Boire du « Gilchrist » jusqu’à la lie. Quoi faire avec le dernier carré des nostalgiques de l’UFC ?

0

C’est quand tout est terminé sous leurs pieds que certains apparatchiks de l’UCF sont plus que décidés. Et ils ont bien leur raison. Quand on se rapproche « faurtement » des Gnassingbé, les soucis financiers s’amoindrissent. Madame et les enfants respirent. Quand on s’approche du parti Unir [parti crée par Faure Gnassingbé. Ndlr], les sales affaires fleurissent. Vous avez désormais les juges et les décideurs financiers à vos bottes et le Togolais ordinaire vous magnifie. Ici, la médiocrité prend la place du travail bien fait et on brandit le nouveau voleur comme un héros. Même l’archevêque Mgr Nicodème Barrigah s’est aussi prêté à ce jeu. Nous y reviendrons sur l’homme de Dieu dont l’aide a été impressionnante pour la victoire d’Unir.  Sinon, comment comprendre qu’au Togo, que, ce sont, ceux qui ont perdu qui crient le plus « Faure »  ? Comment comprendre qu’au Togo, que ceux qui ont été désavoué par le peuple qui veulent parler au nom de ce peuple ? Sous d’autres cieux, un score comme celui de l’UFC ne renforce pas la capacité de ses « zouaves » de parler par médias interposés.  Dans un parti structuré, on s’assied et on réfléchit sur les causes qui ont été à la base de l’échec. Chez nous au Togo, le vaincu est celui qui veut dicter. Le vaincu c’est celui qui a la grande gueule. Le vaincu c’est celui qui voudrait que le vainqueur s’aligne derrière sa politique tordue. Faut-il ouvrir les yeux aux Togolais et leur dire que, c’est Jean Kissi nouvellement élu député qui va porter bientôt le flambeau de grand destructeur de l’opposition lors des joutes électorales à venir ? Passons.

Coup sur coup, Nicodème Habia, ex député de l’UFC, barbichette non coiffée, brouillon notoire qu’on doit corriger les interviews avant de les publier, nous enseigne que : « Le parti au pouvoir dispose aujourd’hui de 62 députés et l’opposition dans son ensemble n’a même pas eu la moitié. Ce qui est important pour nous, l’UFC est toujours l’interlocuteur incontournable du régime aujourd’hui. Notre président national du parti pèse toujours dans la balance. Aujourd’hui, si on parle de l’alternance pacifique au Togo, M.Olympio et son parti ne sont pas à négliger. Pour nous, l’important ce n’est pas le nombre de députés. Notre objectif, c’est le Togo d’abord » Fin de citation. Si on comprend bien, en démocratie à « la togolaise », ce n’est pas le CST qui est arrivé avec 19 députés qui doit travailler avec le pouvoir au nom des Togolais. Mais bien les trois députés que l’UFC a récolté sur toute l’étendu du territoire. Ambiance !

Mais comment ne pas rappeler à nos lecteurs, que, celui qui lance ces mots avait été giflé en pleine civilisation américaine par Innocent Pato, sicaire et érudit du RTP-Unir sans que, ce dernier, ne porte plainte ? Etait-il déjà en 2005 dans l’équipe qui allait drainer toute l’UFC dans les bras de Faure Gnassingbé ? Une autre paire de manche. Tout ce qu’on sait, est que l’UFC a joué des coups tordus aux Togolais et à la fin a été bien payé comme il se le doit.

Si on comprend bien, en philosophie politique « made » Habia Nicodème, l’Union des Forces du Changement, bien que bancale et désormais sur un seul pied avec un chef à deux centimètres de la tombe, Faure Gnassingbé et ses ingénieurs en système électoral ont encore bien besoin d’eux ? Si le ridicule tuait  ! Comme au Togo, si ce n’est pas moi, donc pas l’autre au niveau de l’opposition, l’illuminée qui apprenait aux petits togolais il y a quelques jours que, le rebelle et sangsue notoire Guillaume Soro était bien un exemple pour la jeunesse africaine peut aller même contre ce que les Européens comme l’ensemble de la classe politique qualifient de mascarade électorale : « Dire que les élections législatives du juillet dernier ne sont pas claires, c’est inadmissible. A 16 heures, certains bureaux de vote fermaient déjà et à 17 heures, les togolais ont les résultats des dépouillements. Il ne faut tromper la population ». La griffe des faux types !

Dans le deuxième tableau, c’est un autre tordu  appelé Jean-Luc Homawoo ( Il fait partie de ceux qui ont noyé le guru de l’UFC par un déluge de mensonges sur une popularité qui n’était que virtuelle) avec le même confrère, qui nous apprend que : « La jeunesse et les femmes seront le socle de notre prochaine bataille politique. Nous avons tiré les leçons de notre poids politique. Déjà dès le lendemain des résultats provisoires, nous avons tenu plusieurs réunions avec le Président national, des commissions sont constituées pour la communication, pour un mémorandum sur l’accord et sur la réorganisation du parti. Tel que je connais le Président national, très prochainement toutes les recommandations et conclusions pertinentes seront mises en application. L’UFC se projette déjà dans les prochaines échéances, les locales et la présidentielle de 2015 ». Faut-il rire ou pleurer ?  Heureusement que, Gilchrist ne sera pas  de « Grand » Sauveur qui sortira le nord  Togo de la misère. Pour la simple raison qu’il a été vaincu sous nos yeux, donc incapable de nous parler, de nous sauver au Nord. Ce Nord qu’il aurait vu lors d’un voyage avec : « J’ai vu des femmes qui sont au bord des petits ruisseaux et entrain de laver leurs robes et leurs pagnes sals. J’ai vu des enfants maigrichons avec des ventres enflés, j’ai vu des animaux très chétifs, des vaches, des bœufs. Le seul animal que j’ai vu qui soit en bon état, ce sont les bourricots, les petits ânes que j’ai vu qui tiraient des charrettes. Donc, j’ai fait la conclusion que tout le Togo est pauvre. Si le Centre et le Sud du Togo sont pauvres, c’est la pauvreté absolue dans l’extrême Nord du Togo. Pourquoi on en est arrivé là ? On est arrivé parce que les choses les plus élémentaires, formé l’infrastructure minimum qui vont dans le champ, trouver des sources d’eau. Parce ce qu’il y a par exemple à Mandouri un affluent de l’Oti. Il fallait la ménager pour donner de l’eau aux gens. Faire quelques forages et faire comme le Burkina. De l’autre côté de Cinkassé, j’ai vu pas mal de forages et des cultures. Du coté togolais, il n’y a rien. C’est pour cela que la pauvreté est très frappante quand on quitte Dapaong pour aller dans les autres préfectures. »

Dieu soit loué, que notre salut ne viendra pas d’un vieux sénile malhonnête qui a envoyé nos frères du septentrion sur l’échafaud des Gnassingbé !  L’histoire des peuples, c’est aussi , ce que Napoléon Bonaparte nous enseigne : « Dans les révolutions, il y deux types de gens. Ceux qui font la révolution et ceux qui profitent de cette révolution ». Entre les frontistes et le guru de l’UFC, l’histoire a fini par montrer les révolutionnaires et les profiteurs de la révolution.  Adieu Gilchrist Olympio !

Camus Ali Lynx.info

 

Laisser une réponse