Entre la République arabe sahraouie démocratique et le Maroc, Faure Gnassingbé a déjà fait son choix ! [Par Camus Ali]

0

Il n’est pas à son premier coup de semonce contre les faibles, et les pauvres ou profit des forts, des riches. Il est né riche et n’a de référence que pour les riches ! Chez les Gnassingbé, on sèche toujours le linge là où le soleil brille. Comme par hasard, on a vu le Togo devenir un « Etat sunnite » quand une soi-disant coalition se liguait pour partir en croisade contre la Syrie. On a vu le Togo vendre tous les dignitaires du régime vaincue de Côte d’Ivoire qui avaient pris asile sur son territoire au plus offrant et autocrate Alassane Ouattara arrivé au pouvoir dans les fourgonnettes de l’armée française. Pourtant, quand il fait couper le Vsat, internet et téléphone en 2010 pour s’autoproclamer pour la nième fois président, en premier lieu on avait vu Laurent Gbagbo venir l’adoubé.  On a vu le Togo s’aligner de la manière la plus sordide voire moutonnière quand quelques érudits français, kalachnikovs au point sont allés visiter les journalistes de Charlie Hebdo. En larmes, Faure Gnassingbé s’est voulu plus Français que les Français. Signe des temps, quand le train de la mort et des wagons vieux de cinquante ans de son « ami » Vincent Bolloré ont tué des dizaines de Camerounais, pas un seul mot de compassion du président togolais à ce peuple  !

Mieux vaut le Maroc !

Ce n’est pour rien que, Félix Abalo Katanga, chef d’Etat-major du Togo s’est empressé de se jeter dans les bras du général de corps d’armée marocain Bouchaib Arroub. Dans leur deal, il s’agit pour le Togo d’être derrière le Maroc dans la fumante traitrise qui a toujours caractérisé ce pays depuis Hassan II à Mohammed V. Ici, il n’est même plus question de s’interroger sur les voyages en Afrique du souverain chérifien. En avalant la Côte d’Ivoire de l’autocrate Alassane Ouattara dans des investissements qui se le disputent à un libéralisme sauvage et de facto en se présentant comme le successeur de  Mohamar Kadhafi en Afrique, le Maroc veut diviser l’UA en deux. D’un côté les pays qui lui donneront l’onction afin que la République arabe sahraouie démocratique ne soit pas membre entière de l’Union et les autres par pur panafricanisme qui voudraient voir ce bout de territoire hisser son drapeau entre le Maroc et l’Algérie. Le Togo de Faure connu pour travailler avec les forces obscures et les impérialistes contre l’Afrique sonne déjà hallali par le truchement de leur site de propagande www.republicoftogo.com : « Le Togo comme d’autres pays africains demande la suspension de la République arabe sahraouie démocratique des instances de l’organisation panafricaine afin de ‘contribuer positivement aux efforts de l’ONU pour un dénouement définitif au différend régional au Sahara ». Si on comprend bien, pour que le Maroc arrive à l’Union Africaine, les Africains devraient effacer d’autres pays sur la carte d’Afrique ? C’est le vrai visage de Faure Gnassingbé. La vie facile, les choses faciles. S’accommoder au plus offrant pour tuer le faible, le pauvre. Ironie de l’histoire, c’est Edem Kodjo, alors secrétaire de la défunte Organisation de l’unité Africaine (OUA) qui proclama la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique. Vivement une Afrique des Lumumba, des Sankara, des Laurent Gbagbo, des Um Nyobe, des Nkrumah…que cette nouvelle race de fils de présidents qui tire le continent vers le bas…..Et Faure Gnassingbé en est bien un échantillon vivant !

Camus Ali Lynx.info

{fcomment}
 

 

Laisser une réponse