FRAC-OBUTS: Nous marcherons le Samedi le 03 Avril 2010

0

Après les graves incidents survenus lors de la veillée postélectorale du 24 mars dernier, et à la demande du gouvernement sortant, les partis de l’Alternance FRAC et OBUTS ont rencontré ce jour le Ministre d’Etat, Ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, et celui de la sécurité et de la protection civile.

A l’issue de cette rencontre à laquelle ont pris part le Commandant en chef de la FOSEP et le Directeur général de la Police, le gouvernement sortant a exprimé dans un communiqué officiel rendu public des regrets pour les violences commises par les agents de la force publique à l’encontre de paisibles citoyens et a présenté sa compassion et ses vœux de prompt rétablissement aux victimes.

OBUTS tient à préciser que la rencontre de ce jour avec le gouvernement sortant revêt une double signification. D’une part, elle démontre l’engagement des partis de l’Alternance à construire un Togo plus rassemblé avec toutes ses filles et tous ses fils, et d’autre part leur volonté d’exprimer de vive voix aux autorités en charge de la sécurité leur condamnation sans réserve de toutes les dérives répressives et attentatoires à la liberté d’expression et aux droits humains inaliénables.

Les discussions ont essentiellement porté sur les violences postélectorales, l’épineuse question des détentions arbitraires des militants de l’opposition et sur la sécurité lors de la manifestation prévue par les partis de l’Alternance le samedi 27 mars 2010.

Dans le souci de préserver la vie des compatriotes arbitrairement incarcérés sur toute l’étendue du territoire, les leaders des partis de l’Alternance ont exigé la libération immédiate de tous les détenus politiques à ce jour maintenus dans les geôles, notamment à Kara.

Cette doléance a été prise en compte par le gouvernement sortant qui promet de s’y pencher.

Pour que cette promesse soit crédible, les militants arbitrairement détenus doivent être libérés dans les prochaines heures sans condition avec la prise en charge effective des soins hospitaliers en cas de torture. Nous jugerons aux actes !

Le gouvernement sortant a exprimé ses craintes à l’égard de l’organisation de la marche prévue pour ce samedi, en raison des risques de difficultés à maintenir le calme, compte tenu de la trop grande proximité avec les violences policières du 24 mars.

Tout en faisant remarquer que les violences qui ont été commises jusqu’ici, sont à mettre à l’actif des forces de sécurité, pourtant censées maintenir la paix civile et non à celui des militants des partis de l’opposition, les leaders des partis de l’Alternance ont accepté, dans un objectif d’apaisement et avec le sens des responsabilités, de surseoir à l’organisation de cette marche et de la reporter au Samedi 3 avril 2010.

Une fois de plus, les partis de l’Alternance au-delà de la douleur et de la colère légitimes des enfants du Togo tout entier, ont administré la preuve de leur maturité politique pour préserver la paix civile et éviter de nouveaux actes de barbarie sur nos paisibles populations.

Cet acte ne saurait être considéré comme une abdication de la part des partis de l’Alternance, qui apportent la preuve par excellence que seul prime l’intérêt supérieur du peuple Togolais, et que rien n’entamera leur inébranlable détermination à faire triompher la vérité des urnes.

Nous rassurons le peuple togolais et sa diaspora sur notre détermination et la continuité de notre engagement résolu à ses côtés. Nous invitons toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier à rester vigilants et plus que jamais mobilisés pour défendre partout où besoin se fera sentir la République en péril.

Samedi le 03 Avril 2010, nous devons être plus nombreux encore à réclamer haut et fort à la face du monde le rétablissement de la vérité des urnes !

Cette action doit se faire sans violence, dans le plus grand calme et la sérénité.

En avant, la résistance citoyenne par les voies pacifiques, pour que vive la démocratie apaisée au Togo !

Que Dieu Bénisse le Togo !
Fait à Lomé le 26 mars 2010.
Le Président national de OBUTS,
Agbéyomé KODJO.

Laisser une réponse