Zeïna Bodjona : Ses enfants aussi connaissent le traumatisme ?

0

Votre mari est un criminel qui travaillait, non pour les Togolais mais pour l’intérêt de sa petite famille et pour Faure Gnassingbé.

A un groupe de badauds attroupés à la devanture du domicile de M. Pascal Bodjona, peu après l’arrestation de celui-ci, Mme Zeïna Bodjona lança qu’on était entrain de traiter son mari comme un criminel, avant d’ajouter qu’il travaille pour les Togolais.

La triste vérité, madame c’est que votre mari est une barbouze, entendez par là, un criminel en col blanc au service du clan mafieux de Faure Gnassingbé.

Voici pour vous une petite anecdote tiré du chapitre 19 du livre « Candide » de Voltaire :

Oui, Madame Bodjona : c’est au prix des crimes commis, des vies humaines fauchées par Pascal Bodjona que votre famille se la coule belle.

Madame, souffrez que je vous dise que ces champagnes qui coulent à flot dans vos verres, représentent le prix du sang des Togolais que Pascal Bodjona et compagnies ont tué depuis des lustres. Ce châteaux flamboyant dans lequel vous trônez comme une reine, est fait des ossements et cranes humains des gens que les sortes de Bodjona Pascal ont tués pour assoir la dictature sanglante Faure Gnassingbé.

Ces allées et venues que vous faisiez entre le Togo et les USA, comme d’autres vont aux toilettes, avec bien sûr des valises bourrées des liasse en dollars, parfois, juste pour faire suivre votre grossesse sont acquises aux pris des étudiants que votre mari a clouté sur le campus, lorsqu’il était le boss du KGB version Togolaise dénommée HACAME.

Vous avez déclarez que vos enfants furent traumatisés du fait de la violation de votre domicile, et par l’arrestation intempestive de votre mari par le tristement célèbre chef de gang Akakpo. Traumatisés avez-vous dit? Je connais des parents au Togo qui auraient tout donné pour que leurs enfants ne fussent que seulement traumatisés. Ces enfants ont été tout simplement envoyés dans l’au-delà par Bodjona et autres… Ca n’arrive pas qu’aux autres, madame. Et ce Faure Gnassingbé dont vous décriiez tant le modus operandi, savez-vous au moins qu’il est la pure invention de Pascal Bodjona ? Pascal a monté Faure de toutes pièces.

Savez-vous aussi que M. Bodjona est la pièce maitresse de tous les hold-up électoraux (2005, 2010), qui ont catapulté le Togo dans une impasse, et qui vous a permis a vous autres de faire main basse sur les richesses du Togo, pour vivre dans un luxe insolent, alors que le commun des mortels continue de tirer le diable par la queue ? Et ces millions que Bodjona Pascal bradait à tours de bras, ces voitures et motos qu’il distribuait comme de petits pains, comment pensez-vous qu’il les avait obtenu, en travaillant honnêtement ? Je suis pour le respect des droits de l’accusé dont M. Bodjona doit espérer. Je m’étonne tout simplement de l’étonnement des mêmes personnes qui ont largement contribué à l’instauration d’une république bananière, et d’une justice aux ordres du prince au Togo.

Vous semblez être très remonté contre le Capitaine Akakpo, cet exécuteur de basses besognes de Faure Gnassingbé ! Savez-vous qu’il y a seulement quelques semaines, ce même individu était l’un des hommes de mains de Pascal Bodjona ? Que pensiez vous que les mouchards comme Akakpo, Massina, Titikpina faisaient en compagnie de Bodjona et Faure Gnassingbé. Ou bien, vous pensez qu’ils se retrouvaient pour organiser des séances de jeunes et de prières pour la délivrance du Togo ? Non Madame, ils planifiaient et faisait exactement contre les autres ce qu’il on fait à votre mari.

Vous ne réussirez pas à peindre Pascal Bodjona en blanc, pour le vendre aux Togolais comme un saint!

Croyez-vous que votre famille mérite mieux que ces Togolais qui battent le pavé tous les jours, d’honnêtes individus dont une grande partie est sortie de l’Université avec un diplôme, alors que votre mari de Ministre lui est sortit du campus par la petite porte ?

Au cas où vous douteriez toujours de la moralité de votre mari, et bien tenez-le pour dis : Votre mari a commis des crimes très graves, point barre !

Koffi Apati-Bassah

New-York

 

 

 

Laisser une réponse