Et si l’opposition avait raison?

0

Suite à la révision des listes électorales, l’opposition et particulièrement l’UFC n’a de cessé de dénoncer les irrégularités et anomalies qui ont caractérisé cette révision. Dans la préfecture d’Ogou où des cas criards étaient constatés, LA DEPECHE sur interpellation d’un de ses lecteurs a enquêté  à Atakpamé dans l’Ogou.

Ici, l’opération de révision a démarré le 26 décembre 2009 au Lycée d’Atakpamé (LYATA). A l’appel, tous les opérateurs de saisie (OPS) en retard ou absents ont été  remplacés sur-le-champ par de nouveaux sans aucune formation. Le déploiement des Kits s’est déroulé les 26 et 27 décembre.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les opérations de révision ne se sont pas bien déroulées. Les kits n’étaient pas en bon état. Dans certains CRV, le kit n’a fonctionné qu’un seul jour. La demande du président de la CELI, Ogou de prolonger de deux jours la révision (1er et 2 janvier 2010) aurait été repoussée au dernier moment par le président de  la CENI.

Le payement des OPS a été révélateur du désordre organisé. Le président n’a pas collecté les CD gravés et les fiches de présence à temps pour les paiements. A la paye à la poste le 4 janvier 2010, certains OPS n’ont pas retrouvé leurs noms sur la liste. A leur place,  des noms inconnus.

Si  le cas constaté dans l’Ogou se généralisait comme le soutient l’opposition, il est sorti fort à parier que  les  élections seront  tout sauf la transparence et l’équité. Que nos pourfendeurs nous excusent car nous rapportons rien que des faits et contrairement à ce qu’ils (détracteurs) pensent ne voulons rien que de bien faire notre métier, informer.

Kao Victoire

Laisser une réponse