Togo – Bahreïn: Le scandale des faux joueurs

0

Le commun des mortels peut se demander si un groupuscule de voyous pourraient en toute quiétude et impunité représenté le Ghana, la Côte d’ivoire voire même le Burkina dans un match de football ? La réponse, toute négative, devient positive quand il s’agit du Togo. Rien dans ce pays ne fonctionne comme dans un Etat normal. La déchéance, la cupidité, la corruption ont gangrené le sommet de l’Etat au point qu’on ne sait plus qui est qui, et qui fait quoi. Le Lynx ne cesse de crier sur tous les toits, et de lancer des signaux pour informer qu’on a rien contre un Togolais « propre » qui dirigerait un pan de la société du pays. Mais laisser des souches vivantes du HACAME comme Christophe Tchao dans un ministère qui est une vitrine du Togo dans le monde sportif, c’est là, qu’il y a problème. Christophe Tchao est ce monsieur qui n’a rien appris à part bastonner et tabasser ses camarades étudiants dans les années de gloire du HACAME en 1990. Aux côtés de Pascal Bodjona (ministre), Robert Bakaï (procureur), Bidassa (juge) et un autre tortionnaire résidant de nos jours aux Etats-Unis du nom de Kpekpassi, ils étaient de ceux-là qui répandaient le sang et les pleurs à l’université au profit du RPT. Au sommet de l’Etat togolais, chacun tient tellement chacun au point qu’on ne sait plus qui va laisser l’autre. Dans le drame du Cabinda en Angola, sa responsabilité est tellement sur toutes les lèvres et dans tous les rapports au point  que Faure le préfère toujours. Et si le pouvoir de Faure aussi résistait par le sang humain? Le Ministre des Sports  Christophe Tchao, a expliqué au site jeuneafrique.com vouloir faire la lumière au plus vite sur cette affaire avec la fausse équipe qui a représenté le Togo au Bahrein: « Personne n’a jamais été informé d’un tel match. Nous allons mener les enquêtes pour démasquer tous ceux qui sont impliqués ». Signe des temps, il y a à peine 15 jours, il était passé au centre de réeducation visité le gardien Kodjovi Obilalé et avait promi un chèque de 35 millions pour le sportif. Le site de propagande www.republicoftogo.com  de Faure et amis qui dirigent le Togo avait relayé l’information en tambours et cymbales. Le week-end dernier, Kodjovi Obilalé reconnaissait au micro des confrères de Kanal.K que le chèque n’était jamais arrivé et l’info n’était que du pipeau! Faut-il encore croire quand un officiel togolais parle?

Djima Matapari Lynx.info


Lire aussi l’article du confrère Chronofoot

Incroyable mais vrai. De faux joueurs ont évolué durant la rencontre amicale entre le Togo et Bahreïn. La FIFA et la fédération togolaise ont ouvert une enquête pour statuer sur la supercherie.

Décidément le football réserve des surprises. Le match amical entre la République du Togo et le Royaume de Bahreïn restera dans les mémoires. A priori rien d’exceptionnel dans cette rencontre qui oppose deux formations très moyennes de la sphère footballistique, Bahreïn étant positionné à la 75e place du classement FIFA et le Togo à la 87e. Et pourtant, ce match a fait beaucoup de bruit. En effet, les joueurs bahreinis se sont étonnés de l’étrange facilité avec laquelle ils sont sortis vainqueur de la rencontre (3-0). L’explication? En face, il n’y avait pas la véritable équipe du Togo!

Ministre des Sports togolais: « Ces joueurs nous sont inconnus »

L’information parait aussi surréaliste qu’elle est sérieuse. Le président de la fédération togolaise, Seiyi Memene, a révélé à l’agence de presse américaine Associated Press, que l’équipe envoyée était « totalement fausse ». « Nous ne pouvons pas envoyer de joueurs sans l’approbation de la FIFA. Les joueurs qui ont disputé ce match n’étaient pas de ‘vrais joueurs’. Nous n’avons pas envoyé d’équipe au Bahreïn. Ces joueurs nous sont inconnus ».

Du côté de l’état togolais on prend l’affaire très au sérieux. Le Ministre des Sports du pays, Christophe Tchao, a expliqué au site jeuneafrique.com vouloir faire la lumière au plus vite sur cette affaire: « Personne n’a jamais été informé d’un tel match. Nous allons mener les enquêtes pour démasquer tous ceux qui sont impliqués ».  Un autre membre du ministère des sports, Nabine Gnonh, explique au journal canadien La Presse que l’affaire reste encore très floue: « Nous n’avons pas de détails précis actuellement. Nous n’avons toujours pas reçu la liste des joueurs qui ont disputé cette rencontre et nous devons toujours vérifier s’ils sont membres de l’équipe nationale ».

Un faux agent serait impliqué

Les premières informations qui ont filtrées font état d’un match arrangé par un agent de joueurs. Afin de récolter un petit pécule, l’organisateur de cette supercherie aurait trouvé des « faux-joueurs », qui pourraient ne pas être de nationalité togolaise. Si la fédération togolaise avait bien envoyé une liste d’une vingtaine de joueurs comprenant les dates de naissance et les numéros de passeport de chacun des participants, cette fameuse liste a été remplacée par une autre de 18 noms à quelques minutes du coup d’envoi de la rencontre, relaie le quotidien britannique The Telegraph. Du côté de la fédération bahreïnie, on assure avoir respecté le protocole pour l’organisation de cette rencontre.

Pour le moment, la FIFA s’est refusée à tout commentaire. Il faut savoir que les fédérations sont autorisées à organiser des matches entre elles, ou même contre des équipes non répertoriées par la FIFA, comme une sélection mondiale par exemple. Toutefois, la FIFA exige que, les rencontres entre deux nations d’un continent différent (comme c’est le cas ici), soit organisée par un agent mandaté. C’est là que l’affaire semble se corser. Il faudra désormais attendre les résultats de l’enquête pour statuer.

Laisser une réponse