Faure : Il joue avec le feu à vouloir créer un parti

0

Ces Togolais que Faure Gnassingbé a tué en 2005 pour devenir président!

Bientôt sept ans comme président du Togo, et dans trois ans il fera dix ans, la durée pour être appelé dictateur comme Laurent Gbagbo selon la nouvelle donne, érigée en doctrine par la communauté internationale. Venu au pouvoir à la  » Ouattara« , Faure Gnassingbé, comme c’est de lui qu’il est question ici et dont on parle, a plus de mille cordes à tordre pour rendre son pouvoir respectable. On le soupçonne d’avoir fait du parti de son père défunt son marche pieds. Pour parvenir à ses fins, il utilise le parti au logo de maïs. Pour dépoussiérer son pouvoir et rendre un peu propre, il utilise son carnet d’adresses et celui de son père au niveau des Frères maçons et dans le monde de la finance qui ont la double capacité de déverser les médias internationaux à sa gloire et de noyauter les chancelleries comme les présidences de menteries à son honneur. Faure, c’est une compilation du vrai avec du faux. Mais depuis quelques jours, le prince des machettes, des rizières d’Aného et des vallées d’Atakpamé a trouvé quoi distraire encore le peuple, ce peuple qui aime qu’on détourne son attention vers de nouvelles histoires à faire dormir debout. Ce qui trotte dans les têtes et retient l’attention des Togolais est la rumeur folle qui a envahi leur quotidien avec l’histoire de la création d’un parti politique dont Faure serait le patron. Dans notre quête de la vérité, le Lynx est allé voir ce qui se passe et comme toujours, c’est encore du pipeau, rien de vrai sous les tropiques. Les derniers Samouraïs du RPT se sont mêmes donnés le plaisir de lancer au Lynx : « Faure joue avec le feu ».

Trop nul pour créer et diriger un parti politique

Les premiers caciques du RPT que la rédaction du Lynx a joint se tapaient les poitrines par une pluie de rires. Le Kabyè de Pya, digne fils d’Afagnan, et président du Togo serait au sein du RPT, l’homme le plus nul selon tous les dires. L’aura, il n’en pas. Le charisme lui fait défaut aussi. « Quand aux couilles d’un vrai Evalou courageux, oublions. Trop molles depuis la naissance ». Affronter son peuple serait sa plus grande peur. Ce qu’il a de plus important et qui fait défaut aux autres au niveau du parti RPT est la clé du trésor du parti. « Il est le seul financier », assène un cadre. « Son père avait fait en sorte que le parti n’ait pas de trésorerie afin de mieux contrôler tout le monde » renchérit cette femme qui veut rester dans l’anonymat. Pis, quand il vint au pouvoir, il fallait déjà compter qu’il ne voulait pas faire de la politique mais était plus orienté vers l’argent, la finance, les affaires. Les multiples voyages officiels comme officieux en Italie sont des signes palpables qu’il n’a aucune idéologie à laisser pour la postérité à part faire des affaires qui sont devenues son train-train journalier. Sinon comment comprendre qu’il n’ait fait que polluer le plus vieux parti avec des jeunes qui ont tous un passé chargé, sinon trop chargé? Pascal Bodjona, Robert Bakai, Bidassa, Ferdinand Tchamsi, Sam Bikassam, Christophe Tchao et bien d’autres, beacoup dans la filière militaire qui ont tué et pillé sous le père défunt. Aussi, les vieux, cités pêle-mêle Barry Moussa Barqué, Vouley Frititi, Solitoki Esso, Félix Kodjo Sagbo, Baka Comla, Sama Koffi, Katanga Tchaa, … sont restés et devenus plus forts que jamais au sein du parti à tel point qu’on se demande si le RPT ait réellement connu une mutation depuis sa capture de pouvoir. Il suffit de voir le fonctionnement du parti pour s’en rendre compte. La méritocratie a fui le parti. La volonté de former de nouveaux cadres n’est plus le rêve de l’Akazu version RPT. Les jeunes qu’on rassemblait pour chanter à la gloire et aux honneurs du père défunt sont tous devenus avec Faure des miliciens tapis dans l’ombre et qui refont surface toutes les fois qu’une élection se pointe à l’horizon. Peu bavard et opérant dans le cynisme le plus parfait, Faure est devenu cet enfant chéri de la communauté internationale. Parti politique ou pas, Faure peut toujours se frotter les mains d’avoir englouti en sept années les sceptiques dans sa gibecière aux mensonges. Et Ingrid Awadé, l’égérie de la maison, sinon l’autoproclamée première dame du pays a beau ameuter la fortune du Togo entier pour faire croire qu’elle crée un parti où Faure viendra trôner pour les 40 prochaines années, le reste est connu. Faure Essozimna Gnassingbé est trop nul, trop paresseux pour s’asseoir et faire tourner sa petite tête d’un petit dictateur des temps modernes. Rien ne sortira de grand comme idées novatrices. Et il le sait, à côté des milliards qu’il a amassés, il manque un grand aspect sans lequel aucun parti politique ne peut survivre: les valeurs. Et Faure n’a pas été éduqué à être un homme de valeurs… Ne lui demandez pas ce qu’il ne peut jamais faire !

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse