ces dictateurs installés par Paris qui subventionnaient les partis politiques français lors des campagnes électorales présidentielles françaises. On a vu comment les hommes politiques de l’UMP se sont rués sur les kleptocraties françafricaines au lendemain de la décision de la Cour des Comptes de rejeter définitivement les comptes de campagne présidentielle 2012 de l’UMP.

A un tel niveau de dépendance que l’on occulte sciemment aux concitoyens français, le mépris est sans doute la solution la plus aisée pour gérer la dette française envers cette Afrique nourricière avec sa contrepartie raciste comme forme de légitimation du sort que l’on impose à des peuples qui crèvent des actions que nous menons dans leur pays pour la bonne santé de notre économie.

Comme le disait le dictateur Omar Bongo installé par De Gaulle et Foccart au Gabon :

« La France sans l’Afrique c’est comme une voiture sans pétrole » ou une centrale nucléaire sans… uranium, surtout quand on achète les richesses à vil prix avec l’armée française en embuscade. L’Afrique c’est le jackpot pour la France et ses multinationales. Sans parler de tout ces dictateurs francophones qui vont soutenir les résolutions françaises à l’ONU, un jackpot diplomatique aussi !

Sam La Touch

Laisser une réponse