Faure chez Kadhafi: Kpatcha et la crise sociale au menu

0

 

On l’attendait du côté  de l’Île Maurice comme il sait le faire par ses interminables voyages et cette fois aux côtés du président brésilien  Luiz Inácio Lula da Silva. Non ! Faure a  choisi une autre direction. Officiellement et dans le jargon très propre du RPT « pour une visite à l’invitation de son homologue Mouammar Kadhafi ». Officieusement, le parrain Kadhafi a commencé par mesurer la poudrière sociale sur laquelle Faure est assis. Pendant quinze semaines les togolais ne sont pas toujours fatigués de marcher à l’invitation du FRAC. Mieux, se sont des groupes de femmes qui viennent gonfler le nombre des manifestants tous les samedi. Faure selon ses plus proches que nous avions contactés aurait cesser de discuter et serait très frustré. La raison. Les mêmes sources indiquent pêle-mêle que le prince ne sait plus qui faire confiance. Tous les amis d’enfance qui pullulaient les ministères ont été de piètres ministres au premier quinquennat. Beaucoup se sont révélés être de vrais prédateurs de l’économie et sans aucun poids politique. Il en est conscient ! Les dossiers s’entassent et font de lui un « petit dictateur » sur le plan international. Un proche de lui dit qu’il passe plus le temps à ruminer les stress qu’a travailler. Lui qui disait selon ses proches que la presse peut écrire ce qu’elle veut, a fini par ne plus se retrouver. Aussi, le langage d’un autre âge du RPT le saoul, lui qui voudrait rentrer dans la modernité. Les sources recoupées disent qu’il a fini par craquer : « Ce que vous faites, au temps de mon père vous ne l’auriez pas fait ! ». Il y a l’Assemblée qui est aussi devenue un casse-tête. Moribonde, Faure veut la dissoudre, mais les amis de son frère ennemi sont au ¾ . Une dissolution brusque reviendrait à dire que Kpatcha dans ses geôles à désormais un soutien de taille. Les réflexes de traîtrise et de vengeance peuvent faire un effet boomerang. Dans la foulée, c’est un président qui a compris aussi que la formule Gilchrist et son bataclan d’amis n’est pas la solution. Solution curieusement travaillée avec minutie par Pascal Bodjona qu’on dit a fini par priver Faure de tous les réseaux au sein du RPT.

Kadhafi qui voit le danger de loin a fini par l’inviter, ou s’est Faure qui s’est fait inviter. Tout dépend du bout de la lorgnette où on se trouve. Pour flouer l’opinion togolaise le laboratoire du RPT www.republicoftogo.com a pondu un communiqué sur ce que le fils et le parrain vont faire comme travail : « A l’ordre du jour, la Cen-Sad, les conflits qui secouent plusieurs pays d’Afrique, les tensions politiques et la crise économique mondiale qui n’épargne pas les États africains ».

Tous les analystes disent que Kadhafi va lui suggérer aussi de libérer Kpatcha et tous les autres activistes que le RPT a collé un le nom de « terroristes » innocemment. Plus dure, Kadhafi qui a été le premier à reconnaître la victoire de Faure ne connaît aucun opposant togolais du FRAC comme Bongo de son vivant le faisait avec brio pour les mettre au service de Faure.

Va t-on assister à la révolution des œillets dans les prochains jours au Togo ? Le rêve est permis mais le RPT tient solidement encore tous les leviers de l’Etat…

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse