La violence s’installe progressivement au Togo

0

Lomé a connu une escalade de violence dans la journée de mercredi 21 avril 2010. Un empêchement par la police d’une séance de prière annoncée par le front républicain pour l’alternance et le changement (Frac), a dégénéré. Forces et sécurité et militants et sympathisants du Frac, se sont violemment affrontés dans les rues du centre ville. Des miliciens sont à un moment venus en renfort aux forces de sécurité, à court de Gaz lacrymogène.

On dénombre plusieurs blessés dont des cas graves. Partis du quartier Hanoukopé qui abrite le Temple de l’église Méthodiste de Salem, où était prévue la veillée de prières, les échauffourées se sont très vite étendues à plusieurs quartiers. Les jeunes ont brûlé des pneus et posé des barricades pour empêcher les voitures de la police de circuler. Vers le soir, les policiers et miliciens se sont introduits dans les maisons pour y exercer des violences sur les habitants, notamment au quartier Hanoukopé.

Au lendemain de ces échauffourées, le pasteur Charles Klagba, responsable du Temple, a rencontré la presse. Ce dernier a révélé des menaces de mort sur sa personne. « On m’accuse de vouloir faire une révolution », a expliqué l’homme de Dieu, qui déplore la répression sur des fidèles venus prier. Le pasteur dit ne pas comprendre cette attitude des autorités d’autant que le même Temple a abrité après la proclamation des résultats, une cérémonie de prières du parti au pouvoir.

Le Pasteur Klagba ne compte cependant pas céder aux menaces. « Depuis 1883, l’église méthodiste accueillent des fidèles qui viennent prier pour confier leur sort au bon Dieu. Je reste fidèle à mon sacerdoce, je ne peux pas refuser aux gens de venir prier dans l’enceinte du temple », a-t-il affirmé. Le Pasteur Klagba était entouré lors de sa rencontre avec la presse, de trois autres pasteurs, dont l’un a été violenté la veille par les policiers.

Une fébrilité s’est emparée du pouvoir. Des rumeurs à Lomé font de plus en plus état de remous au sein des Forces Armées Togolaises. Les raisons et les manifestations de ces remous sont cependant inconnues. Toujours est-il que les préparatifs du Jubilé d’or du cinquantenaire, sont perturbés au sein des FAT. On évoque un programme réduit pour l’essentiel à une cérémonie de prise d’armes.

D’autres rumeurs annoncent également pour bientôt, une rencontre entre le pouvoir et l’opposition à Paris. Des négociations initiées par Le Président français Nicolas Sarkozy, pour aplanir les contestations populaires qui enflent au Togo. Il n’ y a pas longtemps, le Chef de l’Etat togolais a dépêché une mission auprès du Président français. La même mission composée du Ministre d’Etat, Pascal Bodjona et du Conseiller spécial du Chef de l’Etat Barry Moussa Barqué, a rencontré le leader de l’UFC, Gilchrist Olympio à Paris.

Koaci.com

Laisser une réponse