Togo : Il était une fois la démocratie !

0

J’ai lu, sur le site Lynx Info, une discussion indirecte entre un militaire et un civil, suite à mon article sur ce site, intitulé « La fierté  auto- bafouée des Africains »

Le militaire sermonnait le civil, en lui disant qu’il ne connaissait rien des dégâts de la guerre, et qu’en cas de guerre, il sera le premier à fuir et à faire « caca » dans sa culotte. Ce à quoi le civil a cru bon d’argumenter que les blancs (Amérique, Europe…) ont fait aussi des guerres et pourquoi les Noirs, ne la feraient-ils pas !

Je voudrais dire aux deux internautes, que quand HITLER avait déclenché la 2ème guerre mondiale en 1939, le peuple allemand était dans une opulence insolente, et Hitler avait même lancé la « voiture du peuple », la VOLKSWAGEN, pour que tous les allemands, même  les plus pauvres,  puissent avoir une voiture ! La voiture coûtait à l’époque, une misère, et tous les Allemands pouvaient acheter effectivement une Volkswagen, s’ils voulaient. Après cette terrible guerre (1939 – 1945), qui a coûté 20 millions de morts et 100 millilions de blessés, l’Europe s’était redressé rapidement, avec des capitaux américains surtout, et en 1956, soit neuf ans  seulement après la fin du conflit, l’Europe naissait, avec le premier accord de coopération  entre l’Allemagne et la France basé sur l’acier (ancêtre de l’UNION EUROPEENNE, l’UE) et l’Europe vit aujourd’hui, dans l’opulence, malgré la crise…

Si un pays africain rentre en guerre aujourd’hui, avec un autre (ou s’il y a une vraie guerre civile dans un pays) , ces pays sont foutus. Le civil qui soutenait que les Africains peuvent se permettre de faire des guerres doit avoir de vrais problèmes dans sa tête : je parie qu’il ne mange pas à sa faim, que ses parents ne mangent pas à leur faim (comme  les togolais),  qu’ils ne peuvent pas se soigner ou se vêtir  décemment, et je lui  rappelle qu’à la fin de cette supposée guerre, aucun pays développé ne nous viendra en aide pour nous redresser, parce qu’ils n’ont aucun intérêt qui peut les inciter à la faire !  A ce civil et à ce militaire, je voudrais leur donner les résultats d’une petite enquête que j’ai faite tout récemment (tout le monde peut la faire, et on n’a pas besoin d’être Dr IHOU pour la faire) : j’ai pris notre quotidien national « Togopress » , du jeudi et du vendredi, pendant quatre semaines, et j’ai calculé et additionné l’âge de décès des avis de décès (des pages nécrologiques)  et divisé par le nombre de décédés pendant les 4 semaines ; et nous avons  l’âge moyen des décès. C’est en quelque sorte une autre façon de calculer l’espérance de vie des togolais, et elle est de 48,97 années ! Il y a d’autres manières de calculer l’espérance de vie, que je connais, mais j’ai adopté volontairement celle-ci, pour montrer à quel âge moyen les togolais meurent. Quand on ne vit pas 50 ans dans un pays et qu’on veut faire une guerre, il faut être idiot pour la faire ! Pour notre civil et notre militaire, je voudrais donner ces chiffres qu’ils peuvent trouver  aisément : quand un  soldat américain meurt aujourd’hui en IRAK, sa famille (époux, épouse, enfants  on ayant -droits) touche un million de dollars, quand le soldat perd une jambe, lui-même touche  300.000 à 500.000dollars et peut continuer à travailler, s’il veut, dans un bureau ! Alors, l’énergumène qui compare la guerre des Africains à ceux des Blancs, doit avoir une araignée dans le ciboulot ! Voyez-vous un soldat togolais qui meurt au combat et dont la famille peut percevoir 450. 000. 000 de FCFA ? C’est le pétrole irakien qui paie !. .

La prise de pouvoir par la SELEKA, en Centrafrique, vient de nous montrer l’infantilisme des Africains. Un général arrive, se proclame Président, dissout la Constitution, va gouverner par ordonnance pendant trois ans, avant qu’il ne soit déposé par un autre général, d’une nouvelle rébellion ! Peut-on  être fier d’être Centrafricain ou Nègre ? Pour l’énergumène civil adepte de la guerre des Africains, ce qui se passe en Centrafrique n’est pas une guerre,  mais une guéguerre, entre des paumés armés mais affamés de deux camps. La vraie guerre est en Syrie ou en IRAK par exemple, des pays qui ont refusé de faire la démocratie, et qui paient un lourd tribut au déni de démocratie. Ah ! J’oubliais de dire à nos deux internautes qu’à la fin de la 2ème guerre mondiale, beaucoup de villes allemandes, comme STUTTGART, étaient détruites à 90% et les habitants étaient affamés. Les militaires  américains distribuaient des rations alimentaires, et de l’eau potable aux populations. Et ces rations appétissantes et hyper vitaminées étaient distribuées, de préférence par des soldats Noirs, afro-américains, pour casser l’idéologie de la race pure d’HITLER. C’était pathétique de voir des allemands très affamés, courir, avec le peu de force qui leur restait, pour aller chercher à manger et à boire, des mains de soldats nègres ! C’est pourquoi, même aujourd’hui,  les Afro-américains sont adulés en Allemagne, et ce n’est pas BARAK OBAMA  qui nous démentirait, quand, simple candidat à la présidentielle américaine, il avait reçu, il y a un peu plus de 4 ans, un accueil formidable en Allemagne…

En Afrique, à la suite de rébellions internes ou de petites guéguerres, quand il y a des camps de refugiés,  le HCR installe des tentes et distribue de la farine ou du maïs et un bidon d’huile aux refugiés pour qu’ils fassent la cuisine. On est loin des plats individuels hyper vitaminées, distribués par l’Armée américaine, en 1945, aux habitants de Hambourg, Sttutgart, Cologne, Berlin etc…  J’espère que l’énergumène adepte de la guerre des Nègres comprend cela !…

Au Togo, la Démocratie est apparue, le 27 avril 1958, quand le colonisateurs et le Parti du Progrès de Nicolas Grunitzky, ont perdu les élections législatives, et que notre pays accédait à l’indépendance, le 27 Avril 1960, avec un parlement largement dominé par le parti CUT de Sylvanus Olympio, et l’opposition laminée de Grunitzky, qui recueillit à peine 20% des sièges à l’Assemblée Nationale. Puis, la démocratie mourut pour de bon, le 13 janvier 1963 (quand Sylvanus Olympio fut assassiné), après   deux ans de pouvoir, marqué par des maladresses, des erreurs, un déni de démocratie et l’autocratisme des nouveaux dirigeants du pays (1961 – 1962)…

Puis, la Démocratie frappa de nouveau à notre porte, le 5 octobre 1990, mais ne vouait pas s’installer solidement dans notre pays, à cause de la distature, qui refusa de disparaître, et à cause aussi, des Sept  erreurs monumentales des togolais autoproclamés ou intronisés « Opposants ». Nous passons sous silence toute les périodes qui suivit, de 1990 à 2005 (le 5 février 2005) où EYADEMA  tira se révérence, parce que nous avions abondamment écrit sur cette période…

Puis vint, en 2006, l’Accord politique Global (APG), où tout était fin prêt pour installer  DAME  Démocratie sur le trône Togo, mais patatras, l’opposition se déchira, pour un nième problème de nomination de Premier Ministre ! Néanmoins, le gouvernement  de « presque d’union nationale » organisa les législatives de 2007, dans de bonnes conditions, et l’opposition, qui a compéti en rangs dispersés, perdit ces législatives, avec 31 députés sur 81, que comptait notre Parlement. Mais au lieu de travailler comme tous les élus minoritaires d’un Parlement, les 31 députés se déchirèrent dans un enfantillage écœurant. On a beau leur dire que le Parti Socialiste français,  sous le double règne (Exécutif et législatif) de SARKOZY et de l’UMP, n’avait pas autant de parlementaires que nous (le Parlement français compte 577 élus et le PS Socialiste en avait 153), rien n’y fit, l’opposition se déchira et s’autodétruisit pendant toute la législature ! Elle n’a proposé  aucun projet de loi, n’a déposé aucune motion de censure, n’a procédé à aucune interpellation de ministres ! Pire, au lieu de sillonner le pays pour préparer les législatives qui devaient avoir lieu en octobre 2012, elle fait des marches dans les rues de Lomé pour des motifs surréalistes…

Puis, ce manque d’initiatives et de stratégies sombra brusqement dans la paranoïa et le délire, quand Zeus AJAVON et des avocats, en mal de sensations fortes, créèrent le CST (Collectif Sauvons le Togo) et réclamèrent bêtement, en tordant le cou à notre loi Fondamentale, ni plus ni moins que la destitution du Président de la République, pour « illégitimité » ! On a beau leur dire que les avocats ont beaucoup d’autres choses à faire, surtout qu’ils animent des ODDH (Organisation de Défense des Droits de l’Homme), rien n’y fit ! Leur toute première sortie proposait un gouvernement d’union nationale de transition de deux ans, ce qui suppose une mise en veilleuse de la Constitution et une organisation des législatives rejetées aux calendes grecques ! Alors, les marches, les sit-in au carrefour Dekon, et autre balivernes occupaient les membres de l’opposition, alors que le pouvoir préparait tranquillement les législatives !

« Quand ça chauffe à Lomé, il faut que ça chauffe à Sokode… ». C’est  « le Sauveur national » Zeus AJAVON qui s’exprimait ainsi, une fois à Sokodé  , lors d’une sortie chez les Tems !

On a beau leur dire que la prise de pouvoir par la rue n’a jamais donné de bons résultats nulle part dans le monde (c’est le cas de Madagascar), rien n’y fit ! On a beau leur dire que la prise de pouvoir par les armes n’a jamais donné de bons résultats nulle part dans le monde (c’est le cas de la Centrafrique), rien n’y fit ! Certains membres du CST ne jurent que  par des invectives et incantations de ce genre : « Il faut en découdre avec le pouvoir de Faure », ou « Ca va péter un jour », ou encore, « L’alternance ou la mort », ou encore et encore « les Blancs  ont fait la guerre, pourquoi pas nous les Noirs ? ». Bref, on laisse Dame Démocratie quelque part et on veut parvenir au pouvoir par des raccourcis ! Etre maire, conseiller municipal ou député ? Oh, c’est trop long, ils veulent être Président, comme Michel Djotodia, le centrafricain, qui veut gouverner pendant trois ans par ordonnance, pendant que tout est pillé à Bangui !

Le délire et la paranoïa ont poussé les ténors du CST à organiser une  marche (dénommée, « les derniers tours de Jéricho » ) de trois jours , au cours desquels les marchés  de Kara et Lomé brûlent ! Qui a donné ce nom prémonitoire à ces manifestations qui, ans la Bible se sont achevées dans les flammes et la destruction ? Comme dans tout pays normal, la machine de l’Etat se met en marche, et tout le monde s’agite, de Lomé à Cinkassé !

Zeus Ajavon proclame partout que lui, il connait ceux qui ont mis le feu au marché de Lomé, mais qu’il ne donnera leur nom que le moment venu ! Ce n’est pas du tout malin, pour un avocat !  Un ami américain m’a dit que, si la bourse de New-York brûlait, et que quelqu’un est assez idiot  pour dire qu’il connait les incendiaires, mais qu’il ne dira leurs noms qu’au moment venu, le FBI va lui mettre le grappin dessus aussi sec et le « persuader » de donner  vite les noms, parce que les incendiaires peuvent brûler d’autres édifices ou fuir le pays !. Inculpations, incarcérations, interpellations, l’enquête suit son cours !

Pendant tout ce temps, l’Etat Togolais n’oublie heureusement pas ses devoirs régaliens et organise tranquillement le recensement électoral. Des membres de droit de la Commission Electorale nationale Indépendante  (CENI) refusent de siéger en son sein, sous l’injection de la Direction de leurs partis (toujours de l’opposition) : mais curieusement, tous les leaders politiques appellent leurs adhérents à s’inscrire sur les listes électorales ! Si vous comprenez ces gamineries ridicules, moi pas ! Dame Démocratie a horreur des plaisanteries de mauvais goût. Elle exige qu’on vienne la courtiser là où elle habite, c’est-à-dire, dans les campagnes, dans les hameaux, dans les villes, bref, partout où elle vit même dans un taudis !

Ceux et celles qui ne comprennent pas cela peuvent aller planter des choux, des ignames, des haricots, des bananes, du maïs, du mil, du fonio etc… pour  aider à  booster notre Agriculture, tout en sachant que les paysans eux, votent pratiquement à 100%, que des leaders politiques donnent des consignes de vote ou pas ! Les responsables de UNIR et de l’UFC ont, eux, compris cela, et sont sur le terrain, qu’ils quadrillent méthodiquement ! Et Dame Démocratie peut leur sourire…

Pour rappel, il faut rappeler à tous les togolais et togolaises que le vote n’est pas obligatoire au Togo, et que tout citoyen peut voter ou aller à la pêche, le jour du vote. C’est cela aussi la Démocratie ! Mais pour que la Démocratie soit belle, il faut que les élus de la majorité parlementaire, comme de l’opposition, soient à la hauteur des tâches qui les attendent ; c’est pourquoi, il faut des candidats à la députation triés sur le volet, et qui ne soient pas des momies ou ombres vivantes, incapables de proposer des projets de lois, ou sachant seulement lever la main pour dire oui ou non, lors d’un vote.

Dr  David IHOU

 

Laisser une réponse