Faure Essozimna Gnassingbé: Une victoire…sculptée

0

Au Nom du Père, Du Vol, et du Ganstérisme d’ Etat je reconnais avoir de Nouveau flouer l’UE et le peuple Togolais. Que Dieu Bénisse le Togo !!!

C’est une « victoire » assez indigeste pour Faure Gnassingbé. Elle suscite la contestation au quotidien, accompagnée de répressions violentes et d’arrestations. Ils sont une dizaine de militants et sympathisants de l’UFC et de l’OBUTS à croupir en prison pour des griefs à dormir debout. Plus que de la simple contestation, tout à l’air d’une victoire …forcée. Et ce n’est pas Jean-Pierre Fabre qui penserait le contraire. Le candidat du FRAC croit dur comme fer être le vrai gagnant des urnes, et que ses suffrages ont été tout simplement détournés au profit de Faure Gnassingbé par Taffa Tabiou et  Pascal Bodjona. Il n’a pas attendu le verdict officiel pour s’autoproclamer au lendemain du scrutin.

Jean-Pierre Fabre n’est d’ailleurs pas le premier à annoncer sa victoire. Le tout premier présidentiable à l’avoir fait est le porte-flambeau de l’OBUTS Agbéyomé Kodjo. Il a  sorti tard dans la nuit de jeudi une déclaration pour reconnaître la victoire de son concurrent du FRAC. L’ancien Premier ministre est revenu à la charge tout dernièrement avec des précisions. Il a indiqué que Jean-Pierre Fabre devancerait Faure Gnassingbé de quatre cent mille (400.000) voix, et de citer une source proche d’une mission «crédible et très impliquée» dans le processus. Et tous les regards ont convergé vers l’Union européenne et sa Mission d’observation. La même  information a été donnée le samedi 6 mars par le site togocity.com qui a ouvertement cité l’Union européenne. Aujourd’hui Agbéyomé se fait le devoir de saisir les chancelleries étrangères, les Présidents des puissances impliquées dans le processus, bref la communauté internationale à intervenir pour que le verdict des urnes soit respecté et la victoire restituée à Jean-Pierre Fabre.

Le pouvoir RPT s’est même accusé tacitement du vol de la victoire le mardi 08 mars dernier. Alors que le FRAC a installé un centre de compilation des résultats au CESAL à Tokoin Séminaire et son équipe était en pleins travaux pour fournir les preuves de sa victoire, la Force Sécurité Election Présidentielle 2010 (FOSEP) est intervenue pour arrêter le personnel, confisquer le matériel informatique, et surtout les procès-verbaux des résultats. L’alibi trouvé est que ce dispositif visait à traficoter les résultats,  et c’est le Procureur de la République Robert Bakaï qui s’est chargé de trouver l’habillage juridique, ce qu’il a fait péniblement. L’argumentaire développé est diaboliquement tiré par les cheveux. Ce qui convainc que cette intervention musclée visait plutôt à empêcher le FRAC de fournir la preuve du hold-up en faveur de Faure Gnassingbé, et la victoire de Jean-Pierre Fabre.

Tino Kossi

Laisser une réponse