Le RPT et l’UFC ont enterré le Dr Amah Gnassingbé dans l’anonymat le plus total !

0

Connu des togolais en pleine Conférence Nationale Souveraine, le Dr Jérôme Amah Gnassingbé est parti dans l’eau delà dans le silence le plus total,et avec le mépris le plus révoltant des hommes. De lui, on se souvient de la célèbre phrase : « Je ne suis pas Gnassingbé l’assassin » quand la salle Fazao bouillait au moindre cri du nom Gnassingbé.

Récupéré par l’UFC pour montrer le côté non tribaliste du parti, et fait colistier de Gilchrist Olympio, son grand tord aura été d’appeler l’UFC à rentrer dans le gouvernement avec la signature de l’APG. Erreur de calcul politique ou trahison, c’est selon que on n’est pour Amah Gnassingbé ou contre lui. Les animosités vont tout de suite apparaître quand celui-ci fait cavalier seul en rentrant au gouvernement comme ministre d’Etat sans portefeuille. Jean-Pierre Fabre va le taxer de tous les noms d’oiseau au point de remettre en cause les recherches du Dr le plus titré du Togo avec les inventions et recherches . Son compagnon de galère Antoine Bodjona qui n’est que le père de Pascal Bodjona ( actuelle ministre de l’Aménagement du Territoire) prendra sur lui de recadrer le bouillant Jean-Pierre Fabre : «  Quant à Amah Gnassingbé tous les Togolais du Nord au Sud le connaissent comme une véritable idole de l’UFC depuis la conférence nationale souveraine… Depuis toujours il a été confronté aux pires atrocités du régime ancien mais il n’a jamais reculé, il est resté derme et immuable dans ses convictions. Quand M. Fabre, à la Radio Nostalgie, le traite de tous les noms allant jusqu’à le présenter comme un déséquilibré mental, c’est que eux-mêmes sont déséquilibrés sinon ils n’en feraient pas un 2e vice-président c’est-à-dire chef actuel de l’UFC. »

Vieilli par des années de lutte, non reconnu comme un patriote, l’UFC sous laquelle il a fait preuve de résistance contre la dictature du père Gnassingbé en l’affrontant nez à nez, n’a plus reconnu son combattant dans ces derniers jours où il avait besoin d’un soutien moral. Le RPT qui sait remercier ces hommes à la recherche d’une nouvelle famille politique a fait du Dr Jerôme Amah un simple conseiller du président Faure quand le gouvernement Agboyibor dans lequel il était devrait dégager le plancher.

Ceux qui l’on connu aux derniers jours avant sa mort en mars dernier ne tarissent pas d’éloges. Le brave kabyè avait un seul regret ; n’avoir pas eu des étudiants pour continuer ses recherches. Le plus dur est que les deux partis que sont le RPT et l’UFC aient fait preuve d’une monstruosité et d’un mépris inégalés à son encontre. De Gilchrist à Faure Gnassingbé passant par les médias, le silence aura été total ! Pour les historiens , nous espérons que ses travaux seront reconnu et sa vie d’homme politique retracée pour les générations futures.

Et l’homme, dans toute sa faiblesse avec la mort réhabilité par une rue qui portera son grand nom : Rue Dr Amah Jerôme Gnassingbé.

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse