Victoire Tomégah DOGBE : Une tribaliste autour de Faure Gnassingbé à la présidence

0

Au moment où son mentor Faure essaie vaille que vaille de jouer à l’équilibriste avec ses insuffisances oh combien trop grandes et de calmer les ardeurs des siens toujours insatiables et prêts à tout prendre, celle que ses collaborateurs du cabinet présidentiel appellent « la vieille », Victoire Tomégah Djidudu Dogbé file bien le coton de la fibre régionaliste loin des regards indiscrets. A la présidence, Victoire Tomégah tisse sa toile, amasse discrètement tout en faisant croire au patron des lieux qu’elle œuvre pour lui. Cela s’appelle « laver l’autre avec l’eau de bain d’un crabe mort » dans la langue de dame Victo.

Pour commencer, Victoire Dogbé se croit au-dessus de ses collègues ministres et du premier ministre qu’elle a fini par se prendre pour une vice-présidente, poste non prévu malheureusement dans la Constitution togolaise. Elle croit qu’après Faure, c’est bien elle qui suit. Le premier ministre Ahoomey-Zunu, elle le multiplie par zéro. Elle a d’ailleurs manœuvré entre-temps et ce n’est pas fini pour que celui-ci soit anéanti et éjecté de son poste. Les coups, elle en a donné à l’homme que même en convalescence, il continue à en subir. Sûr de son soutien indéfectible, un de ses proches, directeur de la chaîne publique n’a aucun égard pour le chef du gouvernement qu’il considère comme un incapable.

Directrice de cabinet du président et ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Victoire Dogbé a certes la confiance de Faure mais le problème, c’est qu’elle abuse de cette confiance. Tenez, courant 2011, elle souffle à certains de ses collègues ministres, ceux dont les départements organisent régulièrement des concours de recrutements que, dorénavant, ces concours devraient passer dans ses mains avant toute publication de résultats. Ceux-ci encaissent le coup et se laissent faire. Personne dans l’entourage du pouvoir ne pouvait s’imaginer qu’à travers cette demande expresse, dame Dogbé avait d’autres visées que celles qu’elle faisait croire. Aujourd’hui, le Lynx a fouillé et a fini par comprendre. La collaboratrice du président a réclamé et obtenu un droit de regard sur les résultats des concours nationaux de recrutement pour pouvoir y insérer ses hommes en douce. Le pot pourri a été cassé lors de la proclamation des résultats du dernier concours national de la police, concours chapeauté normalement par le ministère en charge de la Sécurité et de la protection civile et celui de la Fonction publique. Victoire Dogbé en a profité pour faire réussir maladroitement ses proches dont certains n’ont même pas composé. Au fait, c’est une habitude de la maison qu’elle réadapte à sa manière en privilégiant uniquement ses frères de la même localité. Des admis pas comme les autres dont la liste a été mise à jour par le confrère Liberté du côté de Lomé. Le confrère a pris soin de comparer la liste des admissibles et celle définitive des admis. Chapeau au confrère ! Au final, le résultat est sans appel, une quarantaine de noms qui n’étaient même pas sur la liste des admissibles est venue se greffer comme par magie sur la liste définitive des admis au sein de la police publiée dans le quotidien national Togo-Presse. L’affaire agite les milieux médiatiques togolais et fait délier des langues à la présidence où ils sont nombreux, oh très nombreux à ne plus supporter dame Victoire Dogbé et ses méthodes d’une autre époque. Dans le même ordre, nous apprenons qu’elle ne ferme pas du tout les yeux et renvoie pour correction les listes de missions officielles devant accompagner le président lors de ses voyages à l’extérieur comprenant les Togolais d’une partie du pays. « Par contre, quand il s’agit d’autres dont les noms lui sont familiers, elle ferme vite les yeux et acquiesce sans retourner pour correctif », avoue notre interlocuteur. Sans oublier d’autres bourdes dans lesquelles elle s’y embourbe comme un porc dans la boue.

Les grincements de dents observés actuellement dans le monde de la presse privée avec les uns qui vont et reviennent plusieurs fois dans les voyages présidentiels et les autres qui n’ont jamais pris l’avion à cet effet, ont été provoqués par dame Dogbé. « Lorsque nous avons cherché à comprendre pour quelles raisons, on nous écartait des voyages présidentiels, on nous a répondu que nous tirons à boulets rouges sur le président et son entourage. Alors que nous en connaissons qui ne ménagent pas du tout Faure mais qui sont choisis pour y aller. Où est le sérieux dans cette affaire ? », s’interroge une source dans la presse locale. D’autres informations crédibles font état de ce que la directrice de cabinet de Faure a tout verrouillé à la présidence au point d’agacer plus d’un.  « Elle mélange les serviettes et les torchons qu’elle risque de faire glisser son mentor surtout à l’approche de la présidentielle où les moindres faits et gestes du sommet ont des échos jusque sous les chaumières dans le Togo profond. Certes, Pascal Bodjona et le général Ayéva Essofa qui sont passés ici n’étaient pas aussi clean mais pour celle-ci, c’est trop. On ne sait pas ce qu’elle a préparé au juste au président ? », lâche un proche du président. Faure va-t-il finir par vomir ce que dame Victoire Dogbé et ses marabouts lui ont fait avaler depuis-là et qui l’empêche de voir plus clair ? Le laissera-t-elle continuer son œuvre de sape silencieuse pour finir par ramasser les pots cassés ? En tout cas, Victoire Dogbé n’a rien à perdre ; elle peut prendre le vol à tout moment pour retourner d’où elle vient et suivre les traces de sa fortune amassée en si peu de temps. Et Faure ?

Malika Igomzikpé

Laisser une réponse