Togo. LA HANTISE des élections présidentielles

0

Il y a quelques semaines, un de nos éminents cerveaux politiques nous annonçait qu’il avait une proposition tout à fait originale pour sortir de la crise, pour résoudre le conflit sur les réformes, tandis que d’autres étaient en conclave. 

La hantise de l’élection présidentielle, d’un retour, d’une réédition d’un des scénarios que nous avions vécus par le passé nous pousse à remuer nos méninges, ou plutôt à nous agiter sous le prétexte de remuer nos méninges. Le grand problème est que personne ne veut sembler être de reste, ou taxé de ne pas agir. Ne veut se taire, au risque d’amplifier la cacophonie qui régnait déjà depuis longtemps. Chacun, par une sorte d’esprit d’anticipation, à mon avis à mauvais escient, place des pions qui lui serviront d’arguments pour dire, « médecin », après la mort, donc quand tout serait terminé, quand le résultat redouté, ou soi-disant redouté tomberait : « Vous voyez bien que j’ai fait tout ce qu’il fallait, ce sont les autres qui n’ont pas voulu m’écouter, ce sont les autres qui ont fait que nous avons échoué… ».

Ou si, par extraordinaire, nous avons du succès, qu’on dise que c’est nous. L’expression « l’État, c’est moi » pourrait très bien s’appliquer à chacun de nous. « Le peuple, c’est moi », nous le disons presque tous déjà, ou si nous sommes un peu plus modestes, « l’opposition, le parti, le mouvement, c’est moi ». Je me rappelle qu’un de nos grands politiciens a dit, au cours d’une réunion publique à Paris en 2010, à propos du FRAC, à l’époque où ce mouvement semblait représenter un certain espoir pour le peuple togolais, malgré ce qui était officiellement déclaré comme sa défaite, « Le FRAC, c’est moi ». Je me sens, je me mets, bien sûr, du côté de l’opposition ou de la soi-disant opposition, car le parti au pouvoir lui, sait au moins une chose, c’est qu’il n’échouera pas, du moins pas face à une opposition telle que nous l’avons. La hantise devient alors, non pas celle de ce que nous ferons pour ne pas perdre (en un sens, on est fataliste, on est conscient qu’on court vers la défaite ) mais celle de ce qu’on fera pour continuer d’exister quand on aura perdu, ce qu’on dira pour paraître avoir eu la meilleure idée, avoir proposé la meilleure solution, avoir posé le meilleur acte alors que les autres n’y avaient pas pensé… C’est cette activité-là qui occupe l’opposition, pour le plus grand bien du pouvoir en place.

Il y a quelques semaines, un de nos éminents cerveaux politiques nous annonçait qu’il avait une proposition tout à fait originale pour sortir de la crise, pour résoudre le conflit sur les réformes, tandis que d’autres étaient en conclave. Tiens ! Certains ne cachent pas leur désir d’aller récupérer simplement le reliquat de l’APG. Entendez cela dans le sens où vous voulez. Eh, oui, il y a eu de la fumée effectivement, pas une fumée comme au Vatican à l’élection d’un nouveau Pape, mais une fumée qu’on peut colorer à volonté, comme il y en a au cinéma, parfois au théâtre, précédant ou accompagnant l’apparition des fantômes, des monstres… Du cinéma, du pipeau ( le mot est de l’un de nos candidats déclarés ), du trompe-l’œil, du flou artistique, c’est-à-dire de l’art de mauvais goût, voilà ce que l’on veut nous présenter comme de « la haute science politique ».

Du pouvoir aux partis d’opposition, presque tout le monde utilise les mêmes recettes. C’est aussi là la différence entre l’art véritable qui est recherche de la vérité et le faux maquillé sous les couleurs de la vérité. Molière en exagérant les travers ne prétendait pas que c’est réellement ça, mais le spectateur perçoit encore aujourd’hui ses pièces comme la vérité sur ces travers, Corneille dans ses tragédies ne dit pas en annonçant ses pièces : « Venez, vous aller voir sur scène du sang, de vrais combats comme sur un ring de boxe ou dans l’arène de gladiateurs de la Rome antique, de vrais cadavres… », c’est pour cela qu’on accepte sa vérité comme humaine. Et que l’âme humaine ainsi peinte sous ses différentes facettes par le dramaturge est vraie. Et c’est pour cela aussi qu’il existe la règle des bienséances, ensemble de conventions tacites donc les fonctions, entre autres, sont de ne pas heurter la sensibilité du spectateur et surtout de ne pas sembler insulter son intelligence. Je me souviens qu’une fois en tournée, nous avions présenté La Tortue qui chante dans une salle de cinéma à Ouyigouya, au nord du Burkina Faso. La salle était pleine, donc il y avait aussi des gens qui confondaient vérité terre à terre et vérité artistique. Lorsque Bruno Komlan Johnson qui incarnait le rôle de la Tortue était entré en scène, chantant, un des spectateurs de devant avait crié : « C’est torti ça ? Il faut fous-moi le camp là-bas ». Inoubliable, ce coup-là! Et c’étaient nous, artistes, surpris, qui avions ri, les premiers, suivis par les spectateurs, non pas parce que toutes les langues ne sont pas habituées à prononcer le u de « tortue » ou parce qu’il parlait un mauvais français, mais parce qu’il avait émis une belle phrase qui traduisait ce qu’il pensait, ce qu’il croyait : les « magiciens » togolais avaient amené une véritable tortue vivante qui chantait vraiment, allait jouer de la musique ou faire quelque chose d’ extraordinaire en tout cas. Que dire à tous ces politiciens qui, sans le savoir peut-être, nous font du mauvais théâtre et veulent nous faire croire que c’est la réalité, qui veulent nous bercer d’illusions, qui nous prennent en fait pour des imbéciles ? À mon humble avis, une réponse du même genre que la réaction du spectateur de Ouayigouya : « C’est conclave ça, c’est solution originale ça, c’est idée neuve ça, c’est science politique ça ? Il faut foutre le camp de là ! » Et dire que, au lieu de foutre le camp, ces gens persistent, s’entêtent, parce que sans cela ils cesseraient d’avoir une raison de rester sur la scène politique ! Certains de nos politiciens de tous bords, ignorant toute règle de bienséance, n’insultent-ils pas parfois notre intelligence et ne méritent-ils pas qu’on le leur fasse comprendre, avec insolence s’il le faut ? Je ne me pose pas les questions : que n’a-t-on pas fait, que n’a-t-on pas vu avec ce régime, mais: que n’avons-nous pas fait pour continuer à vivre sur la scène politique ?

Tout, sauf peut-être une chose : reconnaître que depuis des décennies, nous faisons les mêmes tours et demi-tours que nous voulons chaque fois prendre et faire prendre pour du nouveau. Que nous nous installons ainsi dans un cercle vicieux, dans les mêmes pièges qui nous sont tendus par le régime et ses soutiens extérieurs. Sciemment ou inconsciemment.

Le chant de la Tortue n’existe et n’est vrai que pour ceux qui savent l’écouter. Or, « Podogan est sourd. Il veut la formule, la formule pour obtenir les faveurs du Roi, la formule pour accéder au poste de Premier Conseiller et même plus…Ne me demandez pas ce que signifie ce plus. Vous le saurez bientôt…Oh ! J’en dis trop. Je me sauve »1.

Peut-être, nos Podogan, pardon, nos politichiens, pardon, nos politiciens d’aujourd’hui croient-ils, chacun de leur côté, avoir trouvé la formule pour mieux aboyer. Cela, je ne savais pas. Peut-être leurs aboiements leur permettent-ils de noyer le chant de la Tortue, d’impressionner leurs concurrents et de se convaincre qu’ils existent. Tout cela constitue-t-il leur hantise? Franchement, je ne le savais pas. Oh!Moi aussi, je me sauve, comme le fou.

Sénouvo Agbota ZINSOU
 

Laisser une réponse