Djovi Gally : avocat de Kpatcha et ami de Faure

0

Sur le site web, www.kpatchagnassingbé-avocats.com  trône aux cotés de maître Adjavon Atah Zeus,Me Charrière-Bournazel, Me Bernard Stasi, un quatrième lascar : Djovi Gally. Ce dernier avocat de Kptacha, lui même petit frère de Faure et qui n’est autre que l’ami de cet avocat . Le frère a vite fait de mettre le petit frère dans ses cachots. Tout un symbole quand on est homme de droit et appelé à défendre de tels cas dans une dictature ubuesque ! La chanson populaire en pays Tem dit à peu près ceci : «  Quand de l’intérieur on ouvre la porte, l’ennemi ne peut qu’ y rentrer ». Quand son mari est arrêté, Mme Mimi Gnassingbé en vient à la conclusion que c’est seulement le droit qui sauvera son mari. Elle a des parents allemands. La femme de Djovi Gally est aussi allemande par sa maman. Mais ce qu’elle ignorait la pauvre Mimi est que le Togo n’est pas un pays de droit. La femme de Djovi, elle au moins,sait que du côté de Mimi l’argent est versé waaaaa. Il y en a tellement que, avec une alchimie teintée d’une intelligence à la « togolaise »,on peut mettre le doigt sur le pactole des Gnassingbé qu’on décrit comme intarissable. Mme Djovi conseille alors à Mimi d’accepter les services de son mari pour sa défense. Officiellement, l’avocat Gally  doit faire sortir Kpatcha de son  bagne du Guantanamo deuxième local [ndlr, prison de Lomé]. Officieusement, l’homme de droit est chargé de faire d’une pierre deux coups. D’abord ratisser les sous du côté de Kpatcha, et ensuite ratisser du côté de Faure avec un autre avantage pour Faure : « lui fournir si possible les arguments pour vaincre la défense de Kpatcha ».

Djovi Gally représente à lui tout seul la psychologie collective dans le microcosme politique RPT-AGO : traître, fourbe, menteur, manipulateur, fin calculateur et paresseux. Ministre avec Eyadema père, il a trahit plus d’une fois. Tantôt opposant, tantôt du côté de la force brute qui caractérise le pouvoir en place de Lomé. Fin calculateur, môsieur le nouveau conseiller aurait été l’homme de paille par qui le revirement total de Gilchrist est passé.

Djovi a un problème : il aime l’argent !

Quant on engage une « métis » allemande comme femme au milieu des « noirs », il faut avoir l’argent de sa politique ou mieux, les moyens pour payer ses complexes de nègre. Et ce n’est pas Pascal Bodjona qui nous démentirait au Lynx ! Toute sa jeunesse, Djovi Gally  la passe au RPT et devient même secrétaire de la jeunesse de ce parti à Lomé. Il se fait connaître dans les années 1990 quand il fait une conférence à l’ambassade des Etats-Unis au Togo sur la démocratie. Dans son livre : « La Tragédie africaine » de son confrère, Jean Degli raconte que c’est le fil précurseur de la démocratisation au Togo. Dans un pays, où on n’enseigne pas la population à connaître ses droits et devoirs, il est difficile de vivre du métier d’avocat. Les avocats togolais exerçant au Togo sont les plus grands prébendiers des temps modernes. D’autres excellent en confondant la politique et la recherche patenté de l’argent. Les cas de ces avocats sans scrupules, et qui se sucrent sur le dos les pauvres Togolais au nom de la politique, sont nombreux.

Gilchrist  complexé devant Djovi ?
Peu avant les élections législatives de 2007, on append l’arrivée imminente de Djovi Gally à l’UFC. La nouvelle se répand dans le tout Togo comme une trainée de poudre. On spécule sur le fauteuil de maire de la ville de Lomé qu’il  lorgnerait. Olympio est en état d’alerte maximal. Les coups de fils pleuvent  d’un peu partout depuis son appartement dans le XVI arrondissement, arrondissement reputé des riches de Paris. Un intellectuel togolais installé en France raconte : «  Gilchrist m’a appelé, tu sais quoi ? Me Djovi Gally est désormais des nôtres. Il va être mon conseiller ». Comme si le même Gilchrist n’avait jamais eu des conseillers à sa solde ! Djovi Gally n’est pas bête, bien au contraire. L’avocat sait qu’il n’a rien fait qui puisse l’aider à gravir les échelons.

Peu avant les présidentielles du 4 mars, il monte ou fait monter le baromètre des menaces qui planent sur lui. Une histoire de militaires montée de toute pièce qui voudraient l’enlever et par ricochet sa femme aussi.

L’économiste Michel Nadim Kalife le relaye par médias interposés. Mais le pauvre Kalife, il croyait l’avocat était sur la même longueur de patriotisme que lui. Au fait, Djovi Gally sait comment monter les enchères et faire de sa personne un incontournable. L’UFC, version Fabre,soutenue par le Front Republicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) l’envoie devant les caméras du confrère Africa 24 pour qu’il défende la cause de l’opposition peu avant les élections présidentielles du 4 mars 2010. Il nettoie un Pascal Akoussoulelou Bodjona à court d’arguments dans un duel télévisé qui restera dans les annales de l’histoire togolaise. C’est la période où Jean-Pierre Fabre pouvait être président. Et c’est aussi la période où Djovi Gally pensait qu’il fallait parler très fort. Le nombre de coups de gueule équivaut au poids ministériel qu’on peut avoir. Dans le duel on retient, ce coup de gueule : «A l’UFC nous voulons mettre les togolais au Travail parce que les compatriotes sont devenus paresseux et arrêter le mensonge du RPT ». De quelle UFC Djovi parlait-il ? Celle qui l’a envoyé version Fabre ou celle tapis dans l’ombre qui voulait prendre le contrôle du parti avec des billets trébuchants du RPT incarnée par Gilchrist ? Le secret, personne ne le saura, car l’avocat pour lui. Mais ce qu’on peut noter est cette force de Gally à marcher sur un petit fil et basculer avec le fil du côté où il peut avoir quelque chose pour sa panse. Au delà de leur congrès du 12 août, chaque transfuge proche de Gilchrist savait que l’argent avait pris le pas sur la noble cause. Eric Amerding l’a compris aussi. Il ne voulait pas rentrer dans l’histoire comme menteur en tentant de rectifier le mensonge des amis de Gilchrist par un sévère article qui dit long sur la manipulation des AGO, entendez Amis de Gilchrist Olympio. Djovi Gally le savait mieux que les autres. Lui, au moins, a passé toute sa vie à ne faire que ça. Dès fois opposant, dès fois  mi-opposant, et des fois proche de la force brute. Il voulait de l’argent liquide, de l’argent frais. Le cas Kpatcha ne s’améliore toujours pas. Faure lui ouvrait ses bras en passant par Gilchrist.

Et fort de la chance qui ne sourit qu’une fois dans la vie, il a préféré ceux qui avaient tout l’argent du peuple sous leurs matelas. Qui a dit qu’un avocat au Togo  ait  jamais été lige ?

Djima Matapari Malika Lynx.info
 

Laisser une réponse