Togo : L’étau militaire et économique des Gnassingbé

0

Les bourreaux sont craints et respectés comme des criminels de la mafia sicilienne, ou colombienne et vivent dans une impunité au service du clan

L’opinion publique s’émeut souvent des affaires qui viennent à périodicité trop régulière ternir l’image du Togo des Gnassingbé.

Les discours se voulaient vertueuses, mais la vérité c’est l’enfer de la manipulation, c’est l’enfer de l’arbitraire, c’est la boite de pandore de toutes les valeurs négatives, des crimes économiques, du pillage systématique des sociétés d’état, des banques, la violation systématique des règles communautaires et des commerces illicites.

Le Togo est un espace de tous les scandales en Afrique de l’ouest, un petit pays, un paradoxe de la sous région qui ne cesse d’étonner, d’émouvoir, de susciter dès fois de la pitié, de la dérision et provoque la honte des togolais, de la résignation, à l’indignation, le peuple togolais humilié attend son heure de révolte, son heure de gloire pour se rattacher à la chaine de l’humanité.

Cette étroite bande de terre où on retrouve toutes les populations africaines en miniature du nord au sud vi en étau par la plus terrible dictature militaire de l’histoire contemporaine africaine.
Cette dictature mue par l’appât de gain facile, corrompue jusqu’à l’os, fait le jeu des farfelus voyous des militaires coloniaux convertis en milices privées, en hommes d’affaires sans scrupules et des enfants du pays en avocats véreux pour soutenir et collaborer avec le clan Gnassingbé au détriment du développement du pays, du progrès social où les salariés et les paysans sont quasiment des esclavages dans leur pays.

Au Togo comme dans l’Allemagne NAZI il n’y a pas d’indépendance de la justice, mais les citoyens s’interrogent sur la capacité des juges de la cour constitutionnelle aile marchande de rpt-unir, et des juges des chambres judiciaires où l’instruction se fait devant les caméras et s’interrogent aussi sur l’impunité des membres de rpt-unir où l’infaillibilité s’apparente au dogme dans leur système arbitraire qui ne craignent pas d’user le pouvoir issu du peuple aux seules fins de gérer en son nom la chose publique, pour abuser ce peuple et ce faisant pervertir le Togo et s’éloigner de toute éthique en politique et des valeurs qui concourent à la vie en commun en paix.
La justice au temps de papa Gnassingbé et de son fils Faure Gnassingbé a son vrai siège au palais de la république, où les juges, reçoivent les ordres comme dans l’armée clanique.
Le Togo est reconnu comme un état policier, où tous les interdits en droit international, en droit humain, en droit de l’homme sont violés quotidiennement, un pays arbitraire où le hold-up électoral, crime imprescriptible est monnaie courante à chaque élection.
La volonté du peuple ne compte pas, et on retrouve depuis 1963 à la tête de l’état du Togo, un chef d’état illégitime avec un groupe de malfaiteurs, qui se rivalisent dans les monstruosités les plus absolues.

Des crimes politiques aux crimes économiques, aux tortures les plus abjectes, toutes les familles on eu droit à leur lot de malheur, même la famille Gnassingbé.

La nouvelle génération conduite en Europe dans le mouvement rpt-unir par Babina Nicolas alias BAPIYINA Nicolas revendique sans états d’âme cet héritage malgré leur vie en occident dans les valeurs de la république.

La violence est le propre de la valeur cardinale de ce mouvement alors que dans leurs discours quotidiens, le refrain le plus chanté est la paix, dans une hypocrisie absolue.
Avec EYADEMA ETIENNE, né le plaisir de la violence gratuite symbolisée par l’assassinat crapuleux du président Sylvanus Olympio au début des années 60, les attaques nocturnes des opposants, des femmes violées, violentées, la violence contre les biens, les arrestations arbitraires, l’humiliation des maris, des intellectuels, et avec le fils Faure Gnassingbé et son équipe, on grimpe d’un étage dans la monstruosité des marchés brulés, par dépit de vengeance d’un plan macabre, dans une pyramide d’horreur.

Le rpt-unir est un monstre fascinant de violence de toute sorte, une boite à pandore de valeurs négatives, de mensonges multiples, des actes et des faits vils et répréhensibles.
Le rpt-unir est le premier a dénoncé fortement sa propre violence au niveau de l’état et de ses membres, sans enquêtes, sans justice, sans punir les mutilations, les tortures qui fascinent dans ses rangs.
Les bourreaux sont craints et respectés comme des criminels de la mafia sicilienne, ou colombienne et vivent dans une impunité au service du clan.

A* MEDIAS ET LE CLAN MILITAIRE DES GNASSINGBE.

Les journalistes de Focus Infos relèvent la propagande du clan sur le plan national et international, une presse inféodée au pouvoir du clan par son directeur Jean Paul Ahoulelete AGBO, une aile marchande qui ne conjugue pas l’audimat, ni la force de l’internet pour mesurer la capacité et les compétences de ces écrits, mais qui s’agenouillent devant l’argent facile, l’argent du sang des togolais pris en esclavage, l’argent des togolais qui meurent de ne pas toucher leur salaire, de ne pas avoir un hôpital propre pour se soigner.

Clémenceau écrivit sur la liberté de la presse, la liberté de l’information, la liberté des journalistes, la liberté d’expression, en demandant comme Victor Hugo dans un discours prophétique qu’ils voulaient la liberté totale de la presse et non celle de l’anti chambre du pouvoir.
Informer loyalement sans subir les pouvoirs politiques et de l’argent c’est former le citoyen togolais.

Sœurs et frères partisans du rétablissement de la république togolaise, soyons des sentinelles avancées pour préserver la liberté de la presse, de l’information contre la dictature autoritaire et revancharde du clan illégitime des Gnassingbé.

B*L’ESPRIT DE LA RESISTANCE TOGOLAISE

Nous devons dépasser le choc du hold-up du 25 Avril, qui fut le pire des temps pour l’esprit de la résistance, conjuguer désormais le temps de la folie révolutionnaire, développer l’incrédulité togolais avec les tenants marchands de la négociation pour préparer notre peuple à se libérer des ténèbres, et annoncer le printemps de l’espérance pour garder allumer la flamme de résistance togolaise.

1*Galvanisons notre peuple par la puissance de ses forces, de ses intelligences, de sa bravoure et de sa témérité.
2*Choisissons la résistance contre les grands soirs qui voyaient se succéder la dictature des Gnassingbé.
3*Choisissons la résistance contre les oppressions et les pouvoirs des Gnassingbé qui se voulaient établis.
4*Choisissons la résistance contre les traites, les collabos esclaves de l’argent facile des Gnassingbé.
5*Choisissons la résistance contre les courtisanes qui au nom de leur intérêts bravent nos dignités.
6*Choisissons la résistance contre les index, les bulles afin de disposer du droit de choisir notre manière de vivre notre conviction politique, notre vie familiale, notre jeunesse, notre séniorité, le droit de choisir.

Peuple togolais, résister c’est donner une chance à la vie, c’est notre engagement personnel et collectif de la libération des esprits des dogmes, de notre capacité de réunir les volontés contre la puissance aveugle des ténèbres.

Notre siècle est celui de l’éveil et de la révolte, de progrès immenses mais au Togo depuis les cinquante derniers années, nous vivons l’enfer, des désillusions encore plus grandes, des droits sociaux, des organisations collectives, de l’industrialisation.

Le clan des Gnassingbé, se trouve dans l’impasse totale, où il ne peut plus rien proposer que la course en avant des illusions, de la torture, de la peur, des fatalités.

Choisissons la lucidité à la libération des résistants de l’intérieur, de l’extérieur et de tous ceux qui ont choisi de ne pas laisser le hasard ou l’inertie prendre le pas sur la volonté, par le moment le plus important de l’année où quels que soient la date, le lieu et les personnes où des hommes ont décidé, quel que soit le nombre de ne plus vivre cette fatalité.

Conclusion :

Peuple Togolais, ce qui fait problème c’est l’utilisation du sensationnel c’est l’habillage des arguments d’autorité, c’est le témoignage incontrôlable donc irréfutable qui sont des armes de la manipulation à l’opposé de nos méthodes organisationnelles de la résistance.
Lançons le mot d’ordre de silence dans une résistance grandiose par la mobilisation de toutes nos énergies pour chasser cette dictature.

Jacob ATA-AYI

 

 

 

 

 

Laisser une réponse