CPI : Implication d’une avocate camerounaise dans l’équipe Blé Goudé

0

Ce jour, mercredi 30 novembre 2016, l’avocate camerounaise Josette Kadji a été présentée à la reprise des audiences de la Cour pénale internationale à La Haye comme nouveau membre de l’équipe de défense de Charles Blé Goudé, 44 ans, ancien ministre ivoirien de la jeunesse, déferré le 22 mars 2014 à La Haye au terme d’un mandat d’arrêt pour soupçons de crimes contre l’humanité à l’élection présidentielle ivoirienne de 2011.

Ce jour, mercredi 30 novembre 2016, l’avocate camerounaise Josette Kadji a été présentée à la reprise des audiences de la Cour pénale internationale à La Haye comme nouveau membre de l’équipe de défense de Charles Blé Goudé, 44 ans, ancien ministre ivoirien de la jeunesse, déferré le 22 mars 2014 à La Haye au terme d’un mandat d’arrêt pour soupçons de crimes contre l’humanité à l’élection présidentielle ivoirienne de 2011.

Pointilleux sur les détails de sa défense (comme on le rapporte dans son entourage),Blé Goudé est, jusque-là, assisté par une équipe conduite par le Néerlandais Geert-Jan Knoops Alexander. C’est un pénaliste de renom qui avait émis pour l’administration Obama un avis sur la fermeture de la prison de Guantanamo Bay et qui est une notabilité au Pays-Bas où il avait reçu une distinction des mains de la Reine Beatrix pour sa contribution à la législation pénale.

Les avocats africains de l’équipe de Blé Goudé sont les avocats ivoiriens : Claver N’dri, Serge Gbougnon et Simplice Seri Zokou, auxquels s’ajoute la Camerounaise Josette Kadji…

L’entrée en scène de la Camerounaise consacre, en effet, l’élargissement de l’équipe en un clin d’œil panafricain. On sait que son pays le Cameroun a particulièrement brillé pour son soutien populaire à la cause du président Laurent Gbagbo et, notamment, de son célèbre tribun Blé Goudé, cible de choix des médias et stratèges du colonialisme français.

Avocate au barreau du Cameroun depuis janvier 1985, Maître Kadji a plus de trois décennies de prétoire; elle dirige le Cabinet Kadji et Associés à Douala, capitale économique du pays.

Maître Kadji est agréée à la Cour pénale internationale depuis des années mais a acquis ses lettres de noblesse par ses plaidoiries flamboyantes au Tribunal pénal international pour le Rwanda où elle est « avocate principale » depuis 1997. Entre 2001 et 2015, Maître Kadjia a notamment plaidé dans ce qu’il est convenu d’appeler le plus long procès de l’histoire de la justice pénale internationale, le « Butare Case »

Jean-Marc Soboth

{fcomment}

Laisser une réponse