Zeïna Pierette Bodjona. À la recherche d’une identité !

0

Je suis de maman « kabyè », je ne suis pas « Agouda » [nom donné aux Libanais au Togo, ndlr]. Nous sommes tous des Togolais et tutti quanti. Faure ne peut pas arrêter mon mari innocent…On se connait bien dans ce pays… La bouche de laquelle déferlent ces mots est bien Zeïna Bodjona, épouse du « Bodjona Nouveau ». Bourreau des étudiants dans les années 1990, ambassadeur, secrétaire à la présidence, ministre d’Etat, ministre, Bodjona aura tout connu comme ascension pour tomber, pas comme un fruit mûr mains bien pourri. Devenu locataire de la gendarmerie depuis samedi 1 septembre 2012, on se rappelle que c’est dans ce lieu, qu’il brutalisait Agbéyomé Kodjo de le faire arrêter il y’a moins de deux ans. Réponse de l’enfant de Tokpli :« C’est Toi qui n’a pas encore fait la prison qui a peur de ce lieu». Depuis au gnouf plutôt Agbeyomé Kodjo qu’il souhaitait l’enfer, c’est Madame qui continue à tout va la guerre contre l’ennemi ou mieux les ennemis de son mari. La scène surréaliste se passe le jour de l’arrestation de l’ex ministre de l’Administration et du Territoire. C’est une Zeïna en robe égrenant le parfait Mina qui semble ne rien voir d’anormal dans le train de vie à la « Dodi  El Fayed » de son mari pour le soupçonner. Quant aux rejetons de Pascal, ils auraient le papa le plus saint du monde. Il y a de quoi donner des palpitations au cœur d’Abass Al Youssef, cet émiratie que les «crapules » ont escroqué dans des conditions de vrais gangs : « Il est malheureux et choquant que l’ancien ministre de l’Administration territoriale Pascal BODJONA se soit montré ouvertement comme faisant partie de ce groupe », martèle l’homme d’affaires. Pis, c’est une grappe de petits naïfs que madame ameute dans le palais de son mari pour servir d’avertissement à Faure. L’anecdote raconte que, le digne peuple de Kouméa serait entrain de se bander les muscles pour descendre bientôt sur Pya [village de Faure,ndlr]et le « feu sera le feu ». Le leader politique des centristes au Togo, Abass  Kaboua, est lui aussi dans sa bouffonne logique de guerre : « Pascal Bodjona n’est pas Kpatcha Gnassingbé ». Question ? Depuis quand un kabyè  a  jamais défendu un autre kabyè depuis que le Togo est dirigé par les kabyè ? Il ne faut pas prendre les Togolais pour des êtres qui ne réfléchissent pas ou mieux qui n’ont pas de mémoire. Qui ne sait pas au Togo que, c’est quand le kabyè est brûlé par la dictature qu’il devient subitement un opposant ? Le cas le plus emblématique, est celui du colonel Kouma Bitenewé qui est devenu opposant, juste le temps qu’Eyadema meurt pour rejoindre de nouveau la « maisonnette ». Il ne faut pas nous jouer le coup des Allemands qui tentent de souffler dans chaque oreille que, c’est Hitler seul qui était coupable de la deuxième guerre mondiale et de l’extermination des juifs. Bien que tout le peuple allemand était sur tous les fronts pour la grandeur de la race aryenne. Quand le peuple Togolais s’était levé pour dire Non à la dictature en 1990, les rares kabyès qui avaient épousé la nouvelle donne démocratique se comptaient sur le bout des doigts. Ils vivent encore et certains sont morts. Les Togolais les connaissent. Le HACAME était une branche de jeunes kabyè qui terrorisait les autres ethnies avec bien sûr l’élite Kabyè dont la nervure principale était le Pr. Akrima Kogoé, côté (intellectuel) et le défunt commandant Narcisse Djoua côté (brutalité). Si ce que le Lynx dit peut réveiller les consciences pour « le plus jamais ça  » au Togo, c’est tant mieux ! L’hymne guerrière entonnée suite à l’arrestation de Kpatcha qui a vu les kabyè dans leur ensemble plus « timorés » et « hypocrites » que les autres peuples est aussi dans toutes les mémoires.

 

Au Lynx, nous sommes clairs, quitte à ce qu’un seul kabyè lève le doigt pour nous contredire que Bodjona est aussi si puissant que Kpatcha ne l’était ? Le reste, Zeina est permise de rêver !

Brave togolaise Zeïna, nous savons tous que ton  grand père fut député et a donné beaucoup pour le Togo. Alors, tu es bien Togolaise. Cela ne souffre d’aucun doute.  Le député Nasr Kalife, n’était pas dans la ligne des faux types, des escrocs… À sa mort, il laissa une dette que ton père Alex et son frère Michel Nadim Kalife (économiste) ont travaillé dur pour payer. Il t’aurait suffit de ne pas suivre la voix de ceux qui veulent gravir les échelons en violent les règles. Ton mari Pascal n’a jamais terminé ses études…Il ne méritait pas mieux être ministre que les badauds que tu as ameutés pour le magnifier. Vivement que Mme prouve aux Togolais qu’elle pourra tenir longtemps loin de son mari Bodjona. Comme nous avions vu, Mimi Gnassingbé, cueillir une grossesse derrière les rideaux de fer de l’ANR du tortionnaire Yétrofeï Massina.

Djima Matapari Lynx.info

 

 

 

 

 

Laisser une réponse