L’ambassadeur Jean-Marc Simon veut en finir avec Wattao

0

 

 

 (Photo)  Jean -Marc dans un hélico apportant la viande congélée au Golf hôtel à Alassane Ouattara

L’affaire des anciens militaires français arrêtés, puis relâchés  est loin d’être terminée. Et elle prend une autre tournure. En effet, les hommes du commandant en second de la garde républicaine ont décidé de mettre tout sur la place publique. Ils accusent l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Jean Marc simon, d’être le véritable conspirateur contre leur chef. Ils soutiennent que c’est lui qui a fait des faux rapports à l’Elysée.

Afin que les autorités françaises puissent réclamer la tête de Wattao. Pourquoi ? C’est simple, soutiennent ses hommes : «Nous sommes les premiers soldats des Forces nouvelles à mettre les pieds à la résidence de Gbagbo lorsqu’il a été arrêté. Les soldats français nous ont demandé de le tuer. Chose que nous avons refusé. Pour nous, il n’était question de le faire. C’est ainsi que Gbagbo a eu la vie sauve».

Et de poursuivre : «L’Ambassadeur de France informé de cette situation s’est mis dans tous ses états. Il nous en voulait. Parce que nous avons refusé d’exécuter les ordres de ses soldats. En plus, il a vu à la télé comment le commandant était aux petits soins de Gbagbo et de sa famille. Nous pensons que depuis ce jour, il a gardé dents contre notre commandant». Selon nos interlocuteurs, ils s’en foutent des réactions de l’Ambassadeur de France: «Gbagbo est avant tout un Ivoirien. En plus, il a été Président de la République. Il a droit à un minimum d’égard».

Avant de s’interroger : «Pourquoi eux qui ont arrêté Gbagbo ne l’ont pas tué ? Ils veulent nous faire porter le chapeau de cet assassinat. Nous ne pouvions l’accepter ». Nos interlocuteurs révèlent également que c’est l’Ambassadeur de France qui a poussé Charaux, l’un des militaires français arrêtés, à porter plainte. «C’est lui-même qui nous a dit. Il se trouve en ce moment au Togo. Il a appelé le commandant pour lui présenter ses excuses. Il faut que l’Ambassadeur arrête. Les Français ne sont pas au dessus de nos lois. Ils doivent les respecter. S’ils commettent des infractions, nous allons les arrêter. Est-ce qu’un étranger peut se permettre de marcher sur les lois françaises ?»Font-ils remarquer.

Le Rdr également pointé du doigt

Le parti d’Alassane Ouattara n’est pas épargné dans les critiques des hommes de Wattao. Selon eux, Alassane ne supporte plus Guillaume soro. Puisque ce dernier n’est pas d’accord avec les marchés cédés facilement à la France sans appels d’offres. Alors, il faut l’affaiblir au maximum. «Parce qu’il sait que notre commandant est un pion essentiel dans le dispositif du Premier ministre. Alassane veut se débarrasser du Premier ministre.

Puisque la France ne veut plus de Soro comme Premier ministre.

Or, le soutien militaire le plus sûr demeure notre commandant. Le livrer est une manière de lier les mains et pieds du Premier ministre. Dans tous les cas, nous le voyons venir. Il est arrivé au pouvoir. Il veut se débarrasser  de celui qui l’a aidé à être au palais présidentiel». Et de menacer : «Personne n’a le courage de venir arrêter notre commandant. Ils connaissent notre capacité de frappe. On se connaît. Nous sommes sereins et imperturbables.

Pour la paix en Côte d’Ivoire, nous demandons aux gens de surseoir à leur décision». Rappelons que ces hommes sont accusés par l’un des Français de vol  numéraire, séquestration avec violence et voie de fait. Cette situation a mis les autorités françaises dans tous leurs états. C’est ainsi, selon les informations en provenance de l’hexagone, ces autorités réclament la tête de leur  chef Wattao.

Enise Kamagaté

 

 

 

 

.

Laisser une réponse