Fin de séjour européen du député Kpadénou (ANC)

0

«LES RESPONSABLES DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU TOGO VEULENT BRISER L’ÉLAN DE L’ANC POUR INSTALLER L’ASSEMBLÉE DES MOUTONS»

 Un mois après son passage en Allemagne où il a rencontré ses compatriotes de la diaspora, l’honorable Député de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) M. Kpadénou Amoussouvi vient de rentrer le samedi 9 Octobre 2011 au pays après deux mois de séjour en Europe.

Pendant son séjour allemand, le parlementaire a eu un entretien franc et sincère avec la diaspora togolaise le 10 Septembre dernier à Hambourg. L’honorable Député de l’ANC s’est longuement attardé sur les manœuvres scélérates du Président de la Cour Constitutionnelle et du Président de l’Assemblée Nationale qui ont de manière injuste expulsé les neuf députés de l’ANC de l’hémicycle. La Cour de Justice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en sanctionnant à cet effet l’État togolais, vient ainsi de confirmer les propos du Député sur les vraies raisons de l’expulsion de ses homologues.

Voici donc l’essentiel sur les entretiens de M. Kpadénou avec ses frères et sœurs de la diaspora.

Prévue pour 13 heures, la rencontre d’échange et d’explications avec la diaspora togolaise en Allemagne n’a effectivement débuté qu’à 15 heures. Malgré le temps relativement court de l’annonce de la rencontre, plus d’une demie centaine de Togolais enthousiasmés ont répondu présents à l’appel du député.

Après une minute de silence observée à la mémoire des victimes de la dictature et l’Hymne National « Terre de nos Aïeux », M. Sylvain Ahawo, membre de l’organisation et modérateur de la rencontre a souhaité la bienvenue aux participants avant de leur présenter le programme du rendez-vous.

Il a ensuite cédé le micro au compatriote Ali Akondoh, l’élément moteur de ces assises.
Dans son intervention, M. Ali a situé le cadre de la rencontre tout en remerciant le Député d’avoir pensé à ses compatriotes de la diaspora. Il a regretté le manque de patriotisme de certains qui pour des intérêts personnels et le gain facile sabotent la lutte du peuple togolais pour sa libération. L’intervenant devait ajouter : « Je ne suis pas membre de l’ANC. Je ne fais partie d’aucune formation politique. Mais je suis du côté du peuple et je soutiens toute formation politique de l’opposition qui se bat réellement contre l’injustice sociale et le régime corrompu du Togo. » Dans un style philosophique et poétique qu’on lui connaît, Ali Akondoh a exhorté ses compatriotes à ne jamais perdre courage dans ce combat rude contre l’arbitraire. Il leur a demandé de continuer la lutte aux côtés du peuple partout où ils se trouvent car « malgré la distance géographique qui nous sépare de notre mère-Patrie, nous devons rester dignes et solidaires en pensant à nos parents, frères, sœurs et amis pour qui le vécu quotidien est un parcours du combattant.» devait-il conclure.

Le dernier et principal orateur a été M. Kpadénou Amoussouvi, l’hôte de la diaspora togolaise. Avant d’aller dans le vif du sujet de la rencontre, l’honorable Député a tenu à remercier les participants venus l’écouter malgré les multiples préoccupations des uns et plusieurs kilomètres de route parcourus par d’autres. Il a déclaré à l’assistance que la rencontre à laquelle elle prenait part se tenait sur les instructions personnelles du Président National de l’ANC, M. Jean-Pierre Fabre. Il a transmis les salutations fraternelles et militantes de ce dernier. « Ni la trahison, ni la défection, ni la répression aveugle, ni les tentatives de déstabilisation d’où qu’elles viennent, ne sauraient avoir raison de la détermination du parti à poursuivre le combat pour libérer le peuple togolais de l’imposture et de la dictature. » Avait-il lancé en paraphrasant le Leader de l’ANC.

M. Kpadénou a évoqué quelques-unes des raisons qui ont conduit à la création de l’ANC le 10 Octobre 2010. Selon lui, la création de leur parti est:
-une réponse aux cris de détresse des populations togolaises désemparées qui ont connu et qui connaissent encore tant de souffrances elles qui ont consenti d’énormes sacrifices des décennies durant ;
-la résolution de la question de leadership née au sein de l’Union des Forces du Changement (UFC) suite à la décision unilatérale de M. Gilchrist Olympio le 27 Mai 2010 de rentrer dans le gouvernement de Faure Gnassingbé contre l’avis du Bureau National du Parti.

Abordant la question de l’expulsion des neuf (9) députés de l’ANC le 22 Novembre 2010, l’Honorable député n’a pas mâché ses mots. Il a taxé cette expulsion de sale manœuvre des autorités judiciaires dont la décision ne repose sur aucune base juridique. D’après lui l’expulsion des députés régulièrement élus par le peuple atteste que les plus hautes instances judiciaires du pays n’hésitent pas à brader la Constitution et le droit des citoyens dont elles devraient être les garantes. M. Kpadénou a par ailleurs dénoncé la stratégie mise en place par Gilchrist afin de régler ses comptes à Jean-Pierre contre lequel il nourrit une haine.

Il ne doute pas non plus de l’intention des Responsables de la Cour Constitutionnelle de vouloir perpétuer le règne d’une dynastie vieille de plus de quarante ans. Ils veulent, dit-il, briser l’élan de l’ANC pour réinstaller l’̎ »Assemblée des moutons ». C’est également une manœuvre sordide du Rassemblement du Peuple Togolais, poursuit-il, de tripatouiller pour la nième fois certains articles de la Constitution. Il a affirmé à cet effet que l’ANC dénoncerait les abus du pouvoir et ne tolèrerait pas la modification de la Constitution. 

M. Kpadénou Amoussouvi a enfin appelé les Togolais et les Togolaises résidents au pays comme à l’extérieur à rejoindre l’ANC afin de faire triompher au Togo la force du Droit, le socle de toute démocratie.

C’est par les applaudissements nourris que les participants ont salué le brillant exposé de l’orateur.

Des questions-réponses relatives au comportement de Gilchrist Olympio, à l’expulsion des députés, aux objectifs du parti ANC etc.…ont mis fin à la rencontre de Hambourg. Un comité qui se chargera de la formation prochaine d’un Bureau de l’ANC-Section-Allemagne sera mis sur pied. Cela permettra à ladite section d’inviter M. Jean-Pierre Fabre à venir rencontrer ses compatriotes en Allemagne.

C’est avec une note de satisfaction empreinte de fraternité que la rencontre d’explication et d’échange de Hambourg avec l’Honorable député Kpadénou Amoussouvi a pris fin vers 18 heures 30.

Fait à Hambourg, Allemagne, le 14 Octobre 2011.

Le rapporteur,

Moctar Abdel Malik

 

Laisser une réponse