Yotroféi Massina : Tortures d’un tortionnaire en képis !

0

 

Ils sont nombreux au sein de la grande muette à ne parler et n’entendre que le langage de la brutalité. Curieusement beaucoup ont étudié avec des bourses togolaises, donc l’argent  des Togolais. Si la plupart de ses boursiers ex-nihilo de la dictature sous le généralissime Gnassingbé Eyadema ont préféré se « caler » en Europe, le reste qui est retourné n’est pas une plus-value moins une valeur ajoutée pour le Togo. Pour la plupart de l’ethnie kabyè, les tortionnaires des temps nouveaux au Togo ont une consigne : « Utiliser la force brute pour ne plus avoir à l’utiliser » c’est à dire traumatiser les Togolais au point que leur absence soit une interminable peur au ventre. Et Yotrofei n’est pas le premier à faire gicler le sang quand le patron Faure est en difficulté. Avant lui, il y avait le commandant Yoma Djoua. Il y avait le colonel Kouma Bitenewe aujourd’hui le vrai ministre de la Défense dans l’ombre, celui- là qui avait pris le goût de tuer, d’enlever le cœur ensuite et de le montrer au final aux futurs récalcitrants. Il y avait le commandant  Yark Dahenam (plusieurs fois tabassés par Kpatcha). Il y a ceux qui sont aussi morts dans l’anonymat le plus total comme un certain commandant Tchassama, celui-là qui avait fait voir les habitants de Sokodé de toutes les couleurs et dont le nom est cité comme ayant tué 17 proches du CAR à Agbandi lors des élections de 1993.  Mais de tous, Yotrofei est en passe de battre le record. Le gendarme serait tellement devenu un fan de la force brute qu’il se susurre qu’il est la botte sécrète de Faure pour les prochains mandats comme président. En plus des millions qu’il aurait amassé à travers les trafics de tout genre selon le confrère La lettre du Continent, il est aussi désormais un faiseur de roi : «Yotrofei Massina est l’officier le plus influent auprès du chef du l’Etat, mais aussi le plus dangereux pour le régime car il est propriétaire d’une fortune personnelle – acquise en partie grâce à ses relations avec des commerçants libanais, guinéens et nigériens ».

Massina : Le vrai visage d’un tortionnaire décortiqué lors du procès Faure-Kpatcha

On  savait depuis au Lynx que ce gendarme à côté du maniement des armes avait l’animal qui dormait en lui. Les confrères ont beau aussi marcher pour son départ, le monde semble désormais ne rouler que du côté où se trouve de la force. Mais le procès tant attendu entre les frères Gnassingbé viendra confirmer le caractère brut du gendarme. D’abord c’est l’un des co-accusés Sassou Efoué Sassouvi, qui enfonce le clou : «Je ne reconnais rien du tout, ce que je sais c’est que j’ai été torturé à l’ANR par Massina qui osait nous répéter que vous allez sentir mon sadisme…il a même fait voler souvent nos repas et ne nous le cachait pas…j’ai passé 5 jours sans manger. J’ai vu un de mes co-détenus s’écrouler après avoir été privé plusieurs jours de nourriture.» Ensuite, c’est son frère d’arme le l’officier Casimir Dontema qui décrira l’homme dans des termes qui interpellent la conscience humaine : «J’ai rencontré le démon en personne et j’ai refusé de lui serrer les mains. Et le démon c’est le Col Massina Yotrofei… »

Massina Yetrofei pourra s’en tirer des cas de tortures qui l’accablent de tous les côtés ? A cette question un proche du pouvoir répond : « Oui ! Il s’en sortira le colonel Massina.  Il est du côté où se trouve la force et l’argent ». Pour les cas de tortures de Massina, on en finirait pas si le Lynx devrait braquer les yeux sur lui pendant 24 heures dans sa Fascienda de l’ANR. Mais l’homme semble aussi n’avoir pas compris que ceux qu’il tabasse et martyrise étaient il y a seulement deux ans plus puissants que lui. Histoire de lui dire comme  cet adage en pays bassari : « Quand on pile le gombo et le piment rit, après le gombo,vient indubitablement le tour du piment dans le mortier ». Vivement que le tortionnaire d’aujourd’hui soit le prisonnier de demain, pour un Togo débarrassé définitivement des tortionnaires.

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse