Faure GNASSINGBE – HOUNGBO – Gilchrist OLYMPIO !

0

Le 28 mai 2010, par décret N° 2010-036/PR, la composition du nouveau gouvernement, attendu depuis le énième coup d’Etat du régime RPT contre l’élection présidentielle du 4 mars 2010, était annoncée, se singularisant par l’entrée de 7 partisans de Gilchrist OLYMPIO sur les 31 ministres qu’il comprend.
Un coup était porté à la profonde aspiration à la démocratie et au changement du peuple togolais qui avait massivement voté pour Jean-Pierre FABRE, le candidat élu de l’UFC et du FRAC lors de cette présidentielle qui s’est soldée par la proclamation de résultats frauduleux par une CENI et une Cour constitutionnelle inféodées qui ont déclaré élu Faure Essozimna GNASSINGBE, le candidat du RPT.

Insulte et profanation de la mémoire des martyrs du peuple togolais

Le 27 mai 2010, veille de cette annonce, Gilchrist OLYMPIO, jusqu’alors président de l’UFC, et une bande de partisans solidaires de sa cause ont, malgré le refus explicite des instances régulières de leur parti, tenu une Conférence de presse pour proclamer avec fracas leur décision de constituer, avec le RPT, le nouveau gouvernement, alors attendu depuis plus de deux semaines. Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette annonce se fit au domicile d’où son père, Sylvanus OLYMPIO, le premier président démocratiquement élu du Togo qui conduisit à la victoire la lutte pour l’indépendance de notre pays, dut s’échapper au petit matin du 13 janvier 1963, sous un tir nourri de balles d’un commando putschiste. Réfugié dans les locaux de l’Ambassade américaine voisine, il en sera délogé de force avant d’être assassiné de façon lâche et ignoble par le conjuré Etienne GNASSINGBE Eyadéma qui, après l’avoir criblé de balles, lui sectionna les veines du poignet pour le vider entièrement de son sang et le tuer ainsi de façon certaine.
Ainsi l’annonce par Gilchrist OLYMPIO, ce 27 mai 2010, d’une collaboration avec Faure GNASSINGBE, le fils de l’assassin de Sylvanus OLYMPIO, s’est-elle faite en profanant de la mémoire de son défunt père.

La constitution de ce gouvernement contre-nature et de collaboration avec le régime assassin RPT est une insulte à la mémoire de Marc ATIDEPE, mort dans les bras de Gilchrist OLYMPIO lors de l’attentat de Soudou et des milliers de martyrs tombés au cours des 47 ans de combat du peuple togolais contre le clan des GNASSINGBE Eyadéma, le père, et Faure, le fils. Plus de 1 000 togolais ne furent-ils pas massacrés en 2005 pour faire asseoir ce dernier dans le fauteuil présidentiel laissé vacant par Eyadéma ?

20 ans de collaboration contre-nature pour sauver le clan des GNASSINGBE

Le Parti des travailleurs tient à faire constater à nouveau que, si l’héroïque combat ouvertement engagé par le peuple togolais depuis le soulèvement populaire du 5 octobre 1990 n’a pu en finir avec la dictature du clan des GNASSINGBE depuis 20 ans, c’est incontestablement pour deux raisons :

1°) La sauvage répression qui a fait plus de 10 000 morts que le clan des GNASSINGBE, au service des intérêts des puissances impérialistes, particulièrement de l’impérialisme français, n’a cessé de déchaîner contre le peuple togolais en lutte pour la liberté, la démocratie, la satisfaction de ses droits et la reconquête de son indépendance.

2°) Mais il faut être clair : le régime du clan des GNASSINGBE n’a pu se maintenir depuis 20 ans que grâce à la collaboration que n’ont cessé de lui apporter les « leaders » de l’opposition démocratique qui se sont accaparés de la direction de cette lutte populaire. Montant les uns après les autres en première ligne, ils se sont acharnés à sauver, par leur trahison, le régime décadent RPT chaque fois qu’il était menacé d’être balayé par les mobilisations du peuple togolais, cela, malgré les lourds sacrifices consentis en pertes de vies humaines, en blessés et biens matériels détruits.
C’est ainsi qu’il y eut : en 1991, le refus des responsables du Front d’action pour le renouveau qu’Eyadéma soit démis comme l’exigeait le peuple togolais après les massacres de la Lagune de Bè sous le fallacieux prétexte qu’il y aurait un « vide politique » au Togo ; de 1991 à ce jour, les multiples Accords, négociations et dialogues de sauvetage du RPT (Accords du 12 juin 1991, Nouveau contrat social, Comité mixte paritaire, Négociations de Colmar, nombreux Accords de Ouagadougou, Accord-cadre de Lomé, etc.).

Force est de constater que tous ces accords et négociations n’ont servi qu’à constituer des gouvernements contre-nature d’union nationale entre le régime RPT et ceux qui prétendent diriger la lutte du peuple togolais contre ce même régime, gouvernements dont les opposants-traîtres sont généralement chassés aussitôt que le RPT estime qu’ils ont réussi à l’aider à faire refluer les mobilisations populaires !
Il ne s’agit pas d’autre chose aujourd’hui avec l’entrée des partisans de Gilchrist OLYMPIO au gouvernement RPT qu’ils ont pour tâche d’empêcher de tomber en lui servant de béquille en ce 50e anniversaire de notre indépendance où s’impose aux yeux de tous l’éclatant bilan de faillite du RPT qui est aux abois, alors que la crise togolaise atteint un point des plus critiques de toute son histoire.

De plus, l’objectif visé en entraînant une fraction de l’UFC dans la voie de la collaboration est de tenter de détruire ce principal parti de l’opposition démocratique dans lequel le peuple togolais voit un point d’appui à l’organisation de sa résistance parce qu’il incarne la continuité du combat du CUT qui conduisit à la victoire la lutte des nationalistes togolais pour l’indépendance.

Objectif visé : poursuivre la politique que le RPT ne peut plus appliquer, seul

Et, il n’y a aucun doute sur le fait qu’à travers la constitution du gouvernement Faure GNASSINGBE – HOUNGBO – Gilchrist OLYMPIO, il s’agit de poursuivre la même politique antinationale que le RPT, seul, n’est plus capable d’appliquer au compte des intérêts des grandes puissances et maffias étrangères qui ont pris en otage notre pays dont elles pillent sans vergogne les richesses matérielles et humaines.

En effet, alors que de nombreux détenus politiques sont arbitrairement maintenus dans les prisons togolaises, il est clair que ce gouvernement aura à poursuivre la mise en application des mêmes plans du régime RPT organisant la misère, la famine, la régression sociale, la ruine, le vol, le pillage, la gabegie, les divisions ethnico-régionalistes, les assassinats et violations massives des droits de l’Homme, etc…

Le Parti des travailleurs constate que le peuple togolais a clairement exprimé son rejet du gouvernement Faure GNASSINGBE – HOUNGBO – Gilchrist OLYMPIO à travers la puissante marche pacifique du samedi 29 mai 2010 qui a rassemblé, dans les rues de Lomé, encore plus de manifestants que toutes celles qui rassemblent de 150 à 300 000 personnes tous les samedis depuis bientôt trois mois.
Cette volonté doit être respectée !
C’est pourquoi le Parti des travailleurs, qui salue et soutient ces formidables et continuelles mobilisations dont il est partie prenante, appelle le peuple togolais à les amplifier, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, sur les objectifs suivants :
1°) A bas le gouvernement de collaboration Faure GNASSINGBE – HOUNGBO – Gilchrist OLYMPIO !
2°) Restitution du pouvoir politique usurpé à Jean-Pierre FABRE, le président élu par le peuple togolais !
3°) Convocation d’une Assemblée constituante souveraine chargée de faire le bilan du régime RPT et d’élaborer de nouvelles institutions dont le peuple togolais définira, lui-même, la forme et le contenu pour sortir le Togo de son état de faillite actuelle !

Lomé, le 1er juin 2010
Pour le Parti des travailleurs
Le Secrétaire chargé de la coordination

Claude AMEGANVI

Laisser une réponse