Gilbert Bawara et le petit « bluff » des élections municipales !

0

Gilbert Bawara

Sa dernière pichenette aura été d’endormir Jean-Pierre Fabre, l’opposition et les Togolais sur des élections municipales qu’il savait d’avance qu’elles ne se tiendront pas. Ici, il ne faut pas saouler les Togolais qu’un pays indépendant depuis cinquante ans avec un pouvoir vieux de quarante-sept ans qui les dirige  n’a pas les moyens d’organiser des élections locales. Et pourtant, nous avions déjà averti à Lynx.info que, pour manger hier avec le RPT et Unir aujourd’hui, il faut avoir des cuillères longues, bien longues. A quelques mois des élections présidentielles reste-il encore quelque chose encore au petit « bluff »  sur les locales du ministre Gilbert Bawara ? Apparemment non ! Selon nos investigations, il n’y aura aucunes élections locales, ciment de la démocratie participative. Et pourquoi des ministres non représentatifs de leurs populations bousculeraient-ils le pouvoir sinon leur patron à le faire quand les retombées peuvent être fatales pour eux ? Gilbert Bawara qui a pratiquement fait une grande partie de sa vie en Europe sait bien que, sinon très bien que, sans le mot décisif de la base d’une population donnée, tous les choix politiques et économiques d’un pouvoir relèvent du jonglage. D’ailleurs, les ministres ne sont ni des élus moins des connus des Togolais. Souvent aux côtés de Faure Gnassingbé à la hussarde pour des raisons d’amitié ou de copinage, la faiblesse même du pouvoir actuel de Lomé et le peu de considérations que les Togolais ont pour la classe dirigeante tirent ces sources de cette cacophonie au sommet. Faure Gnassingbé qui sait aussi que, donner le pouvoir à la base reviendrait à le chasser du pouvoir passe au même mensonge que son ministre de l’Administration, du Territoire et des Collectivités Locales devant un parterre de diplomates juste après leur mains mise sur le pouvoir législatif en juillet 2013 : « La prochaine étape, dit-il dans son intervention serait l’organisation d’élections locales avec une approche inclusive et participative, indispensables pour mettre en œuvre une politique de décentralisation. Les locales poursuit Faure Gnassingbé, consacreront une véritable réorganisation de l’Etat et une nouvelle forme de gestion du pouvoir, permettant aux citoyens de participer concrètement et réellement à l’identification et à la prise en charge de leurs besoins spécifiques ». Fin du bluff !

Malin, le fils du dictateur défunt a bien pris soins de ne préciser aucune date devant ces mêmes diplomates devenus au Togo des soutiens indéfectibles à la dictature. Quand on sait que l’égérie de la cour, Ingrid Awadé avait soufflé lors du premier voyage officiel de Faure Gnassingbé à Bruxelles comme président du Togo qu’ils étaient bien parti pour rester trente ans au pouvoir, on peut aussi fixer pour les élections  locales un rendez-vous sur trente ans. Qui peut encore  nous dire le contraire à Lynx.info que les peuples ne méritent pas leurs dirigeants ?

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse