Une bien simple idée de Jacob Atayi : un boycott économique contre les enseignes des barons du Rpt-Unir

0

  Colère et Indignation, lançons un boycott économique contre les enseignes des barons du rpt-unir

Je lance un appel à la diaspora, à la population, aux militantes et aux militants de l’opposition de lancer à l’approche des fêtes, une campagne de boycott économique contre les enseignes des barons du rpt-unir,  d’écoute des médias proches de rpt-unir pour soutenir la résistance et la lutte pour la démocratie et l’état de droit au Togo.

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

Bras de fer avec Pharaon comme bras de fer avec le parrain de pya

Quand Moïse se rend chez le roi Pharaon et lui demande de libérer ses frères hébreux. Bien entendu Pharaon n’est pas disposé à libérer une main d’œuvre qui ne coûte rien à son pays et il refuse. Par dix fois, Moïse va donc annoncer à Pharaon l’arrivée d’une catastrophe sur son pays, destinée à le faire réfléchir et à le convaincre de laisser partir les hébreux.

Mais Pharaon résiste et s’entête. Moise lança dix plaies sur l’Egypte,  La dixième des plaies est la plus terrible : la mort frappe chaque maison en Egypte et tous les premiers nés des animaux ou des enfants, dans chaque maison, périt. Pour se protéger de cette mort rampante, les hébreux ont abattu un agneau dans chaque famille et ont badigeonné un peu de sang de l’animal sur leur porte.

http://www.la-bible.net/jeunesse/moise6.jpg

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

Moïse avait demandé aux hébreux de sacrifier un agneau dans chaque maison, de prendre un peu de son sang et d’en badigeonner les poteaux de leur porte d’entrée. Ce signe du sang a permis au fléau de la mort des premiers nés d’épargner les familles des hébreux.

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

http://www.la-bible.net/img/transparent.gif

Boycotts historiques ou célèbres

*  « Pendant la Révolution américaine, à la fin du XVIIIe siècle, le boycott des marchandises anglaises était un moyen utilisé par les colons pour faire pression sur la métropole.

*  Les Fils de la Liberté, une organisation de patriotes américains, ont eu recours à l’appel au boycott, notamment sur le thé anglais.

*  Le « boycott » a été une forme de lutte qui a existé avant qu’un nom ne soit donné à ce type d’action de résistance. Les premiers anti-esclavagistes anglais ont lancé une campagne féroce en 1790 pour convaincre leurs concitoyens de ne pas acheter du sucre en provenance des Indes Occidentales (les Antilles) produits par des esclaves et de privilégier le sucre en provenance des East Indies (Inde), ou l’exploitation de la main d’œuvre se faisait avec un peu plus de retenue.

*  Le premier boycott répertorié de 1879 à l’appel de Charles Parnell, dirigeant de la ligue agraire, qui le lança contre Charles Cunningham Boycott, riche propriétaire terrien qui traitait mal ses fermiers ;

*  au Québec, en 1837, les chefs Patriotes incitent les Québécois à bouder ou boycotter les produits importés d’Angleterre pour tarir les fonds publics, revenus fiscaux perçus à la douane en vue de libérer le Québec du joug de l’occupant anglais.

*  Les produits anglais boycottés, tels le rhum, l’eau-de-vie, le thé et la toile, sont remplacés par des produits locaux québécois.

*  Le premier boycott de l’Empire tsariste eut lieu en 1900 à Bialystok : le Bund (Union générale des travailleurs juifs) lança un boycott des cigarettes de la manufacture de tabac Janovski. Dans un appel au public, le Bund dénonçait Fajwel Janovski, « juif pieux allant à la synagogue régulièrement », qui venait de licencier 45 jeunes filles juives. Ceux qui persistaient à acheter des cigarettes Janovski se les voyait arracher et brûler. Le patron céda et réembaucha les jeunes femmes.

*  En Inde en 1930, le Mahatma Gandhi lance un boycott sur les impôts liés au sel, contre l’Empire britannique ;

*  Le boycott antisémite de 1933 en Allemagne est la première manifestation antisémite d’envergure organisée par les nazis après leur arrivée au pouvoir en Allemagne.

*  Le boycott des bus de Montgomery en 1955 à l’appel de Martin Luther King pour obtenir la fin de la discrimination raciale ;

Article détaillé : Boycott des bus de Montgomery.

http://rpmedia.ask.com/ts?u=/wikipedia/commons/thumb/3/3e/Boycott_Apartheid_Bus%2C_Lonodn%2C_UK._1989.jpg/220px-Boycott_Apartheid_Bus%2C_Lonodn%2C_UK._1989.jpg o:title= »220px-Boycott_Apartheid_Bus%2C_Lonodn%2C_UK._1989″ src = « file:///C:\Users\User\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\02\clip_image006.jpg »>

http://sp.fr.ask.com/sh/i/wiki/magnify-clip.png o:title= »magnify-clip » src = « file:///C:\Users\User\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\02\clip_image007.gif »>

Un bus appelant au boycott de l’apartheid, à Londres, en 1989.

*  Le boycott politique de l’Afrique du Sud pour arrêter l’apartheid, à partir des années 1970.

*  Le boycott par les États-Unis (entraînant d’autres nations) en 1980 des Jeux olympiques de Moscou, pour protester contre l’intervention soviétique en Afghanistan. Opération réussie puisque 80 pays seulement y seront représentés ; mais l’Union Soviétique (avec 13 autres nations) boycottera les Jeux olympiques de Los Angeles en 1984.

*  Depuis juillet 2005, la société civile palestinienne appelle aux Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël.

*  Certains Tibétains en exil appellent à un boycott des produits fabriquées en République populaire de Chine, car selon Jamyang Norbu, un écrivain tibétain en exil et partisan de l’indépendance du Tibet[5], ces produits sont fabriqués dans des camps de travaux forcés, dans des manufactures tenues par des militaires chinois, ou par une main-d’œuvre privée de ses droits »

A*Lançons un recensement des activités des barons sur l’ensemble du territoire Togolais.

Peut-on continuer à ignorer, mépriser, injurier, et venir faire le commerce sur cette population d’esclave ?

Lançons ensemble un boycott sur les enseignes commerciales des barons du RPT-UNIR au Togo, leurs soutiens économiques, sur les médias rpt-unir surtout à l’approche des fêtes, pour soutenir la lutte citoyenne politique togolaise.

Une lutte nécessite de l’argent, un pouvoir d’achat, une organisation économique.

 Encourageons les femmes, les jeunes à créer une organisation de plusieurs collectives économiques, pour se démarquer des marchants à la solde du pourvoir rpt-unir.

Ils ont brulé nos marchés, vidons leurs poches par la ruine économique.

Il faut que le cst et l’arc-en-ciel, favorisent les créations des associations économiques, des regroupements d’intérêts économiques par des conseils gratuits des juristes par un bénévolat militant pour encourager les femmes, les jeunes, les paysans à se mettre ensemble dans des circuits économiques pour acheter et vendre les produits de premières nécessités à la population, depuis les champs jusqu’à dans les villes.

Citons par exemple :

 

Si l’on résume, globalement, trois grandes formes de commerce en réseau sont classiquement distinguées :

·         le commerce intégré : Le terme de commerce intégré est utilisé pour désigner un réseau monté en propre par une enseigne. La tête de réseau distribue ses produits par l’intermédiaire de points de vente appartenant à l’enseigne. Les points de vente peuvent être des filiales ou encore des succursales. Ils sont dirigés par des salariés du groupe voire des gérants.

·         le commerce organisé : Le terme de commerce organisé est utilisé pour désigner un réseau monté par une enseigne en délégation. La tête de réseau distribue ses produits par l’intermédiaire de points de vente appartenant à des indépendants. Les points de vente peuvent être dans ce cas des franchisés, des concessionnaires exclusifs, ou encore des partenaires en commission-affiliation…

 

·         le commerce associé : Le terme de commerce associé est assez proche de la logique du commerce organisé. Il désigne un réseau de partenaires indépendants reliés entre eux par un intérêt économique visant essentiellement la réalisation d’économies (centrale d’achat, mutualisation des efforts de formation, mutualisation de la communication…). Cette formule se décline majoritairement sous la forme de la coopérative ou encore du GIE.A* La franchise : Le principe de fonctionnement d’une franchise repose sur la mise en place d’un contrat par lequel une entreprise (le franchiseur), accorde à une autre (le franchisé) le droit d’exploiter son concept, sa marque et son savoir-faire. En échange de ce droit, le franchisé est redevable d’une compensation directe ou indirecte. Le contrat inclut une enseigne commune, une politique commerciale commune, une assistance, et une formation pour la transmission du savoir-faire. L’approvisionnement en marchandises de la marque fait aussi souvent partie du contrat mais ce n’est pas une obligation. L’entrée dans le réseau se fait par sélection du franchiseur. Dans la majorité des cas, un droit d’entrée est réclamé au candidat à la franchise.

Avantage :

La formule de la franchise est le système de commerce organisé le plus complet. Chaque franchisé bénéficie du soutien actif du franchiseur à toutes les étapes de son développement (formation initiale, formation continue, animation du réseau, assistance…). La transmission du concept dans sa globalité inclut un savoir-faire éprouvé. Le candidat bénéficie en outre et immédiatement de la notoriété de la marque. Dans la très grande majorité des cas, le contrat offre également la sécurité d’une exclusivité territoriale mais celle-ci doit être inscrite noir sur blanc dans le contrat puisqu’elle n’a rien d’obligatoire légalement. La franchise est parfaitement adaptée à la distribution de produits mais aussi de services.

B*La Licence de marque : Le principe de fonctionnement d’une licence de marque repose sur la mise en place d’un contrat par lequel le titulaire d’une marque (propriétaire ou dépositaire exploitant exclusif sur un territoire donné pour les marques étrangères) confère à une entreprise tierce et indépendante le droit de l’utiliser en contrepartie soit du versement d’une somme forfaitaire soit de redevances proportionnelles au chiffre d’affaires généré. L’objet du contrat est principalement l’exploitation de la marque. Dans certains cas, le contrat peut ajouter des éléments complémentaires pour la transmission d’un savoir-faire attaché à la marque

Avantage :

Cette formule permet d’utiliser une marque qui présente d’emblée une forte notoriété.

C*La commission-affiliation : Le principe de fonctionnement d’une commission-affiliation repose sur la mise en place d’un contrat par lequel une entreprise (le commettant) place chez une autre entreprise (l’affilié) des marchandises en dépôt. Le stock reste la propriété de l’entreprise commettante. L’entreprise commissionnée a la charge de vendre les marchandises confiées contre commission. Cette formule très proche de la franchise inclut l’approvisionnement, la logistique et la livraison des marchandises. Le contrat de commission-affiliation est très souvent complété par la mise en place d’une assistance dans les méthodes de vente, d’une enseigne commune et d’une politique commerciale. L’entrée dans le réseau se fait par sélection du commettant.

Avantage :

Le distributeur affilié en commission-affiliation ne prend pas de risques puisque les stocks à disposition ne lui appartiennent pas. Il bénéficie en outre et immédiatement de la notoriété de la marque.

Gagnons cette campagne comme cela a été le succès dans tous les pays et toutes les luttes pour la reconnaissance de notre dignité.

Moise a réussi à sortir le peuple d’Israël de l’esclavage en lançant une campagne contre le pharaon.

Jacob ATA-AYI

Laisser une réponse