David Ihou: Pourquoi je critique l’opposition

0

S’il n’y avait pas la presse et les syndicats, qui font 90% du boulot des partis politiques de l’opposition, le pouvoir peut dormir tranquille pendant cinquante ans encore ! Parce que  d’opposition, on n’en trouve pas trace utile dans le pays depuis belle lurette !

Dès que les opérations de recensement électoral sont terminées dans la zone N°1, sans qu’on ait vu un seul leader de l’opposition sur le terrain, pour contrôler le bon déroulement  des opérations,

l’opposition se fend d’un communiqué réclamant un audit sur le recensement électoral dans cette zone N°1 ! Un diplomate, avec qui je dînais, a laissé tomber cette reflexion assassine :

« Ils sont marrants vos opposants ! Un audit de l’enrôlement dans la zone N°1 va prendre trois mois au minimum, et coûter au moins cent millions de francs ! Qui va payer ? ».

Le Docteur David IHOU n’est pas le seul à critiquer (a juste titre !) notre opposition… Dès que l’enrôlement dans la zone N°2 a commencé, on a cherché, en vain, la queue d’un leader politique de l’opposition au Togo : Jean Pierre FABRE, Dodzi APEVON, Kafui ADJAMAGBO, et celui qui prétend « sauver le Togo », Zeus AJAVON, sont en vadrouille en Europe, pour, soit –disant, « expliquer la situation socio-politique togolaise » aux autorités française, allemande, belge,… ou je ne sais pas quoi encore !… On a beau expliquer aux fameux opposants, que, si François HOLLANDE ou Angela MERKEL voulaient savoir combien de fois Mme ADJAMAGBO fait l’amour par mois, ou combien de maîtresses FABRE et APEVON fréquentent, ou encore, combien de cheveux il reste sur la tête de Zeus AJAVON, ils le sauront aisément, par le biais des services de leurs ambassades et consulats à Lomé…

Je suis bien  placé pour le savoir, et je leur avais dit, à mes amis opposants, qu’un dirigeant européen fera toujours plus confiance à son ambassadeur qu’il a nommé à Lomé, qu’aux gesticulations d’un leader politique togolais ! Le même diplomate, que j’avais, à mon tour, invité à dîner, a éclaté de rire (quand j’ai évoqué la vadrouille de Jean Pierre FABRE et compagnie en Europe) et a laissé tomber :

« Ils sont plus que marrants ! »…

TT le 10, 11, et 12 Avril dernier, que   la nullité des leaders de l’opposition a été encore étalée au grand jour ! Normalement, ce sont les partis politiques présents au Parlement (UFC, ANC, CAR) ou dans les médias (pour les extraparlementaires) qui devraient faire de ces revendications, leur cheval de bataille, et ce, depuis des lustres ! Mais le chômage, les conditions déplorables des travailleurs togolais, la paupérisation générale, l’état déplorable de notre enseignement et de notre système sanitaire, ne disent rien à nos fameux opposants. Me AGBOYIBO, le Président d’honneur du CAR, évoque, dans une sortie médiatique, lors de la célébration des 22 ans de la création du CAR, toute une litanie d’insuffisances de gouvernance du pouvoir, mais oublie royalement de nous dire, pourquoi en 5 ans six mois de législature, les 4 députés du CAR n’ont présenté aucun projet de loi, aucun amendement  aux projets de lois présentés par le pouvoir, aucune motion de censure, aucune interpellation du Premier Ministre ou des ministres… Les opposants n’ont que les mots « Alternance », « Changement », « Effet immédiat », à la bouche, comme si la conjugaison des verbes issus de ces mots va régler tous les problèmes du pays ! Le « changement » ne peut être bénéfique pour le pays, que si ceux qui veulent incarner le changement ont des solutions idoines à proposer aux problèmes qui se posent aux populations. Si on ne vérifie pas que les balles qui sont dans le fusil sont des balles réelles (et non des balles en caoutchouc), et qu’on tire sur un fauve, on risque de se faire dévorer par le fauve !

Les gaffes, l’incurie, l’idiotie politique, se font voir de jour en jour, et ce n’est pas une surprise, quand on lit, dans le journal « le Regard » du 24 avril 2013, que « La coalition Arc-en-ciel exhorte la STT à tenir bon » , et qu’on lit la déclaration de ce machin de cinq partis politiques appelé « ARC-EN-CIEL » :

« Le dilatoire dans lequel excelle le gouvernement pour esquiver tout dialogue d’où qu’il vienne, a causé la mort de deux enfants manifestants avec les élèves solidaires des revendications de leurs enseignants et demandant une reprise rapide des cours ».

Combien de dialogues boudés par l’opposition ? Combien de Cadres Permanents de Dialogues et de Concertation (CPDC) boycottés par des leaders politiques qui se bombardent « légitimes » ? « Réformes constitutionnelles et institutionnelles », « Dialogue franc et sincère », sont les maître-mots de notre fameuse opposition. On a beau leur dire que les réformes constitutionnelles et institutionnelles ne peuvent se réaliser que par référendum populaire (lisez donc l’article 144 de notre Constitution !) ou par le vote de la majorité des quatre cinquième (4/5) des députés composant l’Assemblée nationale (lisez donc le même article 144 de notre Constitution !), rien à faire ! Nos leaders politiques n’ont certainement pas bien lu ou ne veulent pas lire cet article et disent et font n’importe quoi souvent ! « Un dialogue franc et sincère » est –il prévu dans notre Constitution ? Non, je ne le vois nulle part ! Pourquoi mes amis y tiennent tant à ce dialogue ? Pourquoi deux partis (UTD et CAR) conduits par deux leaders intelligents (Edem KODJO et Yaovi AGBEYIBO) ont-ils réussi à battre le RPT aux legislatives de 1994 ? Cette année-là, il n’y avait pas de CENI, et c’est le Ministère de l’Intérieur qui avait organisé les élections !

Les enseignants ne peuvent-ils pas battre le pavé eux-mêmes, pour exposer leurs revendications au pouvoir, et ont-ils besoin  du soutien, du rempart et des poitrines d’élèves de 7, 8, ou 12 ans ? C’est une grosse lâcheté de leur part !

Pourquoi un pouvoir, qui a la majorité absolue dans un Parlement légalement constitué, est-il obligé de faire « un dialogue franc et sincère » avec son opposition ? Ils veulent (les opposants) un dialogue pour se faire valoir, parce qu’en réalité, ils n’ont pas de carrure … Kafui Adjamagbo est une pâle copie du Prof. GNININVI ; Me APEVON est une copie râtée de Me AGBOOYIBO ; Jean Pierre FABRE est un négatif de Gilchrist Olympio, et il croit qu’il peut, par une baguette magique, devenir Président du Togo ; Agbeyopme Kodjo, l’opposant de la 25è heure, croit que tous les OBUTS tirés sur un champ de bataille atteignent tous leurs buts et cibles… Quant à Zeus AJAVON, c’est un plaisantin qui croit qu’en mobilisant 50.OOO personnes dans la rue, la route de la notoriété lui est ouverte ! Celui qui se dit « Sauver du Togo » est incapable de nous dire par quelles potions magiques il veut « sauver » le  pays, et de quels périls. Ses appels à défiler et à faire des sit-in n’ont fait que « détruire » le pays jusqu’à ce jour : goudron de chaussées fondu, feux rouges brisés, voitures caillassées, immeubles aux vitres brisées, manifestants blessés par dizaines,   manifestants arrêtés … « C’est Dekon, advienne que pourra » ; « quand ça chauffe à Lomé, il faut que ça chauffe à Sokodé » : voilà les paroles d’un prétendu « sauveur » d’un pays !

Pourquoi avons- nous une piètre classe politique au Togo ? Je pense qu’il y a trois raisons  imbriquées :

1.) La dictature de 38ans, qui n’a pas permis la formation d’une classe polique responsable. Aucun pays de la sous- région n’a connu une dictature continue et ininterrompue pendant 38ans ! le Bénin, et le Ghana par exemple, ont connu, chacun, une dizaine de coups d’Etat, mais les régimes militaires avaient une durée de vie toujours inférieure à 5 ans (sauf pour KEREKOU et RAWLING) et ont, malgré tout, permis un renouvellement des acteurs politiques. Au Togo, les intellectuels de tous bords ont cautionné la dictature d’Eyadema, par opportunisme, par intérêt égoïste, par peur, ou par lâcheté. Quand la révolution éclata en 1990, tout le monde cria haro sur Eyadema, même ceux qui allaient, le soir, dîner à Lomé II ! Les opportunistes ont noyauté la transition démocratique, qui a capoté, après avoir, tout de même, réussi à doter le pays d’une Constitution acceptable, le 14 octobre 1992. Les partis politiques se créèrent par dizaines, mais n’avaient ni les moyens, ni les ressources humaines nécessaires et suffisantes pour survivre et former les masses populaires. Seuls l’UFC, le CAR, l’UTD, la CDPA, le PDR et bien sûr, le RPT, émergèrent…L’épreuve des consultations électorales de 1993 montra la nature immature des partis d’opposition, puisque le candidat Edem KODJO, candidat à la présidentielle de cette année là, était donné largement gagnant, face au redoutable GNASSINGBE EYADEMA ! Mais l’égotisme des leaders politiques joua à fond, et tout fut torpillé !…

2)  Le refus de démocratisation au sein même des formations politiques. Depuis 1990, de tous les partis politiques, seul, le RPT a fait des changements dans son organigramme ! Le RPT a connu 5 ou 6 Secrétaires Généraux et 5 ou 6 bureaux politiques différents, bien qu’Eyadema soit toujours resté le Président du Parti. Dans l’opposition, Gilchrist Olympio est toujours à la barre de l’UFC, Mr AGBOYIBO  ne s’est éclipsé ( ?) qu’il y a deux ans à peine, de la dircetion du CAR ; il en est de même d’Edem KODJO (de l’UTD à la CPP), et de Léopold GNININVI,  de la CDPA. La relève ne s’est pas organisée, et c’est plus par dépit que ces leaders ont accepté s’effacer, sans avoir sérieusement préparé les partis à un débat démocratique interne. Les militants de l’UFC avaient espéré une passation de pouoir en douce, entre Gilchrist Olympio et son dauphin Jean-Pierre FABRE, mais celui-ci était tellement pressé et maladroit, que la rupture était inévitable. L’implosion de l’UFC et sa scission en UFC + ANC, a fagilisé toute l’opposition, qui se cherche désespérement.

La crédulité du peuple togolais …

Le 21 Novembre 1966, Lomé s’est réveillée avec des manifestations de rues, pour réclamer la démission du Président Nicolas Grunitzky, Président de la République. Le coup d’Etat militairo- civil avorta de justesse, et EYADEMA réajusta in extrémis la situation. Ce qu’on avait appelé « le complot des avocats », en référence à Me KUTUKLUI, et Me KOUASSIGAN, qui seraient à la base du putsch échoua ; c’est  ce jour-là qu’EYADEMA devait prendre le pouvoir, mais, ce matin-là, des Loméens avaient commencé à crier à des compatriotes originaires du Nord du pays, de rentrer chez eux ! La démission de Benoît Yaya MALOU et Pierre ADOSSAMA  du gouvernement, avait sonné le glas du gouvernement GRUNITZKY… puisque, moins de deux mois après, le 13 janvier 1967, l’Armée prit le pouvoir ! Des notes confidentielles, que nous avaons lues, rapportent des discussions houleuses entre un avocat, (appelons-le Me X ) proche du Président déchu Grunizky, et les avocats  KUTULKUI et KOUASSIGAN, a Paris :

L’avocat K : « Comment pouvez-vous faire confiance à un militaire qui a avoué avoir abattu un Président  élu ? »

Me KUTUKLUI : « Nous nous sommes trompés. On nous a joué !… »

[Conversations entre les 3 avocats, enregistrées par un service de renseignement, sur la terrasse d’un café parisien]

A l’image des deux avocats  supposés putschistes, certains togolais croient aveuglément tout ce qu’on leur raconte ! Avant 2010, si vous parlez mal de Mr Gilchrist Olympio, on vous voue aux gémonies ! J’en sais quelque chose, puisque j’étais l’un des rares togolais à critiquer « FO Gil » ! C’était comme si vous critiquez Dieu en personne ! Aujourd’hui, ses lieutenants d’hier (FABRE, Patrick LAWSON, Isabelle AMEGANVI) sont impitoyables envers lui, et l’abreuvent de tous les noms d’oiseaux ! Un homme politique est fait pour être critiqué, parce qu’il ne peut jamais avoir l’adhésion de 100% de ses concitoyens ! Même Dieu n’a pas ce privilège ! Cela recommence avec Jean Pierre FABRE. Si vous le critiquez, à juste titre d’ailleurs, on vous traite de tous les noms d’oiseaux … jusqu’au jour où ses propres partisans   l’abreuveront de  torrents d’injures !

Quand Zeus Ajavon a lancé son CST (Collectif Sauvons le Togo) et décrété trois jours de marche et de sit-in, les Togolais le  suivent aveuglément, sans savoir ce que veut et ce que peut faire le CST réellement ; sans savoir vraiment qui est Zeus AJAVON et ses autres amis promoteurs du CST. Quand la Synergie des Travailleurs (STT) a été créée récemment, même scenario ! Les travailleurs suivent, sans  éplucher, pour voir ce qu’il y a sous le vernis de la syndicaliste en jupette, Nadou Lawson, ou ce que valent les deux toubibs WALLA et TSOLENYANU ! Deux morts en deux mois de gestion de la STT ! Après, tout le monde verse des larmes de crocodile !

Tout ce gâchis togolais est dû au refus de démocratisation dans tous les domaines dans notre pays. Tous les cinq ans, on doit faire un congrès dans un parti ou un syndicat, et on élit de nouveaux dirigeants, ou on reconduit, si la majorité est d’accord,  certains (ou la totalité) des anciens dirigeants ! C’est comme cela, en démocratie ! Et quand un parti subit un revers électoral, le N°1 du parti, par humilité, par respect pour sa propre personne, doit démissionner, quitte à ce que les militants et les autres dirigeants du Parti le supplient de rester à la barre !

Tout ce que nous avons reproché  au Général EYADEMA, c’est d’avoir voulu s’accrocher au pouvoir pendant 38 ans. C’est le même reproche qu’on fait à tous les autres leaders politiques d’aujourd’hui ! EYADEMA, lui, au moins, acceptait  certaines critiques. Le peu de Togolais qui « avaient les couilles » et qui lui adressaient des critiques, le savent bien…

Mon oncle, IHOU Faustin ne me démentirait pas,  lui qui avait   osé  adresser un télégramme signé de son nom et prénoms, pour lui reprocher d’être  promu Général, en revenant des obsèques de  Léon M’BA ! Eyadema l’avait fait venir au palais, et devant tous les officiers réunis, lui a expliqué comment se donnent les grades dans l’armée !

« Je ne suis pas convaincu » lui avait répondu mon oncle, qui vient de nous quitter seulement, il y a neuf mois ! Il a fait tout de même deux mois de cellule, à la gendarmerie !

Dr IHOU David.

Laisser une réponse