Gilbert Houngbo: Retour triomphal le 3 mars à Bruxelles

0

Le patriarche, sinon leur patriarche Eyadema avait choisi le 2 février pour son retour triomphal du nord vers le sud du Togo en 1974. Six ans après sa mort, les Togolais de la diaspora s’apprêtent à accueillir le premier ministre Gilbert Houngbo alias le « pnudiste » à Bruxelles le 3 mars. Si Eyadema a préféré le mois de février, Houngbo a préféré celui de mars. Le premier aime le chiffre 2 et le deuxième le chiffre 3. Pour sa ballade européenne sinon son retour triomphal comme mendiant et quémandeur au milieu des blancs qui donnent des prêts et des dons sans que le peuple togolais ne sache les directions que prennent ces milliards du contribuable européen, l’ambassadeur Félix Kodjo Sagbo, l’infatigable est aux petits soins.

Toutes les couches socio-politiques dans la diaspora sont mobilisées et se font mobiliser par les hommes de paille, européens comme togolais. Ici, il est question de remplir obligatoirement la salle par une meute de néophytes qu’on s’apprête à appeler pompeusement d’opérateurs économiques ou d’hommes d’affaires Togolais de la diaspora. Gilbert Houngbo en a bien besoin pour montrer dès son retour au Togo, au fils infecte, ô combien les Togolais de la diaspora sont derrière sa politique du grand pillage et du siphonage à ciel ouvert des deniers publics.

Le RPT n’est pas à sa première expérimentation. On tâte le pouls d’une diaspora avant que l’avion de Faure ne débarque pour « visite d’Etat ». Et les vieilles recettes ont toujours payé. On cale des vieillots dans nos ambassades dont le passé est chargé de crimes humains comme économiques et on les adjoint de « faire semblant » de travailler pour la diaspora. Et ca marche depuis 43 ans ! Faure, c’est du sang jeune dans un vieux corps mafieux.

Les deux Houngbo

Houngbo présenté par Louis Michel devant un parterre de journalistes et de diplomates le 18 novembre 2008 à Bruxelles semble avoir réuni tous les ingrédients pour qu’aucun Togolais ne parle de son passage à la primature comme leur premier ministre. En trois ans, il a atteint le point culminant de sa gestion en faisant reculer le Togo d’au moins de 10 ans en arrière. Sans espace juridique pour agir, la nouvelle constitution ayant été charcutée et dépouillée de toute sa substance, l’homme ne s’est fait pas prier. Se servir et non servir. Tel est son moto, mais le vrai crédo du RPT aussi. La poche, sinon sa poche avant le bien-être des Togolais. Entre Houngbo I et II il n’en était rien. Les violents torrents médiatiques d’un corrompu du PNUD n’a pu aider le Togo. Il devrait servir de béquilles à une dictature ubuesque qui voulait avoir un visage candide.  Il l’a si bien fait qu’il s’est offert une belle villa à Lomé comme dans sa Blitta natale et des terrains comme contribution à sortir la dictature des eaux boueuses de la communauté internationale. Houngbo n’en demandait pas mieux !

Amouzou: Gilbert me voici !

À moins que les yeux du Lynx aient vu un autre Martin Amouzou. Le Dr et patron du CMDT s’apprêterait à rendre visite à son ami Gilbert Houngbo au nom de la diaspora à Bruxelles ou à Paris ? Peu importe. Petite précision. Quand Martin Amouzou et amis trouvent l’idée géniale de fédérer tous les Togolais derrière un seul idéal, les voix ont retenti et répondu présentes dans toute l’Europe. Le Lynx venait aussi de naître. Le Dr est le premier à en bénéficier d’une interview. On voit du haut de son réalisme enfin un Togolais extraordinaire. Les phrases d’indépendance du CMDT envahissent la diaspora. On est rassuré que cette fois-ci le Togo a retrouvé son oiseau rare. Des phrases comme celles-ci au micro de Lynx.info sont rares chez un responsable Togolais: « Mieux vaut toujours dialoguer avec des gens qui vous apportent, même parfois difficilement, de vraies solutions à vos problèmes, plutôt  que dialoguer avec des gens qui ne cherchent qu’à vous faire plaisir et qui au final ne vous apportent aucune vraie solution ». Il n’en était rien. Quand le Dr donnait les signaux de quelqu’un de propre et d’indépendant, Gilbert Houngbo montrait du côté de Lomé la lettre qu’il venait de l’écrire avant même que ne débute les travaux du CMDT dans la ville de Bonn en Allemagne. Pis, Houngbo va lui couper les herbes sous les pieds en créant une diaspora parallèle aux Etats- Unis et au Canada. Les élections présidentielles étaient aux portes et il fallait à tout prix que Faure ait sa diaspora à lui. La deuxième gifle que Gilbert va lancer à la joue droite du Doc a été d’avoir oublié de compter son ami comme Togolais lors du dernier recensement national. La deuxième diaspora au monde après celle du Liban selon le rapport de l’ex-ministre français de l’intérieur Brice Hortefeux, n’est pas suffisamment togolaise pour être comptée. Avec le RPT et tous ses apparatchiks, de premier ministre et de ministrons, on n’est pas loin de Gribouille qui se jette dans la rivière pour esquiver la pluie. Et Amouzou ne donne pas les signes de quelqu’un qui peut tenir tête à la pègre qui a pris en otage le Togo depuis plus 43 ans.

Que faire?

Le Lynx invite toutes associations, tous groupes de prospective, de think-tank ou de partis politiques à prendre d’assaut l’hôtel de Gilbert Houngbo pour lui faire regretter sa ballade, sinon son retour triomphal au milieu de ceux qui l’ont proposé et bousculé Faure de le maintenir comme premier ministre du Togo. L’objectif est de lui rappeler son bilan et d’égrener son inaction et son impuissance face à la camorra dans laquelle il est venu mettre ses deux pieds joints. L’objectif est de rappeler à Gilbert Houngbo que le fauteuil de premier ministre n’est pas collant. Démissionner n’est pas une tare moins une honte mais plutôt la force de montrer qu’on peut servir son pays autrement après avoir lamentablement échoué quelque part ailleurs. Et Houngbo qui n’a pas apporté la solution mais plutôt des problèmes aux Togolais devrait apprendre à démissionner. C’est en ce moment qu’on pourra dire le Togo avance….

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse