Kpatcha Gnassingbé: Exil forcé au Maroc?

0

Tu me tiens par la barbe, je te tiens par la barbichette : la logique dans laquelle Faure et Kpatcha Gnassingbé sont actuellement. Les nuits sont très difficiles pour les deux frères avec un léger avantage pour Kpatcha. Lui au moins n’a plus rien à perdre dans cette longue bataille sans tête ni queue. Chez les penseurs pro Faure, il faut impérativement sortir Kpatcha hors du Togo. Les raisons invoquées sont multiples et on en finirait pas de les égrener. Mais la raison la plus plausible de son extirpation du Togo vers le Maroc serait l’affaiblissement total du pouvoir de Faure. Il se sussure que le fauteuil présidentiel pourrait partir en fumée si Kpatcha était libéré et vit à quelques pas de son frère.

Joint au téléphone par le Lynx, Me Adjavon Zeus, un des avocats de Kpatcha à sa version sur le cas de son client: «  Je ne suis au courant de rien. Beaucoup de choses sont dites et qui ne sont aucunement la réalité. Le cas Kpatcha suit son cours normal » Pour la libération des trois co-accusés : Jean Awadé, Gaéthan Kapitan et Toyi Blandé cités comme complices au coup d’Etat du côté du fief du député [Ndlr : Kara] l’avocat dit ne pas connaître les raisons avancées pour lesquelles ils ont été libéré: « J’ai été longtemps désaisi du dossier à leur demande » assène t-il. Un an de prison sans jugement pour un député cela fait mal au dos. Ainsi Les plans se font et se défont comme dans un drame shakespearien. On a pensé chez les Fauriens (les pro- Faure)   aussi à envoyer le prisonnier le plus populaire du Togo en Europe. Il peut devenir un terreau pour l’opposition depuis son exil, il ne faut pas ajouter à Jean-Pierre Fabre un doublon. Aussi avec l’idée en Europe, on l’enverrai directement dans la gueule de la diaspora togolaise qui ne cesse de gonfler à chaque jour les chefs d’accusation sur les criminels de la tuerie du 2005 ou on dit le nom de Kpatcha Gnassingbé revient  sur chaque paragraphe. On se tirerait la balle dans le pied au final. Au demeurant,c’est tout le staff du RPT ancien avec quelques noms du RPT « new look » qui sont listés dans les centaines de pages du rapport des Nations Unies.

A chaque pas de Faure , une multitudes d’erreurs et d’inexpériences. D’abord l’arrêstation de Kpatcha est venu confirmer le degré de voyoucratie au niveau de la justice togolaise et ensuite le manque de respect pour les lois de la République par le pouvoir exécutif. Des avocats et pas des moindres ont crié à l’immunité dont bénéficie encore le député mais Faure reste le maître, le seul qui a le dernier mot. On se souvient de son discours ou le fils de la nation donnait des cours de droit à son peuple peu après l’arrêstation du « terroriste » Kpatcha : « Le droit va désormais primer sur la force » disait-il. On tombe des nues quand on sait le nombre de togolais que Faure a mis hors du pays avec la capture de son pouvoir en 2005 ! Pour l’instant, il faut enfermer Kpatcha à double clé.

Et depuis qu’il est lui même sur l’échafaud du FRAC, il semble que le cas d’un élu de la République ne l’interresse nullement. Le Togo serait-il devenu une République bananière au 21ième siècle ?

Anicet Moutouari Lynx.info

Laisser une réponse